Est-ce que la littératie a évolué avec l’arrivée des technologies numériques?

Quel est le lien entre les activités sur le Web des préadolescents et la construction de leur littératie? C’est pour répondre à cette question que Amy C. Hutchison, Lindsay Woodward et Jamie Colwell ont mené une recherche permettant d’évaluer comment les préadolescents lisent, écrivent et communiquent à l’aide des outils numériques.

litteratie_web

Outils numériques : vers une évolution du concept de la littératie?

Dans cet article, l’équipe de chercheurs élabore une nouvelle définition de la littératie qui va beaucoup plus loin que la capacité à lire des textes imprimés.

Nous devons considérer que les lecteurs d’aujourd’hui doivent savoir lire autant les textes imprimés que virtuels.

(Hutchison, Woodward & Colwell, 2016, p. 2)

Aujourd’hui, le lecteur doit donc être capable de comprendre le sens d’un texte, mais aussi des images, des sons et des vidéos qui véhiculent l’information. Dans la liste des nouvelles compétences en littératie, on inclut aussi:

1) Trouver une information
2) En évaluer la validité
3) Avoir des compétences numériques suffisantes pour être autonome
4) Être un contributeur pertinent à la communauté de l’information

Méthode

Des questionnaires ont été distribués dans 5 écoles du Midwest américain qui bénéficiaient d’un programme offrant un ordinateur portable par élève.  1262 élèves de 4e et 5e année (entre 9 et 12 ans) ont participé à la recherche. Les chercheurs ont tenu compte du fait que ces compétences se développent à l’intérieur et à l’extérieur du milieu scolaire.

Résultats

Compétence

Les répondants déclarent être compétents à utiliser les ordinateurs, les tablettes ou les téléphones intelligents. Fait intéressant, une partie du questionnaire était réservé à évaluer la « réelle compétence » des participants. Elle révèle que les participants auraient plutôt des compétences virtuelles de niveau « moyen ».

Préférences d’utilisation

Au sujet de leurs préférences d’utilisation personnelles, internet bat les livres et la télévision. De plus, ils considèrent qu’utiliser internet est plus difficile que de lire un livre ou de regarder la télévision. Pourtant, à leurs yeux, le livre semble être la source d’information la plus fiable. Après avoir épluché le corpus de données, les chercheurs mentionnent ressentir une inquiétude quant à la capacité des répondants à évaluer la pertinence des sources d’information.

Utilisation

La grande majorité des activités réalisées par les participants dans le cadre scolaire impliquaient de consommer de l’information plutôt que d’utiliser les médias créatifs. Les chercheurs incitent les enseignants à intervenir à ce sujet.

Différences garçons et filles

Les filles semblent être meilleures pour rechercher et partager de l’information sur le web; pourtant, elles s’évaluent comme étant moins compétentes que les garçons.

Peu de réseautage

Considérant que les participants de cette étude n’ont pas encore l’âge d’utiliser les plus grands sites de réseautage; il est mentionné qu’ils utilisent peu internet pour communiquer.

[Consulter l’article]

Référence : Hutchison, A. C., Woodward, L., & Colwell, J. (2016). What Are Preadolescent Readers Doing Online? An Examination of Upper Elementary Students’ Reading, Writing, and Communication in Digital Spaces. Reading Research Quarterly, 1–20. http://doi.org/10.1002/rrq.146

Dernière modification : 5 juillet 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

3 commentaires

  1. « ils considèrent qu’utiliser internet est plus difficile que de lire un livre ou de regarder la télévision » :

    ne serait-ce pas plutôt : «  »ils considèrent qu’utiliser internet est plus facile que de lire un livre ou de regarder la télévision » ?

    L’adjectif  » facile » semble mieux correspondre au développement du texte.

    Commentaire inapproprié ?

  2. Merci de votre commentaire.
    Il semblerait que les participants considèrent que l’utilisation d’internet est plus complexe que les autres moyens de communication mentionnés dans l’étude. Malgré ceci, ils préfèrent ce médium.

    Commentaire inapproprié ?

  3. Par Jean Bourque le 26 juillet 2016 à 9:21

    Bonjour Madame Pageau,

    Merci pour cet article fort intéressant. Pour vos lecteurs qui désirent aller plus loin, permettez-moi de suggérer la lecture du livre de Nicholas CARR, INTERNET REND-IL BÊTE ? Éd. Robert Laffont. 2011.
    Plus particulièrement les chapitres sur la lecture.

    Très cordialement,

    Jean Bourque. Orthopédagogue à la retraite.

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)