L’engagement scolaire : une clé pour la réussite

170/366 by Nuwandalice, on Flickr

D’ordinaire, on se fie aux comportements des élèves pour juger de leur engagement face à l’école. Une nouvelle étude révèle cependant que les dimensions affective et cognitive sont également à considérer.

C’est ainsi que, d’un œil extérieur, un élève ponctuel, respectueux et attentif en classe peut paraître pleinement engagé, mais s’il n’est pas investi tant émotionnellement qu’intellectuellement dans le contenu du cours, ce n’est peut-être pas le cas. Voilà l’avis des chercheurs Ming-Te Wang et Jacquelynne S. Eccles qui ont conduit une étude longitudinale de deux ans sur le thème de l’engagement scolaire auquel ils accordent une haute importance :

« Renforcer l’engagement des élèves a été identifié comme la clé pour résoudre les problèmes de rendement scolaire, de comportement et de décrochage. » -Wang

Une approche multidimensionnelle

Étant donné que seules des mesures behaviorales de l’engagement scolaire telles que la présence en classe, la complétion des devoirs et la participation avaient été utilisées pour étudier l’engagement des élèves, Wang et Eccles ont voulu aborder la question dans une approche multidimensionnelle. Les auteurs ont mené une enquête visant à joindre la perception qu’ont les élèves de leur environnement scolaire à leur comportement.

Ils ont constaté que les élèves qui estimaient que la matière enseignée et les activités prévues par leurs enseignants étaient significatives et liées à leurs propres aspirations étaient plus émotionnellement et cognitivement engagés que ne l’étaient leurs pairs.

Curtain Call by .SilentMode, on Flickr

L’environnement scolaire

Tel qu’indiqué dans cet article, l’étude publiée en ligne dans le journal professionnel Learning and Instruction suggère également que l’engagement scolaire est modifiable et qu’un environnement favorable marqué par des relations interpersonnelles positives avec les enseignants et les pairs peut contribuer à l’intensifier. Le rapport confirme d’ailleurs que l’environnement scolaire peut et doit être changé s’il fait obstacle à l’engagement des élèves.

« L’école doit offrir aux élèves la liberté de faire des choix, mais elle doit aussi encadrer les élèves et leur permettre d’évoluer dans un environnement stable et sécurisant (traduction libre). »

Wang note cependant qu’il n’y a pas de recette miracle et incite donc les enseignants à tenir compte des différences individuelles pour répondre aux besoins de chaque élève. Ces résultats ouvrent la voie à de futurs travaux visant à offrir aux enseignants des outils de diagnostic pour reconnaître le désengagement, ainsi que des stratégies pour créer un environnement scolaire plus propice à l’engagement des élèves.

[Consultez l’article]

Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.0 Generic License by Nuwandalice and .SilentMode

Dernière modification : 6 février 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 2,50 sur 5)

3 commentaires

  1. […] D’ordinaire, on se fie aux comportements des élèves pour juger de leur engagement face à l’école. Une nouvelle étude révèle cependant que les dimensions affective et cognitive sont également à considérer.  […]

    Commentaire inapproprié ?

  2. […] L’engagement scolaire : une clé pour la réussite Quoi de neuf? L’engagement scolaire : une clé pour la réussite Publié le 11 juillet 2013 par […]

    Commentaire inapproprié ?

  3. Par Danielle-Anne bedard le 4 août 2013 à 17:00

    D’ordinaire, on se fie aux comportements des élèves pour juger de leur engagement face à l’école. Une nouvelle étude révèle cependant que les dimensions affective et cognitive sont également à considérer.

    C’est ainsi que, d’un œil extérieur, un élève ponctuel, respectueux et attentif en classe peut paraître pleinement engagé, mais s’il n’est pas investi tant émotionnellement qu’intellectuellement dans le contenu du cours, ce n’est peut-être pas le cas. Voilà l’avis des chercheurs Ming-Te Wang et Jacquelynne S. Eccles qui ont conduit une étude longitudinale de deux ans sur le thème de l’engagement scolaire auquel ils accordent une haute importance :

    « Renforcer l’engagement des élèves a été identifié comme la clé pour résoudre les problèmes de rendement scolaire, de comportement et de décrochage. » -Wang

    Une approche multidimensionnelle

    Étant donné que seules des mesures behaviorales de l’engagement scolaire telles que la présence en classe, la complétion des devoirs et la participation avaient été utilisées pour étudier l’engagement des élèves, Wang et Eccles ont voulu aborder la question dans une approche multidimensionnelle. Les auteurs ont mené une enquête visant à joindre la perception qu’ont les élèves de leur environnement scolaire à leur comportement.

    Ils ont constaté que les élèves qui estimaient que la matière enseignée et les activités prévues par leurs enseignants étaient significatives et liées à leurs propres aspirations étaient plus émotionnellement et cognitivement engagés que ne l’étaient leurs pairs.

    L’environnement scolaire

    Tel qu’indiqué dans cet article, l’étude publiée en ligne dans le journal professionnel Learning and Instruction suggère également que l’engagement scolaire est modifiable et qu’un environnement favorable marqué par des relations interpersonnelles positives avec les enseignants et les pairs peut contribuer à l’intensifier. Le rapport confirme d’ailleurs que l’environnement scolaire peut et doit être changé s’il fait obstacle à l’engagement des élèves.

    « L’école doit offrir aux élèves la liberté de faire des choix, mais elle doit aussi encadrer les élèves et leur permettre d’évoluer dans un environnement stable et sécurisant (traduction libre). »

    Wang note cependant qu’il n’y a pas de recette miracle et incite donc les enseignants à tenir compte des différences individuelles pour répondre aux besoins de chaque élève. Ces résultats ouvrent la voie à de futurs travaux visant à offrir aux enseignants des outils de diagnostic pour reconnaître le désengagement, ainsi que des stratégies pour créer un environnement scolaire plus propice à l’engagement des élèves.

    [Consultez l’article]

    by Nuwandalice and .SilentMode

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)