Quoi de neuf?

L’importance du questionnement dans l’apprentissage

À l’ère des technologies de l’information, il est facile de trouver les réponses aux questions factuelles. Vous voulez savoir qui a signé la Déclaration d’indépendance américaine : « Google it »! Si une simple recherche Internet donne sans trop d’efforts accès à la plupart des informations qui échappent à votre mémoire, l’ordinateur n’est toutefois pas aussi habile pour poser des questions. Par chance, l’humain excelle dans ce domaine, du moins lors des premières années de son existence.

questions-apprentissage

Shutterstock / LuckyImages

Ce texte est une adaptation libre du texte « How to Bring ‘More Beautiful’ Questions Back to School » de Katrina Schwartz publié dans le blogue MindShift du média californien KQED.

La curiosité fait inévitablement partie de l’expérience humaine. Selon l’auteur et conférencier américain Warren Berger, le questionnement est une habileté primordiale. D’un point de vue pragmatique, le marché du travail cherche des personnes qui sont capables de poser de réelles questions pour résoudre des problèmes et mener vers des solutions efficaces.

Une habileté naturelle

Entre l’âge de 2 et 5 ans, les enfants posent en moyenne 40 000 questions (près de 300 questions par jour vers l’âge de 4 ans), explique Berger.

Lorsque les enfants apprennent une chose à propos de laquelle ils étaient curieux, ils sont satisfaits et éprouvent du plaisir; leur cerveau produit de la dopamine.

Paradoxalement, vers l’âge de 5 ou 6 ans, quand l’enfant fait son entrée à l’école, le nombre de questions posées diminue. Selon Berger, plusieurs raisons expliquent ce changement :

Comment peut-on faire tomber les barrières du questionnement en tant qu’éducateurs?

Berger affirme que les parents et les enseignants peuvent contribuer à normaliser et à encourager le questionnement à l’école et dans le quotidien. La première façon serait sans doute d’agir à titre de modèle de personne curieuse qui se questionne et qui accorde de l’importance aux questions des autres. Concrètement, au lieu de demander à un enfant « Qu’as-tu appris à l’école aujourd’hui? », un parent pourrait demander « Quelle est la meilleure question que tu as posée aujourd’hui? ». Dans un même ordre d’idées, lorsqu’un enfant pose l’une de ces questions profondes à propos de l’existence humaine, un parent pourrait se lancer dans l’exploration de la question avec son enfant.

Vous n’avez pas à connaitre les réponses. Vous n’avez qu’à avoir de l’intérêt.

La philosophie pour enfants pour améliorer les compétences en littératie et en mathématiques

Comment inciter les élèves à poser des questions?

Plusieurs élèves n’osent pas lever la main en classe parce qu’ils sont timides ou nerveux. Toutefois, un élève pourrait se sentir plus à l’aise de poser des questions en petits groupes ou encore d’écrire ses questions. Tout en variant les dispositifs, l’enseignant doit mettre l’accent sur le fait qu’aucune question n’a le droit d’être jugée ou rabaissée.

Selon Berger, la clé est, entre autres, de valoriser le questionnement et de le rendre attrayant. À titre d’exemple, l’enseignant peut proposer aux élèves de transformer les questions fermées en questions ouvertes et leur faire observer la différence entre les deux. Il peut aussi s’agir d’habituer les élèves à approcher un problème avec une question de type « Pourquoi? », pour ensuite se demander « Que se passerait-il si […]? », et enfin se pencher sur des solutions à l’aide de questions comme « Comment pourrions-nous […]? ».

Différents moyens peuvent être mis de l’avant par l’enseignant pour promouvoir le questionnement chez ses élèves, comme « la meilleure question de la semaine », ou encore offrir une question bonus comme celle-ci lors d’une évaluation : « Quelle question aurait pu être posée dans ce test, mais ne l’était pas? ».

Toutes ces actions pourraient faire en sorte que le questionnement devienne une activité normale et habituelle lors d’une journée d’école. Selon Berger, le questionnement et la réflexion sont les clés du développement de soi, et c’est pourquoi l’école devrait encourager cet exercice de la pensée. Qu’en dites-vous?

[Consultez l'article]

 

Photo : ShutterstockLuckyImages & Flaticon

Dernière modification : 17 avril 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)