Transition secondaire-cégep : la session d’accueil et d’intégration comme solution à l’indécision

téléchargement (4)Pour plusieurs nouveaux collégiens, le passage du secondaire au cégep est souvent synonyme d’indécision et d’inquiétude.

Dans notre dossier d’avril, nous vous présentons les principaux résultats d’une recherche qui avait pour but de mieux comprendre les effets de la session d’accueil et d’intégration (SAI) pendant cette période de transition importante.

L’étude dirigée par France Picard (Université Laval), spécialiste de l’orientation, met en évidence les nombreux avantages de la SAI sur la persévérance des étudiants et cible des pistes d’intervention prometteuses.

La session d’accueil et d’intégration comme solution à l’indécision

par Carolann Claveau, étudiante de 2e cycle en éducation à l’Université Laval

À l’approche du 1er mars, l’élève est incapable de formuler un choix de programme d’études. Cette incapacité à effectuer un choix ou de s’engager dans une action alors que l’élève est en situation de devoir le faire, c’est ce qu’on désigne par le concept d’indécision.

Au Québec, le système d’éducation permet, avec la session d’accueil et d’intégration (SAI), de reporter le choix scolaire prévu d’ordinaire en 5e secondaire. Bien que ce moment soit décisif quant à la carrière et au cheminement scolaire, les étudiants s’engagent peu dans une exploration qui demeure superficielle. La transition vers les études supérieures est donc teintée de cet inachèvement du processus d’orientation.

La SAI a des effets positifs notamment sur l’indécision scolaire et professionnelle et sur le manque de connaissance de soi

La session d’accueil et d’intégration au collégial existe depuis 1993 et a pour objectif d’accompagner les étudiants à leur arrivée au collégial. Les principales interventions qui s’y pratiquent visent à pallier certaines difficultés décisionnelles en ce qui concerne la poursuite des études ou la carrière.

Bien que plusieurs études aient été menées aux États-Unis sur une mesure analogue à la SAI (first year seminar), la recherche de France Picard est la première en son genre à être menée au Québec. Le présent article se veut un aperçu des pistes d’intervention possibles afin de pallier l’indécision à l’arrivée au collégial.

Objectifs et méthodologie

France Picard a identifié deux objectifs à son projet. Elle a d’abord cherché à cerner l’impact de la SAI sur l’indécision des jeunes et, ensuite, à déterminer ce qui peut causer l’amélioration ou la détérioration de l’indécision scolaire et professionnelle chez les étudiants au fil de la première session au collège.

Pour ce faire, 973 étudiants et 21 professionnels venant d’autant de collèges ont participé à la collecte de données quantitatives et qualitatives. À la session d’automne 2009, les étudiants sélectionnés ont passé un prétest (aout) et un post-test (décembre-janvier). Les jeunes inscrits à la SAI étaient alors mis en comparaison avec d’autres étudiants ayant amorcé leur parcours collégial par la voie des programmes réguliers. Des entretiens individuels et en groupes avec les professionnels ont permis d’amasser les données complémentaires aux résultats obtenus lors de l’analyse comparative de l’évolution des deux groupes d’étudiants.

Les jeunes adultes ont rempli un questionnaire où l’on tentait de mesurer l’indécision et ses facteurs. Six sous-échelles d’indécision permettaient d’évaluer la variabilité entre le début et la fin de la session :

      a) Manque de connaissance de soi (instabilité de l’image de soi. Peut générer de l’anxiété lors du choix)
      b) Développement vocationnel tardif (procrastination du choix scolaire et professionnel)
      c) Manque de méthode de décision (difficulté à choisir entre différents buts également attrayants)
      d) Manque d’information (méconnaissance des métiers)
      e) Obstacles externes (faits concrets s’interposant dans l’aboutissement du projet)
                 f) Anticipations pessimistes (perception négative: interprétation de la réalisation du choix apparaissant comme improbable)

Les effets positifs de la SAI sur les étudiants

Les données recueillies soulignent les effets positifs de la SAI sur l’indécision scolaire et professionnelle, mais aussi sur le manque de connaissance de soi, le manque de méthode de décision et le manque d’information vocationnelle. Toutefois, les obstacles externes et les anticipations pessimistes connaissent une détérioration significative dans les deux groupes d’étudiants.

Les cours dédiés à l’orientation, offerts en SAI, ont un effet significatif sur la précision du choix de carrière. L’amélioration du manque de connaissance de soi se situe dans le prolongement de démarches d’orientation et de choix de parcours scolaire au secondaire, comme avoir complété un test d’aptitudes ou d’intérêts et avoir suivi un programme à vocation particulière (ex. : sports-étude, programme d’éducation internationale).

