Quoi de neuf?

La lecture ne suffit pas pour bien écrire

Les personnes habiles pour orthographier les mots justifient souvent cette maîtrise à leurs habitudes de lecture. Mais qu’en est-il vraiment? Lire souvent et écrire sans fautes vont-ils de pair? Selon les recherches, ce lien ne semble pas si facile à établir.

lecture-écriture

Selon Daniel Daigle, professeur titulaire à l’Université de Montréal, la lecture peut aider l’enfant à construire son lexique orthographique, c’est-à-dire la banque de mots dont l’orthographe entière a été mémorisée et qui sont reconnus automatiquement par l’enfant.

Toutefois, pour mémoriser par exemple que « chapeau » utilise les lettres « eau » pour faire le son /o/, l’enfant a besoin d’un soutien plus important que la simple lecture de ce mot selon le chercheur.

Étude de l’orthographe à la maison

Pour le vérifier, Daigle a mené une recherche portant sur l’enseignement de l’orthographe lexicale auprès de huit groupes d’élèves de 2e année du primaire. Pendant six semaines, les élèves de deux groupes étaient amenés à lire fréquemment des mots déterminés à l’avance, tandis que deux autres groupes étaient sensibilisés aux propriétés visuelles et spécifiques des mêmes mots (comme les lettres « eau » dans « chapeau »). Deux autres groupes recevaient un enseignement axé sur la phonologie des mots (les sons entendus lorsqu’on prononce ces mots), et dans les autres groupes (groupes témoins), on ne procédait à aucun enseignement particulier de ces mots.

Selon les résultats de la recherche, la méthode la plus efficace pour mémoriser à long terme l’orthographe lexicale des mots serait celle par laquelle on sensibilise les élèves aux propriétés visuelles et spécifiques des mots. Ces propriétés spécifiques peuvent être, par exemple, des lettres muettes ou des phonèmes multigraphémiques, c’est-à-dire des sons pouvant être représentés par plusieurs lettres ou groupes de lettres (comme au et eau, an et en).

La lecture fréquente et l’analyse des propriétés phonologiques des mots seraient tout de même bénéfiques, mais moins efficaces que la méthode mettant l’accent sur les propriétés visuelles des mots.

La conscience morphologique : un incontournable dans l’apprentissage de l’orthographe

Le fait de tenir compte des propriétés visuelles des mots dans l’enseignement [favoriserait donc] l’apprentissage de l’orthographe.

 

Creative Commons Creative Commons Attribution 2.0 Generic License Phil

Dernière modification : 3 juin 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)