Les élèves qui ont des difficultés d’apprentissage tirent profit d’une approche intuitive des mathématiques

téléchargement (1)Texte traduit et adapté de Children find their own way to solve arithmetic problems, publié sur le site de l’Université de Strathclyde le 8 novembre 2010
Encourager les enfants qui ont des difficultés d’apprentissage à trouver leur propre façon de résoudre des problèmes d’arithmétique peut être profitable, selon une nouvelle recherche publiée dans le British Journal of Special Education.

Le chercheur Lio Moscardini de l’Université de Strathclyde (Royaume-Uni) a trouvé que les enfants sont plus habiles à résoudre des problèmes d’arithmétique quand on leur permet d’utiliser leurs propres stratégies intuitives (en utilisant par exemple des blocs, des dessins ou en simplifiant des équations) que lorsqu’on leur enseigne explicitement des concepts et des stratégies.

Tous les enseignants qui ont participé à l’étude ont suivi une formation sur la pensée mathématique des enfants avant de mettre en œuvre cette nouvelle approche dans leur classe. Presque tous estiment que leurs élèves ont tiré profit de cette approche. De plus, après l’étude, plusieurs enseignants confient avoir sous-estimé les habiletés et le potentiel des élèves.

Après l’étude, plusieurs enseignant confient avoir sous-estimé les habiletés et le potentiel des élèves.

Moscardini soutient : « Nous avons constaté que les élèves ayant des difficultés d’apprentissage ont été en mesure de développer une compréhension de l’arithmétique en s’engageant dans ces activités, sans qu’on leur enseigne des stratégies explicites au préalable ».

« Lorsque les enseignants ont un aperçu de la pensée mathématique des enfants, ils peuvent utiliser ces connaissances pour adapter leur enseignement. L’étude soutient également l’idée que les mathématiques ne consistent pas seulement en l’acquisition de compétences, mais qu’elles consistent surtout à tirer du sens et à forger sa compréhension des problèmes. »

  • Voici quelques stratégies intuitives utilisées par les élèves de l’étude :
    Utiliser des cubes, des dessins ou des doigts pour trouver combien d’enfants, répartis en deux groupes, sont entrés dans un bus ;
  • Décomposer l’addition 48+25 en (40+20)+8+5 pour arriver à 73 ;
  • Reformuler l’énoncé du problème en modifiant des mots ou le contexte. Dans une question, par exemple, le libellé « un garçon a 14 autocollants et en a donné six » a été modifié par un élève pour lui donner plus de sens : « on a enlevé à un garçon 6 de ses autocollants ».

Certains enfants ont été en mesure d’aider leurs camarades de classe et ont même eu de plus en plus de facilité à reconnaître les similitudes entre certains types de problèmes, leur permettant ainsi d’appliquer les mêmes solutions.

Enfin, cette étude montre que les enfants qui ont des difficultés d’apprentissage suivent le même raisonnement mathématique pour l’addition, la soustraction, la multiplication et la division que ceux qui n’ont pas les mêmes difficultés.
Lio Moscardini (2010). ‘I like it instead of maths’: how pupils with moderate learning difficulties in Scottish primary special schools intuitively solved mathematical word problems. British Journal of Special Education, vol. 37, no 3, pages 130–138 DOI: 10.1111/j.1467-8578.2010.00461.x (résumé en ligne)

Dernière modification : 7 septembre 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Un commentaire

  1. Par Tweets that mention Les élèves qui ont des difficultés d’apprentissage tirent profit d’une approche intuitive des mathématiques — RIRE -- Topsy.com le 11 novembre 2010 à 4:26

    […] This post was mentioned on Twitter by briankotts, RIRE_CTREQ. RIRE_CTREQ said: [RIRE] Les élèves qui ont des difficultés d’apprentissage tirent profit d’une approche intuitive des mathématiques http://bit.ly/aOQ51G […]

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)