L’inattention: meilleur facteur pour prédire l’échec scolaire

téléchargement (14)Souvent associée de trop près à l’hyperactivité, l’inattention devrait être considérée comme un indice permettant de prévoir l’échec scolaire chez les jeunes. De nouvelles recherches ayant mesuré l’hyperactivité et le déficit d’attention de manière indépendante ont démontré que l’inattention est liée plus étroitement avec l’échec scolaire. Le Groupe de recherche sur l’inadaptation psychosociale chez l’enfant (GRIP) a pu le constater en observant le parcours de 2000 élèves pendant 16 ans.

Les observations des enseignants et des intervenants ont permis aux chercheurs de faire ressortir certains constats. Une importante différence entre les deux types de troubles réside dans le fait que l’hyperactivité a tendance à diminuer entre 6 et 12 ans alors que l’inattention demeure stable chez les enfants très inattentifs.

Les chercheurs constatent qu’il faut traiter l’inattention en elle-même, indépendamment de l’hyperactivité.

L’échec scolaire a été mesuré par le taux de diplomation à la fin du secondaire. Les enfants étant très hyperactifs sans toutefois être très inattentifs représentent un taux d’échec de 28%. Ce résultat est très près de celui obtenu auprès du groupe de référence, où l’échec est de 22%. L’écart est cependant plus significatif lorsque l’inattention fait partie de l’équation.

En effet, les élèves qui sont à la fois très hyperactifs et très inattentifs représentent un taux d’échec de 71%. Ceux qui sont très inattentifs sans être hyperactifs ont un taux d’échec de 65%. La présence d’inattention représente donc un indice plus alarmant quant à l’échec éventuel des élèves. Les chercheurs constatent qu’il faut traiter l’inattention en elle-même, indépendamment de l’hyperactivité.

Les chercheurs estiment que l’une des raisons pour lesquelles l’inattention suscite moins la mobilisation du personnel enseignant que l’hyperactivité réside dans le fait que les jeunes inattentifs ne dérangent pas en classe. Plusieurs causes sont identifiées quant à l’inattention des élèves. Le déficit cognitif et les problèmes familiaux peuvent entrainer un problème d’attention en classe. Cependant, il est possible de remédier à la situation. Des activités d’entrainement appropriées permettent de développer le niveau d’attention des élèves. L’échec est donc évitable.

La distinction entre le déficit d’attention et l’hyperactivité suscite actuellement plusieurs débats. La recherche du GRIP prouve cependant la pertinence de traiter les deux types de problèmes séparément, afin de déceler les élèves à risques et ainsi prévenir l’échec scolaire d’un grand nombre d’enfants.

 

Dernière modification : 2 juin 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)