Quoi de neuf?

Apprendre à lire avec les sons plutôt que les lettres

He's A Good ReaderIl existe plusieurs méthodes pour apprendre à lire. La lecture et l’écriture sont des apprentissages essentiels pour réussir tout au long du parcours scolaire. Il semblerait que la méthode qui enseigne aux enfants à lire en utilisant les sons plutôt que les lettres aurait un impact positif sur la littératie.

En effet, une étude récente révèle que les enfants pourraient avoir une avance de deux ans en lecture par rapport à ce que l’on attend d’eux. 

Marlynne Grant, psychopédagogue de renom, a étudié les effets de la méthode syllabique sur la lecture, l’écriture et l’orthographe. Dans le cadre de son étude, Grant a suivi un groupe d’une trentaine d’enfants. La méthode apprend aux enfants à lire, en identifiant et en prononçant les sons plutôt que les lettres individuelles.

Les enfants qui ont appris de cette manière découvrent la lecture seuls rapidement [traduction libre].

Principales conclusions

  • Les enfants âgés de sept ans avaient une avance de 28 mois en lecture et de 21 mois en orthographe.
  • Les élèves sont enthousiastes et confiants dans leur lecture.
  • L’enseignement de cette méthode a été fructueux pour les enfants vulnérables comme les garçons.
  • Les enfants qui apprennent très lentement, pour une variété de raisons possibles, peuvent être identifiés tôt et ainsi rattraper leur retard en petit groupe en utilisant également la méthode syllabique.

La conscience morphologique : un incontournable dans l’apprentissage de l’orthographe 

L’enfant le plus fort était un garçon âgé de sept années de cinq mois. À la fin de l’étude, il était complètement à l’aise en lecture et en orthographe, comparable à un enfant de 13 ans pour lire et 14 ans pour l’orthographe [Traduction libre].

L’étude montre à quel point l’enseignement de l’alphabétisation et des interventions ciblées peuvent être efficaces et avoir un impact à long terme, sans être cher.

[Consulter l’article

 

Creative Commons Attribution-Noncommercial-Share Alike 2.0 Generic License  by  evilpeacock 

Dernière modification : 17 novembre 2014.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

3 commentaires

  1. Je suis très heureuse de recevoir l’information de votre publication de la part d’une chargé de cours de l’Université de Sherbrooke qui apprécie tellement le livre que j’ai écrit en 2007 dont le titre est:ÉCOUTER POUR MIEUX RÉUSSIR, qu’elle le propose à la lecture pour en discuter. Suite aux forum de discussion, je clos leur session par une visioconférence toujours très intéressante car ses enseignants en poste s’intéressent tous à une approche global afin de mieux servir leurs élèves trop souvent démotiver car ils sont toujours devant une image déjà toute faite sur les nombreux écrans ces technologies modernes qui, certes sont très valable en tant qu’outils, mais diminue l’importance de l’apport des sons dans tout apprentissage.
    Je cours m’acheter votre livre!
    Félicitations pour énoncer tout haut ce que l’on tente de taire car les approche favoriser au MELS sont trop axées sur leur conviction que la lecture est visuelle.
    Soyez assurée de ma totale collaboration advenant le cas où vous seriez intéressée à faire équipe afin de faire connaitre les bienfaits des sons dans l’apprentissage de la lecture et de l »écriture.
    Lise Christophe LAverdière

    Commentaire inapproprié ?



     ou annuler

  2. Par Verraes le 15 juillet 2014 à 5:07

    Cette méthode s’appuyait sur plusieurs livres de lecture dont la méthode Boscher .
    J’ai 72 ans et j’ai été la 3° génération d’une lignée d’institutrices passionnées par l’apprentissage de la lecture .
    J’ai lu à 4ans et mes enfants également , avec la méthode Boscher . À l’école j’avais une classe de maternelle avec des enfants de 5 à 6 ans , ils partaient au primaire en maîtrisant parfaitement la lecture et la compréhension du texte .ils savaient aussi trés bien utiliser un dictionnaire .
    De plus , on ne laissait aucun enfants de côté car l’on détectait trés rapidement les problèmes et nous nous en occupions parfois avec l’aide d’une orthophoniste .
    Le gros travail consistait à motiver suffisamment les enfants pour qu’ils ai envie de lire . Sans ce désir de lire , l’exercice n’avait aucun intérêt , sachant qu’en maternelle on ne pouvait pas consacrer plus d’une heure de temps à la lecture sous des formes différentes : visite à la médiathèque , visite des musées , promenade dans les rues de Sete , promenade sur le port et à la criée avec la vente des poissons, promenade sur la colline . Les enfants étaient trés intéressés par l’espace , nous avons donc fait venir des astronomes , le système solaire n’avait « plus de secrets  » pour eux . Pareil pour la préhistoire et l’Égypte .
    C’était bien sur des supports idéals pour la lecture et une motivation pour leur désir d’apprendre .
    Voilà j’ai bien sur essayé la méthode globale et la méthode mixte mais je les ai chaque fois abandonnées trés vite en constatant les risques de ces méthodes .
    Et quel plaisir de voir ces enfants à la fin de l’année choisir chacun un petit livre et en faire la lecture à ses petits camarades ! C’est magique !

    Commentaire inapproprié ?



     ou annuler

  3. Nous venons de decouvrir Syllabique pour apprendre a lire. Nos enfants de 4 et 6 ans ont accroche. Gratuit et tres progressif:
    https://itunes.apple.com/fr/app/syllabique-gratuit-apprendre/id1109609669?mt=8

    Commentaire inapproprié ?



     ou annuler

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)