Quoi de neuf?

Les garçons sur la cour d’école : jeux physiques versus violence

Par souci de sécurité, une politique de « tolérance zéro » à l’égard des jeux de bataille sur la cour d’école est souvent adoptée dans les écoles primaires. Et si ces « jeux physiques », observés la plupart du temps chez les garçons, n’étaient pas nécessairement synonymes de « violence »?

violence-jeu

La psychologue Eileen Kennedy-Moore se spécialise entre autres dans le développement social et émotionnel des enfants.

Dans cet article publié dans Psychology Today, elle rapporte les résultats d’une recherche selon laquelle les enfants entre 8 et 11 ans seraient plus habiles que les adultes pour distinguer une simulation de bataille d’une réelle situation d’agression. Les femmes n’ayant pas de frères auraient particulièrement de la difficulté à départager le jeu de l’agression physique chez les enfants.

Selon la recherche, parmi tous les jeux de bataille observés chez les garçons d’âge primaire, environ 1% de ces jeux se transforment en réelle bataille.

Comment distinguer la bataille du jeu?

Selon la psychologue, la plupart du temps, lorsqu’ils jouent à des « jeux physiques » ou robustes, les garçons :

    • sourient ;
    • jouent avec plusieurs autres enfants ;
    • « attaquent » à tour de rôle ;
    • font attention de ne pas pousser ou frapper trop fort leurs pairs ;
    • continuent à jouer avec les mêmes enfants après le jeu de bataille.

Lorsqu’ils s’engagent dans une réelle bataille, les enfants :

    • affichent une expression de colère ou pleurent ;
    • ne sont souvent que deux ;
    • tentent de blesser l’autre ;
    • ne veulent plus jouer ensemble par la suite.

Sans enrayer à tout prix les jeux de bataille, Kennedy-Moore propose aux intervenants d’aborder ce type de jeu de façon éducative et préventive, par exemple en instaurant avec les enfants un code ou des mots précis permettant de signifier à l’autre que le jeu va trop loin. L’intervenant peut aussi mettre l’accent sur l’importance de ne pas jouer de façon trop robuste, et peut même procéder à un « entrainement » aux jeux physiques acceptables ainsi qu’à une supervision de ce type de jeu auprès des élèves présentant des difficultés d’autocontrôle.

La violence chez les garçons et les filles : prévention et intervention

L’intérêt des jeux de bataille

Les jeux de bataille permettent aux enfants de mettre au défi leurs habiletés et leur procurent une sensation de pouvoir. Les batailles sont souvent partie intégrante de jeux de rôles impliquant des superhéros ou des « bons » et des « méchants ».

Selon Panksepp, donner des opportunités de jouer à se battre à des enfants hyperactifs serait même bénéfique à l’inhibition des comportements [problématiques] adoptés par ces jeunes.

Comité québécois pour les jeunes en difficulté de comportement

Les jeux de batailles à l’adolescence

Vers l’adolescence, les jeux physiques entre garçons deviennent moins inoffensifs, car ils impliquent plus souvent des relations de dominance envers des jeunes plus vulnérables. Il importerait donc d’être plus vigilants envers les jeux physiques vers la fin du primaire.

[Consultez l'article]

 

Creative Commons Creative Commons Attribution 2.0 Generic License Lars

Dernière modification : 20 juillet 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

2 commentaires

  1. Par Éducatrice le 22 juillet 2015 à 21:17

    Ce genre de jeux est interdit par les commissions scolaires et les directions d’école qui aujourd’hui, ont peurs d’être poursuivi pour tout et rien. En tant qu’éducateurs / éducatrices, même si nous ne sommes pas en accord avec ces façons de procéder, nous n’avons d’autres choix que d’appliquer ces règles et que de prendre les blâmes. Les restrictions ne viennent pas du fait qu’il s’agit majoritairement d’un milieu de femmes, mais lorsqu’on ne connaît pas le fonctionnement, il est facile de l’interpréter ainsi.

    Commentaire inapproprié ?



     ou annuler

  2. Par Denise Mercier le 24 juillet 2015 à 9:55

    Nous avions souvent du tiraillage que nous trouvions malsain dans la cour d’école entre des élèves, surtout avec l’un d’entre eux
    Des jeux de tiraillage supervisés ça se peut. Un bon gros matelas bleu par terre, permet aux enfants qui le désirent de se mesurer l’un à l’autre.
    J’ai déjà utiliser cette pratique pour permettre aux enfants de primaire qui le désiraient de se mesurer. Lorsqu’ils ont compris les capacités physiques de chacun, nous n’avons plus assister dans la cour ou très rarement à du tiraillage entre ceux qui ont voulu se mesurer sur le matelas. Durant l’exercice il n’y a pas eu d’agressivité malsaine.

    Commentaire inapproprié ?



     ou annuler

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)