Baisse en maths post-réforme

Voilà les faits saillants d’une étude réalisée par Catherine Haeck, Pierre Lefebvre et Philip Merrigan, du Département des sciences économiques de l’UQAM, publiée dans la revue scientifique Economics of Education Review. Grâce aux données de l’Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes, les résultats des élèves québécois aux tests de mathématiques avant la réforme, soit de 1994 à 1999, et après la réforme, de 2000 à 2008, ont pu être comparés.

math_reforme

L’analyse révèle de faibles résultats scolaires en mathématiques chez les élèves des premières cohortes de la réforme scolaire : « La différence est encore plus marquée chez les élèves qui éprouvaient déjà des difficultés en mathématiques avant la réforme scolaire. Quant aux élèves les plus forts, leurs performances sont restées les mêmes », souligne Catherine Haeck.

«Tout ça, pour ça…»

Possible explication

Catherine Haeck rappelle qu’avant la réforme, l’accent était mis sur la répétition et la mémorisation. Maintenant, l’approche préconisée est davantage orientée vers la résolution de problème et intègre plusieurs habiletés en même temps dans un contexte de pédagogie par projets. Selon la professeure, la base n’est pas acquise :

Le calcul en mathématiques, c’est un peu l’équivalent de l’orthographe en écriture.

La bosse des maths

Une lueur d’espoir

La chercheuse se veut toutefois rassurante quant à l’avenir du programme d’enseignement en mathématiques :

Nos analyses ne portent que sur les cinq premières cohortes d’écoliers ayant vécu la réforme, précise-t-elle. Nous ne savons pas encore si les effets négatifs ont persisté. Il se pourrait que les améliorations apportées à la réforme aient permis de corriger certains problèmes.

[Consulter le rapport]

Dernière modification : 1 juin 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)