À la recherche du bon texte pour mes élèves

Apprendre à lire est une activité complexe qui demande du temps. Pour que cette activité soit agréable et stimulante, les enseignants doivent choisir des textes ayant un niveau de difficulté adéquat pour leurs élèves. Comment prévoir quels textes seront trop difficiles ou trop faciles?          

Selon les recherches, plusieurs facteurs influencent le niveau de difficulté d’un texte. Sharon Murphy, professeure à la faculté d’éducation de l’Université York à Toronto, présente des éléments à considérer qui aideront les enseignants à juger de la lisibilité d’un texte pour leurs élèves.

Les caractéristiques des lecteurs et de la tâche de lecture

La connaissance du contexte et les expériences des élèves influencent inévitablement leur compréhension de la tâche de lecture. En effet, plusieurs éléments influencent le rapport entre les élèves et le texte à lire :

    • Un vocabulaire qui leur est familier.
    • Un texte inspiré d’une identité socioculturelle, d’expériences et de connaissances qui leur ressemblent.
    • L’intérêt et la motivation des élèves pour le texte.
    • L’idée que les élèves se font de la façon dont ils doivent interpréter le texte.
    • Le degré de familiarité avec la structure du texte.
    • Les objectifs précisés par l’enseignant.

De la sorte, l’auteur propose aux enseignants les recommandations suivantes :

1. Réfléchir aux origines, aux attitudes et aux croyances des élèves en ce qui concerne la lecture.

2. Fournir des indications thématiques aux élèves avant la lecture du texte pour améliorer leur compréhension explicite et implicite.

Mes stratégies pour comprendre ma lecture

Les caractéristiques superficielles et profondes du texte

Pour juger de la lisibilité d’un texte, l’enseignant peut tenir compte des caractéristiques superficielles suivantes :

    • Le vocabulaire
    • La longueur des mots
    • La longueur des phrases
    • Les images

Toutefois, l’auteur mentionne qu’il peut être risqué de se fier seulement aux caractéristiques superficielles pour évaluer le niveau de difficulté d’un texte. En effet, elle fournit l’exemple de la courte phrase suivante : « Ce qui est est ».

Elle est formée de mots très simples que l’on retrouve sur les listes de vocabulaire d’initiation à la lecture. Elle est courte, car elle ne contient que quatre mots. Pourtant, le sens n’a rien de simple.

Les caractéristiques superficielles sont jugées comme nettement moins fiables pour évaluer la difficulté d’un texte. Ainsi, l’auteur conseille de tenir compte également d’éléments moins quantifiables, soit les caractéristiques profondes du texte telles que:

    • L’idéation
    • L’organisation
    • La structure
    • Les concepts
    • Les modes de représentation

Comme c’est l’interaction entre les caractéristiques superficielles et profondes du texte ainsi que les caractéristiques des élèves qui définit la lisibilité d’un texte, la chercheure conseille aux enseignants d’exercer un jugement professionnel qui tient compte de ces facteurs afin de nuancer les niveaux de difficulté attribués par les éditeurs.

Dans son article, Sharon Murphy propose également aux enseignants plusieurs autres conseils concrets afin d’adopter des pratiques pédagogiques efficaces.

[Consulter l’article]

 

Creative Commons Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.0 Generic License   by  Steve Goodyear 

Dernière modification : 16 novembre 2014.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)