La perte auditive d’une oreille peut causer des retards dans le développement des habiletés langagières

Texte traduit et adapté de Kids with hearing loss in one ear fall behind in language skills, publié sur le site de l’Université de Washington le 4 mai 2010.

Au moment d’entrer à l’école, un enfant sur 20 est malentendant d’une oreille. La perte d’audition constituerait un obstacle important pour ces enfants parce que cet handicap nuirait à leur capacité à comprendre et à utiliser la langue. L’étude de l’École de médecine de l’Université de Washington qui a révélé cette conclusion sera publiée dans le numéro de juin de la revue Pediatrics.

« Pendant de nombreuses années, les pédiatres et les éducateurs croyaient que tant que les enfants avaient une oreille dont l’audition est normale, leur parole et leur langage se développaient normalement », explique l’auteure principale Judith E. Cho Lieu, otorhinolaryngologiste à l’Hôpital pour enfants de St Louis.

Quelques études ont déjà montré que ces enfants pouvaient avoir des problèmes à l’école. Aujourd’hui, notre étude révèle que, en moyenne, les enfants ayant une déficience auditive à une oreille ont de moins bons résultats en communication orale que les enfants n’ayant aucune déficience auditive, dit Lieu.

La perte d’audition d’une oreille peut être la conséquence d’une anomalie congénitale de l’oreille, d’un traumatisme crânien ou d’une infection comme la méningite. La perte auditive d’une oreille peut passer inaperçue parce que l’enfant peut sembler avoir une audition normale. Sa difficulté à entendre peut être expliquée à tort par un simple manque d’attention ou par le syndrome de l’ouïe sélective. En effet, les enfants malentendants d’une oreille ne portent souvent pas d’appareil auditif et ne sont pas accommodés pour leur handicap.

Les chercheurs ont observé 74 enfants âgés de 6 à 12 ans ayant une déficience auditive à une oreille. Chaque enfant a été jumelé à un frère ou à une sœur ayant une audition normale, de sorte que les chercheurs ont pu minimiser les effets possibles relatifs aux facteurs environnementaux et génétiques sur les capacités langagières des enfants. Les enfants ont été soumis à l’Oral and Written Language Scales (OWLS), un outil d’évaluation largement utilisé pour évaluer la compréhension du langage et de l’expression orale.

La note moyenne à ce test est de 100 points et la perte d’audition d’une oreille explique en moyenne une perte de 10 points. Le score oral composite – qui reflète à la fois la capacité des enfants à comprendre ce qu’on leur dit et à répondre ou à s’exprimer – correspond en moyenne à 90 points chez les enfants ayant une déficience auditive à une oreille.

Source de l’image : Shutterstock Elena Vasilchenko

La pauvreté et la faible scolarité de la mère amplifient les effets de la perte auditive

La chercheuse pense que son étude a démontré que la perte d’audition d’une oreille a un effet plus important chez les enfants qui vivent en dessous du seuil de pauvreté ou chez ceux qui ont une mère peu scolarisée. Les niveaux de pauvreté et de scolarité de la mère ont une influence bien connue sur les compétences linguistiques et la perte auditive d’une oreille peut amplifier cet effet.

« Cette étude devrait permettre de prendre conscience de cette possibilité : si les enfants qui ont une déficience auditive à une oreille éprouvent des difficultés à parler ou à lire à l’école, la perte d’audition fait peut-être partie du problème, soutient Lieu. Les parents, les éducateurs et les pédiatres ne devraient pas tenir pour acquis que le fait d’entendre d’une seule oreille signifie que les enfants n’auront pas besoin d’aide. »

Par ailleurs, l’étude n’examine pas les solutions qui pourraient être efficaces pour surmonter les faibles compétences linguistiques observée chez les enfants ayant une déficience auditive à une oreille. Mais Lieu suggère de mener des études pour voir si le port d’une prothèse auditive ou l’utilisation d’appareils pour amplifier le son en classe pourraient aider les enfants. De plus, la chercheuse soulève la possibilité d’intégrer des rencontres avec un orthophoniste au plan d’intervention de l’enfant malentendant.

« L’effet de la perte auditive à une oreille peut être subtil, réitère Lieu. Ces enfants peuvent éviter les grands rassemblements parce que le bruit de la foule les accable et qu’ils peuvent avoir du mal à comprendre un discours. Ils pourraient avoir des difficultés à participer aux sports d’équipe parce qu’ils ne peuvent pas bien localiser la provenance des sons et, par conséquent, ne pas distinguer qui les interpelle.

« Pour eux, écouter est un travail exigeant et ils peuvent investir de grands efforts pour y arriver, explique Lieu. Nous ne savons pas encore si la perte auditive affectera leur parcours scolaire en général ni, ultérieurement, leur choix de carrière. »

Dernière modification : 5 août 2021.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

3 commentaires

  1. Par Yasmine le 2 octobre 2014 à 15:58

    Je suis moi-même sourde de l’oreille droite depuis la naissance (15 ans maintenant)
    et l’étude généralise vraiment beaucoup. Je n’ai aucun problème à l’école et cette surdité ne m’affecte que très peu lors des périodes de cours. C’est juste un peu plus compliqué quand il y’a plus de bruits, mais sinon rien. Je n’ai pas de lacunes en langues, et encore moins en français, au contraire je m’y prends assez bien. Je le redis cette étude est très imprécise, c’est du grand n’importe quoi.

    Commentaire inapproprié ?

  2. A noter que ce problème ne concerne pas que les enfants, puisqu’à l’heure actuelle, moins d’un malentendant sur 4 (enfant et adulte) porte un appareil auditif..

    Commentaire inapproprié ?

  3. Bonjour Yasmine pourriez vous me contacter svp ? J’ai quelques questions concernant votre audition pour ma fille qui a ce problème
    Cordialement

    Commentaire inapproprié ?

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)