Dans cette foulée, l’atténuation du manque de méthode dans la prise de décision est associée au fait de s’être engagé dans un nombre élevés de démarches d’orientation au secondaire. Enfin, le manque d’information sur le monde du travail connait une amélioration due aux interventions d’un conseiller d’orientation ainsi qu’à la consultation d’information professionnelle au cégep.

Même s’il y a eu détérioration des anticipations pessimistes chez les étudiants, le fait de les soumettre à des modèles professionnels de travailleurs tend à diminuer de telles appréhensions. Toutefois, l’interruption des études avant le cégep est associé à une augmentation des obstacles externes à la réalisation de son choix d’études ou de carrière.

Des pistes d’intervention prometteuses

Parmi les conditions éducatives favorables à l’orientation mises en place dans les collèges, on note que les rencontres de suivi ou de bilan en cours de session, entre l’étudiant de la SAI et un enseignant ou un professionnel de l’orientation, améliorent l’indécision liée au programme d’études. À l’inverse, le fait d’être inscrit dans un collège de grande taille (plus de 1500 ou 2000 étudiants) fait obstacle sur le plan de la connaissance de soi, de a méthode de décision et des obstacles externes.

Le sentiment d’appartenance joue un grand rôle dans le choix vocationnel des étudiants

L’étude a permis d’énoncer plusieurs recommandations accueillies positivement par les professionnels des collèges engagés dans la recherche.

En ce qui concerne les recommandations soumises aux intervenants à la SAI (enseignants, conseillers d’orientation, aide-pédagogiques individuels, conseiller pédagogique), l’évaluation des besoins d’orientation lors de l’arrivée des jeunes au niveau collégial est primordiale.

De cette façon, l’identification des étudiants les plus indécis dès le départ permet d’immédiatement mettre en marche des mesures pour répondre à leurs besoins. La recherche a mis en lumière le fait que le sentiment d’appartenance joue un grand rôle dans le choix vocationnel des étudiants. Le dialogue privilégié entre le jeune et quelqu’un en qui il a confiance dans son entourage a un effet significativement positif sur l’indécision scolaire et professionnelle.

De l’avis des professionnels participant à la recherche, le soutien de la direction des collèges est essentiel à la mise en œuvre des mesures d’orientation et d’encadrement à la SAI. Comme il s’agit d’une pratique ayant fait ses preuves, l’implantation d’un cours crédité axé sur l’orientation est à considérer.

Enfin, les mesures efficaces relevant jusqu’à maintenant de la SAI pourraient être généralisées afin que d’autres étudiants indécis à l’arrivée au collège puissent en bénéficier. Les mesures efficaces mises ici en lumière peuvent être considérées dans le défi que doivent relever les établissements de grande taille en ce qui concerne l’atténuation de l’indécision des étudiants.

Liens complémentaires

La session d’accueil et d’intégration : un nouveau parcours d’accès à l’enseignement supérieur québécois

Article de France Picard publié en 2010 dans la revue Éducation et Société. « L’article cerne les caractéristiques scolaire, socio-économique et psychosociale de la population étudiante qui le suit, pour comprendre et nuancer son effet sur l’accès au supérieur. Une recherche menée dans les collèges d’enseignement général et professionnel (cégeps) québécois à l’automne 2009 montre l’accentuation de l’hétérogénéité de la population étudiante chez les inscrits à ce nouveau parcours. Effet paradoxal, ce dispositif exerce à la fois une fonction d’égalisation des chances et de sélection sociale. »

[Aller au résumé de l’article]

Carrefour de la réussite

Le site Carrefour de la réussite a publié plusieurs billets sur la recherche qui fait l’objet de ce dossier du RIRE. On pourra y suivre l’avancement du projet de collaboration du Carrefour avec la chercheuse France Picard.

[Aller au site du Carrefour de la réussite]

Association des conseillers en orientation du collégial (ACOC)

« Le site de l’ACOC est mis gratuitement à la disposition de tous, professionnels de l’orientation, éducateurs, parents et élèves du Québec et d’ailleurs. Vous y trouverez de nombreux liens relatifs aux études, professions et emplois, ressources d’aide et autres sujets d’intérêt. »

[Aller au site de l’ACOC]

Vidéos sur la SAI

Dernière modification : 29 juin 2018.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 3,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)