La langue française au Québec

Publié dans la Revue canadienne de l’éducation, cet article signé Sandra Roy-Mercier de l’Université Laval présente les résultats de la Minienquête sur le français au Québec : perceptions et opinions d’élèves de 4e et de 5e secondaire.

quebec

Celle-ci poursuivait trois objectifs : comprendre les représentations sur la langue française de jeunes Québécois âgés de 15 à 17 ans, décrire leurs pratiques culturelles et observer l’influence du milieu socioculturel et de la langue parlée à la maison sur ces deux aspects.

Bien que cette recherche soit non-représentative de la population à l’étude, les résultats permettent néanmoins d’esquisser un premier portrait de la langue française au Québec.

L’enquête

Les données ont été recueillies auprès de 349 élèves ayant répondu un questionnaire, ainsi qu’à partir des propos de 23 jeunes en groupes de discussion. Provenant de diverses écoles secondaires francophones de Montréal et de Québec, pas tous les jeunes avaient le français comme langue maternelle.

Plusieurs facettes quant au rapport des élèves envers la langue française ont été investiguées : la langue qu’ils privilégient dans leurs activités culturelles, leurs connaissances et opinions sur les lois qui régissent l’utilisation du français et ses usages dans la société québécoise, ainsi que la façon dont ils imaginent leur avenir linguistique.

La réussite en français chez les élèves québécois [Dossier thématique]

Activités de détente

Il en ressort que les élèves utilisent le français dans certaines activités de détente. La lecture semble être la principale activité associée au français, que l’on soit francophone ou non.

Opinions mitigées

Les opinions sur la langue dans les commerces sont complexes et paradoxales. La présence de l’anglais est à la fois dénoncée et acceptée. Si plusieurs aimeraient être servis en français, rares sont ceux qui manifestent leur mécontentement.

Vision pessimiste

Bon nombre d’élèves jugent la situation du français mauvaise et l’avenir de cette langue incertain au Québec : la mauvaise qualité de la langue et la présence de plus en plus importante de l’anglais sont pointées du doigt.

Malgré cela, les jeunes interrogés parleront français dans dix ans. Ils envisagent leur avenir professionnel de deux façons : marqué par la mobilité géographique et le bilinguisme.

[Consulter l’article]

 

Dernière modification : 1 août 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

2 commentaires

  1. Par Patrick Daganaud le 16 janvier 2015 à 2:40

    La présentation de cette étude souffre d’une erreur syntaxique :

    « Non-représentative de la population à l’étude, les résultats permettent néanmoins d’esquisser un premier portrait de la langue française au Québec.»

    Amicalement,

    Patrick JJ Daganaud

    Commentaire inapproprié ?

  2. Merci Monsieur Daganaud pour ce commentaire. Les changements sont effectués.

    Bruno Hubert, chargé de la veille et du RIRE

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)