Comment préparer les enfants à l’apprentissage formel des mathématiques?

Comme le célèbre personnage de littérature Sherlock Holmes l’a déjà affirmé : « Les petites choses sont les plus importantes » (The little things are infinitely the most important). Cette affirmation pourrait probablement devenir la devise de certains professeurs de l’University of Alberta, qui soutiennent qu’en éducation, de petites actions peuvent avoir un impact considérable sur l’apprentissage.

preparation-mathematique

Shutterstock / Ilike

Cet article est une adaptation libre du texte de Scott Lingley, publié sur le site Web de la University of Alberta.

Bon nombre de parents ont le souci de préparer leur enfant à l’apprentissage de la littératie, en enseignant par exemple au jeune les lettres de l’alphabet avant même qu’il n’ait mis le pied à l’école. Selon Lynn McGarvey, professeure en science de l’éducation à l’University of Alberta, les parents prépareraient également leur enfant à l’apprentissage des mathématiques, la plupart du temps en leur apprenant à compter. Or, la spécialiste de l’apprentissage des mathématiques souhaiterait élargir la façon dont les parents et les éducateurs amènent les jeunes enfants à découvrir l’univers des chiffres.

En saisissant les occasions qu’offre la vie quotidienne pour explorer certains concepts mathématiques, les adultes pourraient amener les enfants, dès leur jeune âge, à percevoir les mathématiques non seulement comme une matière scolaire, mais aussi comme une façon de comprendre le monde.

McGarvey propose quelques façons de créer ces opportunités.

1. Analyser le potentiel mathématique de la routine quotidienne

L’une des recherches actuelles menées par McGarvey porte sur l’identification des moments propices à l’introduction de concepts mathématiques à l’intérieur d’une routine de classe au préscolaire.

L’éducation préscolaire fait un travail merveilleux sur le plan de différentes habiletés, sociales et littéraires par exemple, mais les mathématiques sont souvent négligées. Cela s’expliquerait, en partie, par le fait que les enseignants ne sont pas habitués à reconnaitre et à utiliser le potentiel mathématique des activités ludiques réalisées au préscolaire.

La chercheuse suggère qu’une activité quotidienne, aussi simple que chercher deux souliers identiques pour compléter une paire, peut devenir une occasion pour travailler des habiletés comme classer et comparer. Dans un même ordre d’idées, une éducatrice pourrait utiliser le moment où les enfants forment un rang pour aborder le concept d’ordre des nombres (premier, deuxième, …), ou encore pour jouer avec des termes associés à l’espace comme « avant », « à côté de », « entre », « derrière ».

2. Expérimenter les mathématiques à travers des activités ludiques

Que ce soit en construisant des formes avec des bâtonnets de « Popsicle », en complétant des casse-têtes, en chantant des chansons, ou en faisant la lecture interactive de livres à séquences répétitives, il est possible selon McGarvey d’explorer des concepts mathématiques de façon agréable.

Découvrir les mathématiques en lisant des histoires

La chercheuse encourage également les éducateurs à réaliser des activités de visualisation avec les enfants pour les préparer aux mathématiques. À titre d’exemple, il pourrait s’agir de faire compléter une course à relais aux élèves, pour ensuite amener ceux-ci à dessiner ce qu’ils ont vu lors du parcours et ce dont ils se souviennent de la course. Ce type d’activité amènerait les enfants à utiliser leur mémoire visuelle pour représenter sur papier une situation qui s’est produite en « 3D », à l’intérieur d’une période de temps définie; habiletés qui rejoignent celles sollicitées dans le domaine des mathématiques.

Visualiser les mathématiques

3. Se rappeler que les mathématiques ne sont pas que des chiffres

Selon McGarvey, l’habileté à se représenter et à manipuler mentalement un objet est nécessaire au développement des compétences en mathématiques. Cette habileté serait pourtant délaissée dans les programmes d’études selon la chercheuse.

Les enfants qui ont une bonne mémoire visuelle ne sont pas seulement habiles dans les tâches faisant appel aux habiletés spatiales; ils le sont aussi pour manipuler les chiffres.

Certains résultats de recherche auraient même montré que cette habileté serait un excellent facteur pour prédire la réussite scolaire en mathématiques.

[Consultez l’article]

 

Source de l’image : Shutterstock / Ilike

Dernière modification : 13 septembre 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 2,50 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)