Le potentiel éducatif de l’art numérique

Amener des adolescents à demeurer concentrés sur ce qui se passe en classe alors qu’ils ont à portée de main un téléphone intelligent constitue un défi de taille. En effet, 74% des adolescents ont accès à un téléphone intelligent – et la plupart préfèrent être sur Instagram plutôt qu’à l’école! Et si la production et le partage de photos étaient au programme plutôt qu’être interdits entre les murs de la classe?

art-numerique

Shutterstock / Billion Photos

Cet article est traduit et adapté du texte Mobile curricula foster teen engagement publié sur le site de nouvelles de l’Université Concordia.

C’est ce qu’une étude menée par Juan Carlos Castro en collaboration avec des chercheurs de l’Université Concordia a voulu mettre à l’essai. Les résultats de leur recherche montrent des bienfaits éloquents à l’usage des technologies mobiles et à la création d’images par l’intermédiaire de ces outils numériques. En effet, l’engagement des élèves serait marqué par cette pratique, qui favoriserait également les relations entre les jeunes, leur implication dans la communauté ainsi que l’expression de leur identité.

En quoi consistait la recherche?

L’objectif initial de la recherche était de créer un programme d’art médiatique sur mobile – nommé MonCoin – qui encouragerait l’engagement citoyen auprès des jeunes à risque de décrochage scolaire.

Les chercheurs ont ensuite expérimenté le programme auprès de jeunes entre 16 et 20 ans, qui avaient déjà décroché et qui tentaient maintenant d’obtenir leur diplôme d’études secondaires à l’éducation aux adultes dans la région de Montréal.

Pour ce faire, ils ont remis à chacun des jeunes un « iPod Touch » et leur ont donné accès à un groupe semi-privé sur Instagram, sur lequel ils étaient en mesure de communiquer entre eux, de voir les photos prises par chacun, de les partager et de les commenter. Le programme encourageait les participants à utiliser leur mobile tant à l’école qu’à l’extérieur du cadre scolaire. L’activité principale consistait à prendre des photos qui répondaient à la question « Comment je pourrais rendre ce quartier meilleur? ».

De la création d’images à l’implication citoyenne

La recherche a montré que les jeunes ayant participé à l’étude se préoccupaient d’abord d’aspects techniques et esthétiques liés à la création d’images, ce qui les a ensuite menés à considérer des problèmes liés à l’engagement citoyen.

C’est lorsqu’ils prenaient des photos de leur quartier que les jeunes ont remarqué les failles de leur environnement – et non l’inverse.

L’usage de la vidéo pour apprendre

L’importance de l’identité

Selon les chercheurs, une partie critique de l’apprentissage en ligne est le développement de l’identité de l’individu à travers la création et le partage d’images. Puisque le dialogue en ligne et les commentaires étaient encouragés, les étudiants ont aussi développé un sentiment d’appartenance à leur communauté. Ils ont également pris conscience de la diversité des points de vue des pairs au sujet des images partagées.

Nous avons été surpris de constater que plus les étudiants interagissaient entre eux en ligne, plus ils étaient portés à interagir à l’école et lors de sorties extrascolaires.

Les TIC à l’école : enjeux et recommandations

Les implications de la recherche

Castro et ses collaborateurs sont pratiquement les seuls chercheurs nord-américains à orienter leurs recherches autour de l’enseignement des arts visuels par l’entremise des mobiles et des médias sociaux. Pour eux, cette voie est prometteuse pour susciter l’engagement des jeunes en leur proposant des activités signifiantes pour eux.

[Consultez l’article]

Image : © Shutterstock / Billion Photos

Dernière modification : 21 septembre 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)