Les médias en éducation – Compte rendu de l’activité spéciale de l’assemblée générale anuelle du CTREQ

téléchargement (10)Le 22 septembre dernier se tenait l’assemblée générale annuelle du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ) au domaine Cataraqui à Québec. Plus de 70 personnes ont participé à l’assemblée qui a été suivie d’une table ronde sur le rôle des médias en éducation. Cette activité, animée par André Chouinard, a réuni quatre panélistes : Réjean Parent, Mario Asselin, Monique Brodeur et Dominique Payette.

Table ronde

Madame Linda St-Pierre explique d’abord le déroulement et le contexte de l’activité spéciale. L’idée de présenter cette activité a émergé d’une des recommandations des 29 signataires du Manifeste pour une école compétente. Les titres des articles de journaux sont parfois négatifs lorsqu’il est question d’éducation. Faut-il nécessairement que la nouvelle soit mauvaise ? Ça peut avoir des répercussions, surtout pour l’école publique. Elle présente ensuite l’animateur de l’activité, André Chouinard.

Monsieur Chouinard présente les panélistes et les invite exprimer leur point de vue sur le rôle des médias en éducation.

Dominique Payette est la première s’exprimer. Elle est issue du milieu des communications; professeure agrégée au département d’information et de communication de l’Université Laval, directrice du programme en journalisme de 2e cycle et membre du groupe de travail sur le journalisme et l’avenir de l’information au Québec.

Selon madame Payette, on assiste à la disparition des compétences civiques. La société doit être constituée de bons citoyens qui ont des compétences civiques, mais l’école et les médias ne réussissent pas à s’allier pour tenir ce rôle. Dans le classement des pays de l’OCDE concernant les compétences civiques, le Canada figure parmi les derniers. Qu’est-ce qui se passe ? Le problème ne se situe pas uniquement dans les médias, mais surtout dans les entreprises de presse. Dans la société, on doit s’attendre à voir de l’information d’intérêt public. Quelle est cette crise des entreprises de presse ? Elle manque désormais d’argent et on assiste à un conflit. Pendant 100 ans, la gestion des nouvelles a été confiée à des entreprises privées et tout a très bien fonctionné, car les intérêts des entreprises de presses et ceux des citoyens se rejoignaient. Parler des écoles, c’est parler de société et il s’agit d’information d’intérêt public. Aujourd’hui, cette information perd en importance, car le marcher l’emporte sur le journalisme. Les pressions sur le journaliste deviennent insupportables et on est incapable de faire appliquer les clauses des conventions collectives. L’information d’intérêt public est un bien commun qu’on doit protéger. On assiste peut-être à la disparition du journalisme comme on l’a connu ou ce sont les pratiques professionnelles qui devront changer. On enseigne aux journalistes qu’ils ne doivent dire que la vérité, et ce, hors de tout doute, mais cela semble être de plus en plus difficile à appliquer.

Mario Asselin, directeur général d’Opposum et ancien directeur de l’Institut St-Joseph, prend ensuite la parole. Selon lui, s’il n’y a pas de journaliste, il y a des médias comme Tweeter ou Facebook. Ce phénomène a été mal vécu entre 1999 et 2004, car on ne reconnaissait pas ce que cette expérience éducative pouvait apporter dans les écoles. Il a décidé de mettre son blogue en ligne en 2002 et il le tient depuis ce temps. Il n’a pas la prétention de faire du journalisme et il dit assumer sa subjectivité. Le fait de s’ouvrir un média lui permet essentiellement de partager publiquement ses points de vue, mais cela le met également en contact avec d’autres médias. Les gens, les journalistes veulent lui poser des questions sur les sujets qu’il aborde sur son blogue. Les médias ont ainsi un pouvoir d’influence en amenant d’autres points de vue. Il faut donc, toujours selon monsieur Asselin, prendre la parole dans les médias, mais aussi éduquer aux médias. Cette une responsabilité que nous devrions assumer pour que les journalistes ne soient pas les seuls à prendre cette place. La population est en train de se donner son propre média et ce sera intéressant de voir comment tout cela va évoluer.

