La dépression peut être difficile à déceler chez les adolescents

images (7)Texte traduit et adapté de Teen burnout can be hard to spot publié sur le site de The Globe and Mail le 18 mars 2012.
Les garçons et les filles réagissent de manière variée lorsqu’ils sont confrontés à l’anxiété scolaire. Une étude qui s’est intéressée au sujet permet d’affirmer que sur 30 000 élèves de la Colombie-Britannique, 14% décrivent leur stress comme étant « presque plus que je ne peux supporter ». L’article du Globe and Mail permet de prendre connaissance des différentes manifestations du stress vécu à l’école chez les deux genres d’étudiants.

Cynisme et dépression

Katariina Salmela-Aro, directrice de recherche à l’Université de Helsinki (Finlande) émet quelques constats suite à l’étude sur le sujet. En entrant au secondaire, la plupart des garçons sont enthousiastes. Au fur et à mesure que la pression scolaire monte, les jeunes adolescents deviennent cyniques au sujet de l’école. Ils développent une attitude négative en regard de la société. De leur côté, les filles vivent leur stress de manière plus intériorisée. Elles deviennent vulnérables au sentiment qu’elles ne sont pas à leur place à l’école. Ce sentiment peut mener à une dépression.

Un climat scolaire bénéfique

La chercheuse précise que la pression scolaire n’est pas toujours une composante négative. Les jeunes ont besoin d’un certain niveau de motivation afin d’être bien préparés aux éventualités que la vie leur présentera après les études. Les enseignants ont donc un rôle à jouer sur le plan du type de défi à valoriser dans leurs classes.

La recherche a démontré que les environnements scolaires donnant lieu à une plus grande compétition académique comprenaient le plus haut taux de dépression étudiante. Ce constat permet d’émettre l’hypothèse selon laquelle un climat qui offre un soutien académique et tente de promouvoir la confiance en soi des étudiants amélioreraient la situation.

La chercheuse mentionne que les parents doivent être attentifs aux signes de la dépression étudiante chez leurs enfants et s’informer au sujet de programmes pour la gestion du stress. Un jeune qui fait constamment des commentaires négatifs à l’endroit de l’école, qui manque certains cours lors d’échecs scolaires ou qui est fatigué peut être à risque de sombrer dans la dépression.

[Consulter l’article]

Dernière modification : 16 juin 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Un commentaire

  1. […] background-position: 50% 0px; background-color:#222222; background-repeat : no-repeat; } rire.ctreq.qc.ca – Today, 7:42 […]

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)