Apprendre de ses expériences comme professeur grâce à une démarche de résolution de problèmes

Pour apprendre de ses expériences et des obstacles qu’il rencontre, un professeur est amené à poser un regard critique sur plusieurs aspects de sa pratique. Or, cette réflexion est souvent faite de façon intuitive par le professionnel de l’éducation, ce qui ne lui permet pas toujours d’apprendre des situations problématiques qu’il rencontre.

experiences-resolution-problemes

Dans son article, paru dans la revue Pédagogie collégiale, Annie-Claude Prud’homme, conseillère pédagogique et membre du groupe de travail sur la didactique de PERFORMA, propose une démarche de résolution de problème axée sur l’apprentissage expérientiel. Cette démarche, construite en s’appuyant entre autres sur les travaux de Kolb (1984), Perrenoud (1996) et Legendre (2004), permet d’encadrer le questionnement et la réflexion d’un professeur de Cégep sur sa pratique.

Le praticien qui entreprend une telle démarche se donne le droit d’apprendre de toute situation professionnelle.

La réflexion peut s’amorcer à la suite d’une situation problématique vécue par le professeur dans le cadre de son activité d’enseignement.

CAP sur la réussite!

Les 3 étapes de la démarche

Étape 1 : Explorer

La première étape consiste à analyser la situation et les relations pédagogiques entre les différents acteurs impliqués. Pour se faire, le professeur peut utiliser le triangle pédagogique (Houssaye, 2004) pour représenter la situation et les relations entre les éléments impliqués. Il formule ensuite des hypothèses à propos des causes pouvant expliquer la situation problématique rencontrée.

Étape 2 : Comprendre

Pour mieux comprendre la situation problématique, il importe de se pencher sur la dimension didactique de cette situation. Pour ce faire, Prud’homme propose un schéma qui permet d’associer l’hypothèse du professeur avec une ou plusieurs pistes de questionnement didactique. Pour chacun des aspects didactiques ciblés, le professeur se pose des questions auxquelles il réfléchit afin de parvenir à une meilleure compréhension du problème.

À titre d’exemple, un professeur insatisfait des performances de ses étudiants à un examen pourrait se questionner sur le rapport des étudiants aux savoirs en se posant les questions suivantes :

    • Quelles sont les notions dont la maîtrise est préalable à l’apprentissage des savoirs enseignés dans mon cours?
    • Quelles sont les erreurs les plus fréquentes des étudiants? Que révèlent-elles?

Étape 3 : Agir

Avec l’aide des questionnements didactiques, le professeur cible les causes du problème pour ensuite se pencher sur les solutions concrètes et envisageables pour le résoudre. Il doit donc choisir les actions qui seront prises à la lumière de l’analyse complète qu’il a faite de la situation problématique.

L’insertion des nouveaux enseignants passe par les communautés de pratique

Utilisation collective de la démarche

Cette démarche de résolution de problème peut être utilisée par un groupe de professeurs qui souhaitent améliorer collectivement leurs pratiques. Elle peut également être un outil intéressant pour soutenir l’insertion professionnelle des nouveaux professeurs.

[Consulter l’article]

 

Creative Commons Creative Commons Attribution 2.0 Generic License francisco

Dernière modification : 11 janvier 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

2 commentaires

  1. Par Rémi Fortin le 11 janvier 2016 à 11:34

    Le lien « un shéma » de cette article ne fonctionne pas.

    Merci

    Commentaire inapproprié ?

  2. Bonjour Monsieur Fortin,

    Merci de prendre le temps de nous indiquer ce problème. Il s’agit du schéma que vous retrouverez dans l’article. Ceci étant dit, l’hyperlien est maintenant réparé.

    Merci de nous suivre!
    Bruno Hubert, chargé de la veille et du RIRE

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)