En vedette

S’orienter au collégial

images (6)Les élèves qui font leur entrée au collégial en session d’accueil et d’intégration (SAI) peuvent choisir de s’inscrire à un cours d’orientation scolaire et professionnelle (OSP) offert dans plusieurs établissements.

Lucie Demers, conseillère d’orientation, et France Picard, professeure à l’Université Laval, ont mené une étude pour observer si les cours d’OSP permettent de surmonter les obstacles vécus par les élèves lors de son entrée aux études supérieures. Cette recherche a permis de mettre en lumière certaines pratiques mises en œuvre dans ces cours plus susceptibles de favoriser la persévérance de l’élève pendant cette transition importante.

Un cours pour s’orienter au collégial

par Lucie Demers, conseillère d’orientation et France Picard, Ph. D., professeure agrégée à la Faculté des sciences de l’éducation à l’Université Laval

Gros plan sur la transition secondaire-collégial

Pour bien des adolescents québécois, la fin des études secondaires coïncide avec une série d’événements marquant un point tournant dans leur vie. Cette période peut se comparer à la préparation d’un grand voyage : Ai-je choisi la bonne destination? Ai-je en main mon itinéraire, mon passeport, mon billet d’avion? Comment serai-je accueilli? Y a-t-il des risques? Au-delà des aspects réjouissants, la transition secondaire-collégial peut soulever des inquiétudes. Si certains parcours sont teintés par des difficultés d’orientation scolaire et professionnelle (OSP), d’autres reflètent une mauvaise préparation aux exigences et aux particularités des études supérieures. Les obstacles rencontrés lors de cette période peuvent ainsi affecter la motivation des étudiants, la durée des études et le rendement scolaire, en plus d’entraîner la remise en question du choix de programme ou du projet professionnel.

En accueil et intégration, les étudiants ont l’occasion de poursuivre leur démarche d’OSP. Ils préparent ce voyage pendant toute la première session. Des données récentes de recherche rapportent qu’ils vivent une indécision scolaire et professionnelle plus intense que ceux qui sont inscrits dans les secteurs de formation technique ou préuniversitaire. Pour pallier ce phénomène, quelques collèges offrent aux étudiants de la session d’accueil et d’intégration (SAI) de suivre un cours consacré à l’OSP. Ces cours donnent d’ailleurs lieu à des résultats encourageants sur le plan de l’atténuation de l’indécision , aux États-Unis. Par ailleurs, aucune recherche québécoise n’a encore accordé une attention particulière à la description et aux répercussions des cours axés sur l’OSP dans la démarche d’orientation à l’arrivée au collégial. Pourtant, les étudiants qui y sont inscrits voient leur niveau d’indécision professionnelle diminuer, entre le début et la fin de leur première session.

Dans notre projet de recherche, nous avons tenté de cerner dans quelle mesure les pratiques professionnelles mises en œuvre dans ces cours répondent aux besoins d’orientation des étudiants nouvellement admis au collégial. D’abord, nous avons identifié les différents obstacles qu’ils pouvaient rencontrer au moment de leur transition. Nous avons ensuite décrit la façon dont les intervenants peuvent favoriser l’élimination ou le dépassement de ces obstacles. À cette fin, nous avons consulté le syllabus de plusieurs cours axés sur l’OSP, en plus de discuter avec des professionnels dont le collège offre ce cours.

Qu’est-ce qu’un cours axé sur l’OSP?

Les cours axés sur l’OSP offerts dans les collèges québécois visent l’accompagnement des étudiants dans leur démarche d’orientation. Ils sont développés de façon autonome par chaque collège pour tenir compte des caractéristiques de sa population étudiante. Les praticiens du collégial désignent ces cours par des expressions telles que cours charnière, cours porteur, cours dédié à l’orientation et cours d’orientation.

Dans plusieurs collèges, l’indécision à l’arrivée au collégial semble constituer le seul point commun des personnes inscrites au cours. Cependant, dans quelques établissements, les groupes (25 à 35 personnes) sont composés en fonction des aspirations scolaires et professionnelles des étudiants, qui ont ainsi l’occasion d’explorer différents métiers et professions liés à leurs intérêts.

Les cours axés sur l’OSP s’étendent sur une session d’études, soit 15 semaines, totalisant environ 45 heures de cours par trimestre. Ils sont généralement offerts à la session d’automne, mais quelques cégeps les offrent également à la session d’hiver. Leur contenu est parfois divisé en deux rencontres hebdomadaires, ou condensé dans les premières semaines du trimestre. Des plages horaires de trois ou quatre heures par semaine leur sont réservées, au cours desquelles au moins une heure est consacrée à l’orientation.

Les cours axés sur l’OSP sont généralement crédités en tant que cours de la formation générale complémentaire. Dans la plupart des établissements, ils ne sont obligatoires que dans le volet Orientation de la SAI. Cependant, dans quelques cégeps, la réussite du cours axé sur l’OSP est conditionnelle à la poursuite des études collégiales. Certains collèges proposent un cours axé sur les techniques d’apprentissage ou une démarche d’orientation individuelle comme alternative au cours axé sur l’OSP. Dans un autre cégep, celui-ci est automatiquement placé à l’horaire des étudiants dont la moyenne générale au secondaire est inférieure à un seuil donné.

[Lire l’article intégral]

À lire et à voir

L’indécision à l’arrivée au collégial (Université Laval)

Entrevue avec France Picard, chercheuse spécialiste de la transition vers l’enseignement supérieur. Elle y présente les faits saillants d’une recherche sur l’indécision des étudiants inscrits à la session d’accueil et d’intégration au collégial.

[Voir la vidéo]

Transition secondaire-cégep : la session d’accueil et d’intégration comme solution à l’indécision (RIRE)

L’étude dirigée par France Picard (Université Laval), spécialiste de l’orientation, met en évidence les nombreux avantages de la SAI sur la persévérance des étudiants et cible des pistes d’intervention prometteuses.

[Aller au dossier]

Dernière modification : 18 septembre 2013.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)

Design adaptatif : Les Dompteurs de souris   | Conception du site : iXmedia   |  Icônes : Komodo Media   |  Google+