Quoi de neuf?

Les avantages du bilinguisme : un résumé de l’état actuel des recherches

En cette ère de mondialisation et de multiculturalisme, l’enseignement d’une seconde langue à l’école primaire devient un véritable enjeu stratégique pour l’avenir de nos enfants. Les avantages du bilinguisme précoce sont ici présentés.

Dictionaries by Tim Green aka atoach, on Flickr Cet article présente l’ensemble des avantages mis en avant par les chercheurs dans le fait d’apprendre précocement deux langues. Les études récentes réfutent la vieille croyance selon laquelle apprendre deux langues très tôt provoquerait un retard cognitif ou langagier.

Il est maintenant connu que les enfants faisant l’acquisition d’une seconde langue avant 10 ans connaissent le même développement langagier que les enfants n’acquérant qu’une seule langue.

Le bilinguisme [Dossier thématique]

Qui plus est, l’état actuel des connaissances sur le bilinguisme laisse apparaître que le fait d’apprendre deux langues très tôt offre de nombreux avantages pour l’apprenant. Se reporter à l’article pour des études scientifiques qui corroborent les faits avancés pour chacun des avantages présentés ci-dessous:

a) Le bilinguisme permet de développer des facilités d’adaptation précoces;
b) Le bilinguisme permet de développer une attention sélective d’où une meilleure concentration;
c) Les bilingues aurait une meilleure santé mentale que les monolingues;
d) Le bilinguisme améliore la créativité;
e) Les bilingues sont plus performants dans la planification et de résolution de problèmes;
f) Le bilinguisme entraîne une ouverture d’esprit.

À la lecture des ces points, il apparaît donc clairement que l’enseignement bilingue possède de nombreux avantages sur le plan cognitif et offre à l’apprenant des facilités pour sa vie future.

Les enfants bilingues ont une meilleure mémoire de travail

Comme tout apprentissage, acquérir précocement une seconde langue ne se fait pas n’importe comment. Les conditions primordiales pour la bonne acquisition d’une seconde langue sont présentées dans l’article.

[Consulter l'article]

 

Creative Commons Attribution 2.0 Generic License Tim Green

Dernière modification : 8 janvier 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

2 commentaires

  1. Articles vraiment intéressant! Mes 2 enfants sont nés de parents francophones, dans un environnement francophone. Notre bilinguisme était du type tardif donc pas ce qu’il y a de mieux pour enseigner à ses enfants. Ils ont pu apprendre l’anglais vers l’âge de 3 ans par la fréquentation de pré-maternelle en anglais et par la suite, fréquenter l’école en anglais. Votre article m’apprend qu’ils ont profité du bilinguisme précoce consécutif (ou successif) et qu’on doit donner le temps d’apprendre cette 2e langue! Oui ce fut le cas.
    Ils sont devenus d’excellent élèves seulement vers la 4e année (à cette époque j’étais inquiète) et au secondaire, ils ont appris les 2 langues maternelles sans difficultés.(mes inquiétudes étaient finis) Les études secondaire, collégiales et universitaires ont été très bien réussies. Aujourd’hui adulte, si on leur parle sans les connaître, on ne peut savoir que ces francophones sont aussi des anglophones et l’inverse est aussi vrai
    Merci pour votre article. Ça m’explique bien des choses!

    Commentaire inapproprié ?



     ou annuler

  2. Par Bruno Hubert le 20 mai 2014 à 9:13

    Merci Madame Beloin pour votre commentaire.

    N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des suggestions.
    Bruno Hubert, chargé de la veille et du RIRE

    Commentaire inapproprié ?



     ou annuler

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)