Les effets du bilinguisme sur le cerveau

Avant les années 60, les recherches associaient le fait d’être bilingue à un développement ralenti des capacités intellectuelles et langagières. Ce « handicap » s’est de nos jours transformé en avantage difficilement réfutable. En effet, les recherches actuelles montrent que le fait de parler plusieurs langues a plusieurs effets positifs, notamment en ce qui concerne les fonctions cognitives.

bilinguisme-cerveauLes travaux de Yang Hwajin, une aide-professeure à Singapour Management University, portent sur les effets du langage sur notre façon de traiter l’information.

Dans cet article, Hwajin explique que le fait de parler plusieurs langues serait un bon « entrainement » du cerveau.

À titre d’exemple, je parle coréen. Quand je parle anglais, je dois inhiber mes pensées à propos de la grammaire coréenne et orienter mon attention sur la grammaire anglaise, puisque ces deux langues ne partagent aucune structure grammaticale. Parlez ces deux langues m’entraine donc à inhiber les distractions et à me concentrer davantage.

Le bilinguisme chez les enfants défavorisés

Hwajin mentionne que les fonctions cognitives des enfants issus de milieux défavorisés sont généralement moins développées que celles des enfants provenant de milieux aisés. Selon elle, cette réalité pourrait s’expliquer par les nombreuses heures de travail auxquelles s’adonnent les adultes des familles moins aisées pour subvenir à leurs besoins, leur laissant ainsi moins de temps pour être auprès de leurs enfants et les stimuler intellectuellement.

La psychologue soutient que, chez les enfants défavorisés, le bilinguisme pourrait agir à titre de moyen d’intervention pour pallier les possibles lacunes sur le plan des fonctions cognitives.

Les enfants bilingues ont une meilleure mémoire de travail

Même les jeunes enfants chez qui le langage est encore très peu développé bénéficieraient de l’apprentissage de plusieurs langues. À titre d’exemple, un enfant qui entend 60% du temps de l’anglais et 40% du temps du français serait considéré comme bilingue. Ces enfants démontreraient de meilleures capacités cognitives que les enfants provenant d’un même statut socioéconomique parlant une seule langue.

Cela implique que le bilinguisme pourrait aider au développement des enfants de milieux défavorisés.

Le bilinguisme chez les enfants TDAH

D’autres études ont montré que le fait d’être bilingue pourrait être profitable aux enfants présentant un TDAH ou ceux présentant des déficits sur le plan des fonctions cognitives.

Le bilinguisme – Dossier thématique

Hwajin espère être en mesure de démontrer que les gens qui ne présentent pas de déficit cognitif tirent également profit du fait de parler plusieurs langues. Elle aspire aussi à explorer davantage les paramètres biologiques de l’acquisition d’une langue seconde.

[Consultez l’article]

 

Creative Commons Creative Commons Attribution 2.0 Generic License Jeremy Wilburn

Dernière modification : 12 décembre 2018.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Un commentaire

  1. […] Avant les années 60, les recherches associaient le fait d’être bilingue à un développement ralenti des capacités intellectuelles et langagières. Ce «handicap» s’est de nos jours transformé en avantage: les recherches actuelles montrent que le fait de parler plusieurs langues a de nombreux effets positifs, notamment en ce qui concerne les fonctions cognitives. Cet article du Canada rassemble plusieurs études menées sur la question : rire.ctreq.qc.ca […]

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)