Pour Monique Brodeur, doyenne de la faculté des sciences de l’éducation de l’UQAM et membre de l’association des doyens et directeurs pour l’enseignement et la recherche en éducation au Québec (ADEREQ), ce que nous avons en commun c’est que nous sommes tous vivants et profondément engagés en éducation. Elle considère que ce n’est plus une réalité de dire que les universitaires sont dans des tours d’ivoire. L’éducation est l’enjeu premier pour l’avenir de la société, mais il reste beaucoup de travail à faire et on a besoin des journalistes qui amènent un regard critique plutôt que d’utiliser le sensationnalisme. On a besoin de ça pour faire la différence. Trop d’enfants ne profitent pas des données de la recherche qui pourraient leur être utiles. Les médias pourraient être un interlocuteur important et contribuer à intégrer les principaux enjeux de l’éducation dans l’agenda social et politique. Il faudra que le travail soit plus systématique entre les chercheurs et les médias afin d’identifier quels sont les enjeux de fond et travailler ensemble pour que les enfants bénéficient d’une meilleure éducation. Le travail avec les médias est important et nous avons de grandes attentes envers eux. Elle considère également que les journalistes pourraient aller plus loin et s’alimenter avec la recherche et collaborer avec les chercheurs. Il faut mettre cette expertise au profit des enjeux de société et développer de meilleures pratiques pour les élèves. La concertation est ainsi un des grands enjeux en éducation, et même si cela représente un immense défi, il faut mieux orchestrer toutes ces ressources.

Question de l’assistance : Est-ce que les chercheurs sont prêts à aller sur la place publique ?

Selon madame Brodeur, ils le sont et il faut que ce soit mis à profit.

Le tour de table se termine avec une première intervention de monsieur Réjean Parent, président de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ). De son point de vue, le traitement médiatique de l’éducation est nuisible et les médias sociaux ne font qu’empirer la situation. On y observe une « dynamique farwest » avec un « lynchage » rapide et facile. Selon lui, il faudrait effectivement composer avec cette réalité, mais il faut avant tout redonner ses lettres de noblesse à la profession de journaliste, c’est-à-dire cette capacité de pouvoir aller en profondeur et d’accompagner le citoyen. Le journal c’est en fait une entreprise de presse qui livre son message publicitaire. Il y a des intérêts à défendre derrière tout ça et l’appel à la raison ne sera certainement pas suffisant et il faudrait créer de nouvelles règles. Les articles parus le mois précédent la rentrée scolaire sont révélateurs : beaucoup d’éléments négatifs et un traitement spectaculaire. Il faut remettre les choses en perspectives et les replacer dans leur contexte. Même si on s’appuie sur la recherche, le traitement qui est fait traduit des intérêts. Le droit à l’information, c’est donner toute l’information et la population pourra ainsi faire ses choix. Une loi-cadre pourrait améliorer la situation. Le journaliste doit s’appuyer sur des faits, sur la science et utiliser la recherche.

Discussion

Question de l’assistance : Mis à part le traitement de l’information, quel est le rôle du journaliste en éducation?

Madame Payette souligne qu’au centre d’étude des médias, ils s’intéressent à qui fait la nouvelle, qui crée la nouvelle dans le débat public. En réalité, il y a de moins en moins de joueurs qui initient de l’information neuve. Les journalistes utilisent de l’information produite par d’autres et c’est en train d’éclipser le débat social. On ne voit plus de séries d’articles et le nombre de journaux devient de plus en plus faible. Il n’y a pas de raison pour que les petites villes aient aussi leur propre quotidien pour traiter des débats locaux et régionaux. Le contenu publié dans plusieurs régions est repris des grands journaux. La recherche du scoop ou de la primeur perd en importance. Toujours selon Madame Payette, la radio serait le média qui sert le mieux les régions, car le bassin de population est insuffisant pour rendre les quotidiens rentables. Ce manque de concurrence conduit à l’effondrement de l’information en région. Il faut redonner de la véritable information aux citoyens. Elle n’a rien contre les réseaux sociaux, mais il faut se questionner sur les façons de faire ce passage et de faire respecter le code de déontologie par les journalistes et par les entreprises de presse.

