Quoi de neuf?

Qui sont ces jeunes qui décrochent avant la fin du secondaire?

Dans les dernières années, au Québec, près d’un élève sur 5 quitte le secondaire sans avoir obtenu de diplôme ni de qualification. Bien qu’une légère hausse du nombre de qualifications ait été observée, le taux de décrochage scolaire demeure préoccupant. Ce document ministériel expose les principales caractéristiques des décrocheurs au Québec.
decrochage-secondaire

Les « EHDAA »

Au secondaire, environ un élève sur cinq est considéré comme un élève handicapé ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA). Ces élèves représentent près de la moitié des décrocheurs au secondaire.

Les élèves immigrants

Les élèves immigrants décrochent davantage que les autres élèves. En effet, près de 20% de l’ensemble des élèves issus de l’immigration (particulièrement les immigrants de première génération, nés à l’extérieur du Canada) ne terminent pas leur secondaire.

L’ensemble des élèves immigrants, représentant 22,8 % des élèves inscrits en 2011-2012, regroupait 30,0 % des décrocheurs.

Les élèves défavorisés

Les élèves issus de milieux défavorisés sont plus nombreux à décrocher que ceux provenant de milieux aisés. Les milieux où l’on retrouve un nombre important d’élèves autochtones affichent un taux de décrochage particulièrement élevé.

Persévérance et décrochage [Section thématique]

Le décrochage selon le niveau scolaire

La majorité des élèves qui décrochent sont en 4e ou en 5e année du secondaire (deuxième cycle), mais une autre grande partie des décrocheurs se situe en secondaire 3.

Les décrocheurs de 3e secondaire

Les élèves de 3e secondaire qui décrochent appartiennent la plupart du temps à plusieurs catégories qui laissent présager un risque plus important de décrochage scolaire (par exemple des élèves immigrants présentant des difficultés d’apprentissage et ayant accumulé un retard scolaire).

À l’opposé, un certain nombre de décrocheurs annuels de 2011-2012 ne possédaient aucune des caractéristiques laissant présager un risque plus élevé de décrochage.

En effet, 7% des décrocheurs de 3e secondaire n’étaient pas nécessairement considérés comme étant à risque de décrochage scolaire. Ce profil de décrocheur s’apparente plus souvent aux filles.

Les décrocheurs de 4e et 5e secondaire

Ce sont les jeunes ayant accumulé un retard scolaire qui décrochent le plus au 2e cycle du secondaire. En secondaire 4, la plupart des jeunes qui décrochent présentent à la fois un retard scolaire et au moins une autre caractéristique sociodémographique laissant présager un risque de décrochage, comme être issus d’un milieu défavorisé ou présenter un handicap ou une difficulté d’adaptation ou d’apprentissage.

Le mentorat pour favoriser la persévérance scolaire des jeunes

En secondaire 5, le profil des décrocheurs diffère. En effet, plusieurs élèves qui décrochent à la dernière année du secondaire (15,6%) ne présentent aucune caractéristique associée aux risques de décrochage, et plusieurs autres (13,1%) présentent un retard scolaire, mais pas d’autres caractéristiques sociodémographiques associées à une possibilité plus accrue de décrochage.

Que manque-t-il aux jeunes de 5e secondaire qui décrochent?

La grande majorité (64,2%) des élèves de secondaire 5 qui n’obtiennent pas de diplôme ne répondent pas aux exigences en ce qui concerne leur langue d’enseignement. 71,1% d’entre eux sont des garçons. En outre, plusieurs jeunes décrochent alors qu’il ne leur reste que quelques crédits à compléter avant l’obtention d’un diplôme ou d’une qualification.

[Consultez le document]

 

Creative Commons Creative Commons Attribution 2.0 Generic License Sam

Dernière modification : 14 octobre 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)