Quoi de neuf?

Travailler à l’aube de la puberté

Les adolescents sont nombreux à concilier études et boulot. Mais certains le font aussi très jeunes. Une étude révèle que près de 20 % des élèves de 14 ans ont un emploi salarié auquel ils consacrent 14 heures par semaine en moyenne.

Sgt. Dakota Meyer Ces résultats ressortent de la toute première enquête qui s’intéresse aux conditions de travail des jeunes de 12-14 ans au Québec. Intitulée Jeunes du secondaire et du collégial qui cumulent études et travail, cette étude réalisée auprès de 3900 élèves du secondaire de la Capitale-Nationale, du Saguenay-Lac-Saint-Jean et des Laurentides a été publiée par l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail.

Comment concilier études et travail?

Détresse psychologique

Selon Luc Laberge, auteur principal de l’étude et chercheur au groupe ÉCOBES du Cégep de Jonquière, le niveau de détresse psychologique des jeunes qui travaillent est plus élevé, particulièrement chez les filles.

Oui, il y a des bons côtés à travailler, pour l’autonomie et le sens des responsabilités [...], mais l’idée, c’est de diminuer les risques pour la santé et la réussite éducative.

Une préoccupation importante

Même si le nombre de jeunes travailleurs reste faible, Luc Laberge estime qu’il faut se préoccuper de cette réalité. Les données récoltées sur leurs conditions de travail permettent aussi d’apprendre que les employeurs n’adaptent pas forcément les tâches lorsque leurs travailleurs sont plus jeunes :

 Il faut ouvrir les yeux des adultes et conscientiser les jeunes au risque potentiel pour la réussite éducative, qui devrait être leur premier boulot.

[Accéder au rapport]

 

Creative Commons Attribution 2.0 Generic License  DVID

Dernière modification : 8 janvier 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)