Question de l’animateur : Concernant, le fait que chacun peu devenir son média, est-ce que c’est dangereux ? Qu’est-ce que l’avenir nous réserve ?

Selon monsieur Asselin, l’idée des médias sociaux est de se donner une prise de parole publique, après avoir documenté un sujet, après avoir réfléchi. On n’a pas besoin de connaître l’informatique et on n’a pas besoin d’intermédiaire pour publier ses réflexions. Il revient sur les propos de madame Brodeur en soulignant que les chercheurs ne sont pas nécessairement prêts à aller sur la place publique. Les organismes subventionnaires préfèrent des publications dans des revues avec des comités de lecture (RAC) et les chercheurs n’ont aucun incitatif à se rendre dans les médias sociaux. Si les chercheurs publiaient sur des blogues, ça pourrait améliorer la crédibilité des médias sociaux.

Pour madame Brodeur, la situation a récemment changé, du moins au Québec, avec la nouvelle politique du FQRSC qui intègre le transfert des connaissances dans les critères de sélection des projets. De plus en plus, avec la refonte des programmes du CRSH et du FQRSC, il y a une place pour le transfert des connaissances et ça ouvre la porte à plusieurs chercheurs, notamment en éducation, qui souhaitent faire des recherches en partenariat avec le milieu scolaire. Il faut ainsi de bonnes formations en recherche, mais aussi en journalisme, car on a beaucoup d’informations, mais il faut s’intéresser à la rigueur de l’information et au développement de l’esprit critique.

Intervention de l’assistance : Un chercheur souligne que lorsqu’ils sont sollicités, les chercheurs participent. Il est lui-même très sollicité et il est surpris à l’idée de savoir que des chercheurs ne seraient pas intéressés à collaborer. Cependant, plusieurs facteurs peuvent effectivement influencer la participation du chercheur.

Intervention de l’assistance : En journalisme, que faites-vous pour traiter des grandes questions complexes parce qu’actuellement en éducation, les questions importantes sont d’une grande complexité?

Madame Payette estime que la première victime de la crise actuelle des médias est la complexité, non seulement dans le milieu de l’éducation, mais dans bien d’autres domaines. Auparavant, un ou deux journalistes seraient venus couvrir l’activité d’aujourd’hui, mais ça n’existe plus. En ce moment au Québec, on n’est pas obligé d’avoir une formation en journalisme pour être journaliste et les études dans ce domaine sont habituellement très courtes. L’Université Laval est la seule institution francophone à offrir une formation de 2e cycle en journalisme. Les nouveaux journalistes se retrouvent donc dans des situations d’isolement (en régions) et soumis à de fortes pressions. Ils ont donc besoin d’être encadrés.

Intervention de l’assistance : Est-ce qu’il serait possible de certifier des journalistes citoyens pour reconnaître la valeur de ce qu’ils font ?

Madame Payette, souligne qu’une de leurs recommandations est à l’effet que Télé-Québec puisse « réseauter » tout le réseau communautaire sur Internet pour avoir une vision globale du Québec et ce projet est effectivement en cours. Concernant le statut de journaliste professionnel, elle considère qu’il n’est pas lié à l’embauche. Ce sont les employeurs qui le déterminent, car le journaliste doit occuper cette fonction pour en avoir le titre. Elle souhaiterait que d’une manière très souple, une association professionnelle de journalistes se mette en place. Tout le monde pourrait être journaliste professionnel dans la mesure où ils font la démonstration qu’ils sont en mesure de respecter le code de déontologie et les pratiques professionnelles généralement admises dans l’industrie. Une personne pourrait donc avoir le statut de journaliste professionnel en travaillant dans une radio communautaire. Ce ne serait pas un ordre professionnel, mais une procédure souple qui permettrait de rendre les membres punissables.

