Comment les jeunes évoluent-ils lors du passage entre le primaire et le début du secondaire?

L’Institut de la statistique du Québec a procédé à une Étude longitudinale du développement des enfants du Québec de 1998 à 2015. Cette étude, menée auprès de 2 120 enfants, dès leur jeune âge jusqu’à la fin de leur secondaire, a permis d’analyser les trajectoires de ces enfants dans le système scolaire, notamment le passage du primaire au secondaire, reconnu pour être une période de vulnérabilité chez certains élèves.

passage-primaire-secondaire

Shutterstock / luminaimages

Un fascicule fait état des principaux résultats de l’étude. On y présente les changements susceptibles de se produire lors de la transition primaire-secondaire, en plus d’analyser ces changements selon plusieurs critères (sexe, revenu familial, etc.). On établit également le lien entre certains facteurs et le risque de décrochage scolaire chez les jeunes.

L’évolution du comportement des jeunes

Selon les résultats de l’étude, les comportements perturbateurs de type extériorisé (comme les agressions physiques ou les comportements d’opposition) tendent à diminuer entre la fin du primaire et la fin de la première année du secondaire. Toutefois, les comportements associés à la délinquance et à l’inattention ont tendance à augmenter, particulièrement chez les jeunes provenant de familles relativement plus favorisées d’un point de vue socioéconomique. En effet, les comportements des enfants de famille à faible revenu semblent demeurer plus stables lors du passage du primaire au secondaire.

Par ailleurs, « les jeunes qui ne vivaient pas avec leurs deux parents biologiques en 6e année du primaire présentent davantage de comportements délinquants en 1re année du secondaire ». Ils sont également plus enclins à présenter des comportements d’inattention, d’hyperactivité ou d’opposition que les jeunes qui vivent avec leurs deux parents. Ces jeunes seraient donc plus à risque sur le plan comportemental que les élèves provenant de milieux socioéconomiques défavorisés.

Le rendement scolaire

On observe une baisse du rendement scolaire en français et en mathématiques lors du passage du primaire au secondaire chez une majorité d’élèves. Pour la plupart, cette baisse est cependant mineure. Parallèlement, à la suite du passage primaire-secondaire, on observe une diminution du sentiment de compétence et de la motivation intrinsèque des élèves à l’égard des mathématiques, particulièrement chez les garçons. Ces derniers éprouveraient toutefois un sentiment de compétence plus élevé que les filles, chez qui ce sentiment demeurerait plus stable entre le primaire et le secondaire.

Transition primaire-secondaire [Dossier thématique]

Les attitudes d’apprentissage et l’indiscipline scolaire       

Les attitudes d’apprentissage, comme écouter de façon attentive et suivre les consignes liées aux tâches et aux travaux à compléter, ne changeraient pas de façon significative chez les élèves entre le primaire et le secondaire. Le même constat est fait à l’égard des conduites d’indiscipline. Par contre, les filles seraient plus à risque que les garçons de présenter une hausse de comportements d’indiscipline au début du secondaire. Malgré cette hausse, les garçons présentent en moyenne un score d’indiscipline plus élevé que celui des filles, que ce soit au primaire ou au secondaire.

L’attachement à l’école et l’engagement scolaire

Les filles présentent en moyenne un plus grand degré d’attachement à l’école que les garçons. On ne note toutefois pas de changement à cet égard lors de la transition primaire-secondaire. Quant à l’engagement scolaire, facteur étroitement associé à la persévérance scolaire, on observerait une hausse de cet engagement entre le primaire et le secondaire auprès des élèves ayant suivi un cheminement scolaire régulier. Ce niveau d’engagement scolaire serait généralement plus élevé chez les filles que chez les garçons. Il serait particulièrement lacunaire « chez les élèves moins altruistes, plus retirés socialement ou davantage victimisés en 1re année du secondaire ».

[Lorsque] des changements surviennent, ce sont souvent les élèves qui présentent le portrait le plus favorable au départ qui voient leur situation évoluer de façon moins positive entre la fin du primaire et la fin de la 1re année du secondaire.

Les élèves à risque de décrochage au secondaire

Globalement, l’étude révèle que chez certains jeunes, la transition entre le primaire et le secondaire contribue à augmenter le risque de décrochage scolaire, tandis que chez d’autres, ce risque diminue lors de l’entrée au secondaire.

Qui sont ces jeunes qui décrochent avant la fin du secondaire?

Toutefois, certains facteurs de risque présents dès le début du primaire prédisent un risque important de décrochage scolaire au secondaire, notamment « l’appartenance à un ménage de faible statut socioéconomique et un niveau plus élevé d’anxiété à la maternelle, un rendement moyen ou faible en lecture en première année et un niveau plus faible d’attachement à l’école durant les années du primaire ».

[Consultez le document]

Dernière modification : 25 mai 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)