Comment les parents immigrants soutiennent-ils leurs enfants sur le plan scolaire?

Les parents récemment immigrés ont souvent une compréhension partielle du contexte scolaire dans lequel évoluent leurs enfants. On pourrait ainsi croire que leur implication parentale s’en trouve diminuée. Or, les résultats d’une récente recherche montrent que, au contraire, les parents qui ont immigré au Québec s’engagent de plusieurs façons pour soutenir leurs enfants, et que cette mobilisation échappe souvent aux gens du milieu scolaire.

parents-immigrants

Shutterstock / Tom Wang

Dans le cadre de sa recherche, Josée Charette de l’Université de Montréal a mené des entrevues semi-dirigées auprès de vingt-cinq familles ayant immigré à Montréal au cours des dernières années. L’objectif était de mettre en lumière les différentes stratégies mises en œuvre par les parents récemment immigrés pour soutenir leurs enfants sur les plans scolaire et social. La chercheuse a récemment publié un article dans la revue Alterstice faisant état des principaux résultats de sa recherche.

À la maison

L’un des constats faits par Charrette est que plusieurs parents (36% des parents sondés) assurent non seulement le suivi des devoirs de l’enfant, mais prennent également l’initiative de leur faire faire de l’étude ou des exercices supplémentaires en vue de consolider les apprentissages réalisés en classe. La chercheuse observe également que le souci des parents concerne en grande partie l’intégration sociale de leur enfant.

parents-immigrants-block_1

À l’école

Une majorité de parents récemment immigrés (64%) répondent rapidement et positivement aux sollicitations de l’école concernant leur enfant. Bien que la langue puisse constituer un obstacle à la communication, bon nombre de parents participent tout de même aux échanges téléphoniques ou aux rencontres organisées pas l’école. L’engagement des parents dans les communications avec l’école est d’autant plus présent lorsque ce sont les parents eux-mêmes qui sollicitent l’échange.

Toutefois, il arrive que certains types de communication soient moins bien reçus de la part du milieu scolaire, comme lorsqu’un désaccord envers les pratiques pédagogiques utilisées en classe est soulevé (une telle expérience ayant été rapportée par 7 parents sur 25).

parents-immigrants-block_2

Ce témoignage illustre bien la double contrainte pour certains parents immigrants, […] où l’école leur demande simultanément de soutenir l’expérience socioscolaire des enfants et de ne pas interférer avec le milieu scolaire.

Dans la communauté

Les résultats de la recherche montrent également que les parents immigrants demanderaient fréquemment conseil aux immigrants de plus longue date pour mieux comprendre le milieu scolaire québécois (procédures administratives, attentes de l’école envers des parents, etc.). Il se formerait ainsi une sorte de réseau social d’entraide entre immigrants, qui se développerait parfois par l’entremise des communautés religieuses.

Près de la moitié des parents sondés (44%) disent également faire appel à certains organismes communautaires pour étendre leur réseau social. Le même désir d’intégration sociale fait aussi en sorte qu’une majorité de parents encouragent leurs enfants à prendre part à des activités en parascolaires (sports, langues, arts, etc.).

Conclusion

Somme toute, les résultats de la recherche montrent que les parents récemment immigrés mettent plusieurs stratégies en œuvre pour soutenir l’intégration scolaire et sociale de leurs enfants. Ces initiatives seraient toutefois peu connues des enseignants selon les constats de la chercheuse.

Notre recherche s’inscrit dans la même lignée que d’autres études qui soulignent la forte mobilisation de certains parents immigrants dans le parcours scolaire de leurs enfants, malgré le peu de contacts directs avec l’école.

[Consultez l’article]

 

Image : © Shutterstock / Tom Wang

Référence

  • Charette, J. (2016). Stratégies parentales déployées pour soutenir l’expérience socioscolaire d’élèves récemment immigrés : un fort investissement « en marge » de l’école. Alterstice, 6(1), 121-132.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)