Monsieur Asselin préfèrerait que les journalistes professionnels dévoilent leur biais, car il y a beaucoup de journalistes professionnels qui ne le font pas. Certains d’entre eux identifient même le type de propos qu’ils veulent recueillir avant même de faire leur interview. Il faudrait concentrer l’effort sur l’amélioration des pratiques des journalistes professionnels plutôt que sur celles des journalistes citoyens qui dévoilent d’emblée leurs biais et leur subjectivité. Néanmoins, il leur faudrait peut-être un encadrement professionnel (rédacteur en chef) qui assure la variété des points de vue et le respect de la déontologie.

Intervention de l’assistance : Comment concilier le contenu des articles avec la force et l’impact des médias ?

Madame Brodeur constate que les mots recherche et prévention sont absents du débat en alphabétisation. C’est bien de vouloir combattre l’analphabétisme, mais avec les recherches qui ont été menées au cours des 20 dernières années on sait beaucoup mieux comment faire de la prévention avec des programmes efficaces. L’analphabétisme empêche l’exercice de la citoyenneté et c’est un immense défi qu’il faudra relever, car il faut retravailler l’alphabétisation tout au long de la vie.

Madame Payette fait ensuite un retour sur la question des radios qui est, selon elle, fondamentale. D’une manière assez catastrophique, le Québec a abandonné l’information. Le gouvernement devrait investir dans l’embauche de journalistes professionnels, surtout dans la presse régionale et les stations de radio et développer des méthodes d’encadrement de la pratique journalistique. Pourquoi ? Parce que l’animation a besoin d’encadrement et parce que le journaliste professionnel aura des comptes à rendre.

À la suite d’une intervention de l’assistance, Monsieur Asselin poursuit sur l’éducation aux médias. Pendant que les jeunes s’appropriaient les médias sociaux, les écoles les ont bloqués et ont tenté de les ignorer. Cependant, on ne peut faire une éducation sur quelque chose qui n’existe pas. Ces pratiques sont en cours de changement car le blocage ne semble plus être la solution. L’ouverture de ces espaces facilitera l’éducation aux médias.

Selon Madame Payette, l’éducation aux médias c’est aussi apprendre à des adolescents à lire un article de journal. En France, à l’âge de 18 ans ont ainsi un abonnement gratuit à un journal et ça investie le milieu scolaire d’une façon très intéressante. Aussi, les journaux sont distribués gratuitement dans une partie du réseau scolaire belge. L’école sert ainsi de relais pour faire de l’éducation civique.

Madame St-Pierre conclut l’activité en remerciant chacun des panélistes et en invitant l’assemblée à poursuive cette discussion lors du 3e colloque du CTREQ en avril 2012.

[Lire le rapport Payette (PDF)]

Dernière modification : 24 mars 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

2 commentaires

  1. Par Partage et coconstruction des savoirs | Partageons nos savoirs le 8 novembre 2011 à 10:51

    [...] verre. Le bar des sciences du colloque portera sur les médias en éducation. Il fait suite à la table ronde tenue lors de l’Assemblée générale annuelle du CTREQ, le 22 septembre dernier. Plus de [...]

    Commentaire inapproprié ?

  2. Par Le rôle des médias en éducation : Réjean Parent confirme sa participation | Partageons nos savoirs le 14 mars 2012 à 15:28

    [...] générale annuelle du CTREQ (le compte-rendu de cette table ronde est en ligne sur le RIRE). Par la suite, la CSQ faisait réaliser une étude par la firme Influence Communication sur le [...]

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)