L’autoévaluation pour plus d’autonomie dans l’apprentissage

Pour que les étudiants universitaires deviennent de plus en plus autonomes dans leurs apprentissages; ou, plus précisément, dans la régulation de leurs apprentissages, le développement de capacités d’autoévaluation est de mise.

autoevaluation-universite

Shutterstock / Robert Kneschke

Dans cet article, Wathelet et ses collaborateurs présentent les grandes lignes de leur recherche sur l’autoévaluation. Ils font notamment le point sur les concepts de régulation, de rétroaction, d’évaluation formative et d’autoévaluation et sur les liens qui existent entre ces concepts et la réussite éducative.

À quoi sert l’autoévaluation?

Être en mesure de statuer de façon précise la maitrise – ou la non-maitrise – des compétences devrait permettre aux étudiants de se fixer des objectifs d’apprentissage et de développer des stratégies pour atteindre ces objectifs. Ainsi, l’autoévaluation devient une stratégie pour optimiser l’apprentissage.

Une étape importante du développement de l’autonomie de l’étudiant et de sa capacité à s’autoréguler dans une perspective formative réside dans le développement de sa compétence à s’autoévaluer.

L’évaluation : un élément crucial du processus d’apprentissage

Comment faire en sorte que les étudiants développent leur compétence d’autoévaluation?

L’évaluation formative serait un élément clé de la réponse. En plus de permettre à l’enseignant d’ajuster son enseignement, l’évaluation formative permet de donner des rétroactions constructives à l’étudiant, afin que celui-ci soit conscient des aspects à améliorer et qu’il mette en œuvre des actions pour y parvenir.

Plus qu’un simple portait des savoirs et savoir-faire des étudiants, les rétroactions devraient être un incitatif à l’action, en indiquant à l’étudiant si ses savoirs et savoir-faire correspondent aux attentes et en quoi elles y correspondent. Cependant, dans une perspective constructiviste, une rétroaction ne devrait pas être trop précise, car une partie de la réflexion doit être faite par l’étudiant pour que celui-ci développe des compétences d’autorégulation (par exemple se fixer des objectifs ou développer des stratégies).

À la suite du diagnostic, une régulation pertinente et efficiente devrait être envisagée par l’étudiant concernant la manière de remédier à ses difficultés et d’orienter ses apprentissages.

Comment tirer profit de l’évaluation et de la rétroaction ?

Recherche

Par leur recherche, Wathelet et ses collaborateurs voulaient, entre autres, vérifier les comportements d’autoévaluation des étudiants qui font leur entrée à l’université. Pour ce faire, ils ont compilé des données à propos de 734 étudiants par l’entremise d’un test (nommé « Passeport ») qui avait pour but de mesurer leur maitrise des prérequis universitaires (lecture de textes universitaires, mathématiques, etc.). Les étudiants étaient par le fait même invités à autoévaluer leur maitrise de chaque prérequis.

Selon les résultats de la recherche, les étudiants évalueraient la plupart du temps de façon assez juste leur maitrise des prérequis universitaires, quoique les chercheurs aient noté une légère tendance à surévaluer cette maitrise.

Par ailleurs, chez les étudiants sondés, l’activité d’autoévaluation ne mènerait pas, de façon générale, à la mise en œuvre de comportements d’autorégulation (comme participer à des activités proposées pour renforcer la maitrise des prérequis).

[Pour consulter l’article]

 

Référence : Wathelet, V. Dontaine, M., Massart, X., Parmentier, S. et Romainville, M. (2016). Exactitude, déterminants, effets et représentations de l’autoévaluation chez des étudiants de première année universitaire. Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur, 32(2), récupéré en ligne sur le site de Ripes : http://ripes.revues.org/1102

Image : © Image Shutterstock / Robert Kneschke

Dernière modification : 6 septembre 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

2 commentaires

  1. Par Marcelo Luna le 13 octobre 2016 à 16:47

    Ça m’intéresse beaucoup. Je voudrais savoir si nous pourrions avoir accès à la partie sur la méthodologie de la collecte de données.

    Merci !

    Commentaire inapproprié ?

  2. Par Bien rédigé le 21 juillet 2017 à 2:39

    Très claire et précis

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)