Prendre une part active dans ses apprentissages renforce la mémoire

téléchargement (16)Texte traduit et adapté de Study reveals how taking an active role in learning enhances memory, publié sur le site de l’Université de l’Illinois le 6 décembre 2010

Une nouvelle étude du professeur Neal Cohen et du chercheur Joel Voss de l’Université de l’Illinois démontre que les apprenants qui ont du contrôle sur leur environnement d’apprentissage parviennent à mieux mémoriser l’information. Cette étude permet de mieux comprendre les mécanismes du cerveau qui contribuent à ce phénomène.

« Prendre une part active de ses apprentissages a des impacts considérables sur la mémorisation et nous commençons à comprendre pourquoi », indique le professeur Neal Cohen, chercheur principal de l’étude. « Des zones entières du cerveau vont non seulement être activées, mais aussi devenir fonctionnellement connectées lors d’une exploration active du monde. »

La recherche était centrée sur l’activité neuronale dans différentes régions du cerveau, dont l’hippocampe, situé dans le lobe temporal médian, près des oreilles. Les chercheurs savent depuis des décennies que l’hippocampe est indispensable à la mémoire, notamment parce que les personnes qui ont eu des dommages dans cette zone du cerveau perdent aussi leur habileté à construire et à retenir de nouveaux souvenirs. Mais l’hippocampe ne fonctionne pas seul. Des connexions neuronales robustes le relient à d’autres structures importantes du cerveau avec lesquelles il fonctionne en tandem.

Description de l’expérimentation

Pour mieux comprendre comment ces régions influent sur l’apprentissage actif ou passif, Voss a conçu une tâche expérimentale qui consiste à mémoriser l’emplacement exact d’objets dans un tableau sur un écran d’ordinateur. Un seul objet à la fois était montré. Les sujets « actifs » utilisaient une souris pour contrôler l’objet qui apparaissait sur l’écran. Ils étaient laissés totalement libres dans les stratégies qu’ils utilisaient pour mémoriser la suite d’objets et disposaient de tout le temps qui leur était nécessaire pour y arriver. Les sujets « passifs », pour leur part, visionnaient ce qui avait été vu précédemment par l’un des sujets actifs. Enfin, les participants devaient sélectionner les objets et les placer dans le bon ordre.

Ces nouvelles découvertes viennent confronter la vision que l’on avait du rôle de l’hippocampe dans l’apprentissage

Principaux résultats

Des différences significatives ont été découvertes dans l’activité neuronale des participants actifs en comparaison avec les participants passifs. Ceux qui pouvaient contrôler activement les écrans qu’ils visualisaient ont mieux réussi que leurs pairs dans l’identification de la position des objets.

D’autres expérimentations pendant lesquelles les participants passifs pouvaient contrôler la souris pour déterminer la vitesse d’exposition ont aussi permis d’établir que ces résultats étaient indépendants du geste de la manipulation de la souris.

En somme, non seulement l’hippocampe, mais aussi plusieurs autres régions du cerveau étaient davantage sollicitées lorsque les sujets contrôlaient activement les fenêtres. Ces zones étaient d’ailleurs mieux synchronisées avec l’activité de l’hippocampe. Ainsi, l’hippocampe jouerait un rôle très important dans l’apprentissage.

« Ces nouvelles découvertes viennent confronter la vision que l’on avait du rôle de l’hippocampe dans l’apprentissage », déclare Voss. Nous avons été surpris que les autres zones du cerveau étant impliquées dans la planification et l’élaboration de stratégies ne puissent être vraiment efficaces sans avoir d’interaction avec l’hippocampe. »

Joel L. Voss, Neal J. Cohen et collaborateurs (2010). Hippocampal brain-network coordination during volitional exploratory behavior enhances learning. Nature Neuroscience, vol. 14, no 1, p. 115–120. (résumé en ligne)

Dernière modification : 7 décembre 2014.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Un commentaire

  1. Par Tweets that mention Prendre une part active dans ses apprentissages renforce la mémoire — RIRE -- Topsy.com le 20 janvier 2011 à 15:16

    […] This post was mentioned on Twitter by Rodet, Équipe Yoopa and Véronique D'Amours, RIRE_CTREQ. RIRE_CTREQ said: [RIRE] Prendre une part active dans ses apprentissages renforce la mémoire http://bit.ly/hdgsfD […]

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)