Quoi de neuf?

Le rapport à la lecture et à l’écriture des élèves du primaire et du secondaire

« Le rapport qu’entretient chaque élève avec la lecture et l’écriture n’est jamais blanc ou noir » (Baratte, 2007). Plutôt nuancé, ce rapport est changeant et diffère pour chaque individu.

lecture-écritureLe ministère de l’Éducation (MEESR) a recueilli et analysé pendant trois ans (2009, 2010 et 2011) les « perceptions et attitudes des élèves à l’égard de la lecture et de l’écriture » ainsi que leurs habitudes de lecture et d’écriture. Dans un document synthèse, il présente les résultats de cette analyse.

Les genres préférés des jeunes

Dans le questionnaire administré aux élèves, on posait la question suivante : « Lorsque tu choisis un livre pour toi-même, à l’école, quel type de livre choisis-tu? »

Selon les réponses des élèves interrogés, la bande dessinée, le roman et le mini-roman ont la cote au primaire. Au premier cycle du secondaire, les romans sont les plus populaires, suivis des magazines, des revues ou des journaux. Si le documentaire et l’album sont tout de même appréciés au primaire, ils ne semblent l’être que très peu au secondaire, quoique plus populaires auprès des garçons.

CASIS-Écriture : un programme d’intervention
visant à favoriser la motivation des élèves en écriture

Les différences entre les garçons et les filles

L’intérêt que portent les élèves aux divers genres de livres varie non seulement en fonction de l’âge, mais aussi en fonction du genre. Sans grande surprise, les bandes dessinées sont beaucoup plus populaires auprès des garçons, et ce, tous âges confondus, tandis que le roman est plus populaire auprès des filles.

La lecture et l’écriture à l’extérieur de l’école

Au secondaire, on note une forte présence d’activités de lecture et d’écriture pratiquées en dehors de l’école chez les garçons et les filles. Ces activités consistent principalement à gérer des courriels (85% des jeunes) et clavarder sur internet (90% des jeunes).

Perception de soi et motivation

Au deuxième cycle du primaire, une grande majorité des élèves (81% des garçons et près de 90% des filles) se considèrent comme étant de bons lecteurs. À la fin du premier cycle du secondaire, le pourcentage de garçons s’estimant compétents en lecture est passé de 81% à 69%. À ce moment de la scolarité des garçons, 57% des garçons affirment aimer lire et 46% disent aimer écrire.

Compte-rendu de la conférence
« Réconciler les élèves avec la lecture et l’écriture »

En bref :

  • Lorsque les élèves sont au primaire, la perception qu’ils ont de leur compétence en lecture semble demeurer stable. Toutefois, elle diminue au terme du premier cycle du secondaire.
  • Dans un même ordre d’idées, plus les élèves avancent dans leur parcours scolaire, plus la perception de leur compétence en écriture diminue, de même que leur motivation à lire et à écrire.

À tous les cycles d’études, ce sont les filles et les élèves qui ont réussi l’épreuve d’écriture qui ont une perception de compétence et une motivation à lire et à écrire plus élevées.

[Consultez le document]

Référence

Baratte, M. F. (2007). La construction du rapport à l’écrit : l’écriture avant l’écriture. Paris, France : L’Harmattan.

Creative Commons Creative Commons Attribution 2.0 Generic License Richard

Dernière modification : 11 août 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)