Et si on misait sur comment apprendre plutôt que quoi apprendre?

C’est la veille de l’examen d’histoire et l’élève du secondaire commence tout juste son étude. Le surligneur à la main, il parcourt son manuel en l’annotant ici et là. Il prend soin de relire les passages qui semblent les plus importants et reste debout une bonne partie de la nuit. Il espère ainsi atteindre une compréhension suffisante de la matière lui permettant de bien performer à l’examen.

Une méthode aussi répandue qu’inefficace

Ce cas est typique. Plusieurs apprenants se fient à de telles stratégies de « bourrage de crâne » de dernière minute. Dans cet article rédigé en anglais dans la revue American Educator, le professeur de psychologie à la Kent State University John Dunlosky affirme que ces stratégies ne sont pas si efficaces pour un apprentissage à long terme.

Former les jeunes pour apprendre

La rétention en mémoire des apprentissages après l’évaluation étant un objectif éducatif important, le professeur Dunlosky suggère des modifications aux pratiques éducatives actuelles qui prônent davantage la transmission de connaissances par les enseignants que la formation à l’habileté d’apprendre.

Selon le nouveau paradigme que propose le spécialiste, l’accent doit être mis sur comment apprendre versus quoi apprendre.

Suivez le guide!

À la lecture de ce document, éducateurs et parents trouveront des pistes pour guider les jeunes vers le succès scolaire d’une part, mais surtout dans l’acquisition de méthodes de travail qui leur seront bénéfiques sur plusieurs plans.

[Consulter le document]

Dernière modification : 29 janvier 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

6 commentaires

  1. Par Maryse Couture le 14 novembre 2013 à 10:50

    Bonjour!
    Est-ce qu’il est possible d’avoir cet article en français?

    Merci et bonne journée

    Commentaire inapproprié ?

  2. Par Bruno Hubert le 14 novembre 2013 à 10:55

    Bonjour Madame Couture,

    Malheureusement, nous ne connaissons pas de traduction pour l’instant. Nous ouvrons l’œil pour vous.

    Merci de nous lire.
    Bruno Hubert
    Chargé de la veille et du RIRE

    Commentaire inapproprié ?

  3. Par Sauvé, Marie-Josée le 21 novembre 2013 à 12:35

    Bonjour!

    Je suis intéressée à recevori la version en français si vous la trouvez.

    Merci!

    Commentaire inapproprié ?

  4. Par Bourque Jean le 20 décembre 2013 à 11:50

    Il existe d’excellents ouvrages en français sur ce sujet. Je vous suggère, entre autres l’excellent livre d’Étienne Lapointe, Réussir ça s’apprend, trucs et conseils d’un étudiant qui réussit. Septembre Éditeur.

    Jean Bourque. http://www.acteursdelareussite.com

    Commentaire inapproprié ?

  5. Bonjour,
    Je suis une adulte de 36 ans en reprise d’études depuis septembre dernier. Je prend des cours en Master pour préparer un concours de la fonction publique, soit 30h/semaine environ. La reprise a été très difficile, je n’avais pas imagine que l’age et le travail avaient émoussé a ce point mes connaissances et mes capacités de mémorisation. Par ailleurs, mon habitude dans ma 1ere vie a l’université était d’étudier régulièrement en faisant des fiches, mais de les apprendre en tant que telles quelques jours avant les examens. Tout dans la maturation.
    Pour un concours, il faut du long terme. Il est surement trop tard pour utiliser d’autres stratégies a présent, car le concours est imminent, mais je vais modifier ma façon d’étudier sur les bases de cet article. Même si je ne suis pas jeune, cela devrait quand même améliorer les choses. Merci!
    PS : je traduirai l’article apres le concours si vous voulez…

    Commentaire inapproprié ?

  6. Par tinec le 7 juin 2015 à 1:38

    je serai heureuse de recevoir cet article en français.

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)