La demande d’aide favorise la réussite

carrefourChacun d’entre nous a assurément vécu une situation d’incompréhension de la matière pendant son parcours scolaire. À certains moments, un élève peut avoir besoin d’un petit coup de pouce supplémentaire afin de vraiment saisir ce que son enseignante attend de lui. Même si chaque élève expérimente cette situation à différents degrés au moins une fois pendant son cheminement scolaire, ils ne chercheront pas nécessairement à obtenir l’aide dont ils ont besoin. Pourtant, il semblerait que la demande d’aide puisse contribuer au succès académique des enfants.

Joane Deneault, professeure et chercheure au Département des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) s’est intéressée à la question de la demande d’aide en classe dans le cadre d’une étude.

L’étude

La chercheuse a d’abord observé les réflexes d’enfants âgés entre trois et cinq ans. Après avoir écouté des histoires mettant en scènes des personnages qui savaient ou ignoraient des choses, il s’est avéré que certains enfants faisaient mieux le lien entre l’ignorance du personnage et le besoin de demander de l’aide que les autres. Ces derniers représentent, selon leur éducatrice, les enfants les plus autonomes de leur groupe.

Par la suite, Joane Deneault s’est intéressée aux habitudes de jeunes de sixième année du primaire. Selon elle, il existe trois modèles de demande d’aide :

  • Tenter de réaliser l’activité de manière autonome. En cas de problème de compréhension, demander un indice à l’enseignant ou à un autre élève.
  • Tenter de réaliser l’activité et demander directement la réponse à la question dès qu’une difficulté se présente.
  • Tenter de réaliser l’activité et ne pas poser de question, même en cas d’incompréhension.

Les résultats

Les résultats de l’étude ont permis de constater que les élèves qui demandent des indices à leur enseignant obtiennent généralement de meilleurs résultats scolaires que ceux qui exigent une réponse rapide au problème qu’ils n’arrivent pas à résoudre seuls. Il semble bénéfique d’encourager les jeunes à poser des questions lorsqu’ils ne comprennent pas.

[Consulter l’article]

Dernière modification : 8 janvier 2015.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Un commentaire

  1. […] Demander de l’aide c’est bon! Travailler le rythme en musique… Publié le 13/11/2012 by blogdeal2 La demande d’aide favorise la réussite […]

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)