Avoir des conversations sérieuses avec les enfants contribue à leur maitrise du langage utilisé à l’école

téléchargement (17)Texte traduit et adapté de Talking seriously with children is good for their language proficiency, publié sur le site The Netherlands Organisation for Scientific Research le 20 avril 2010.
La manière dont les adultes discutent avec des enfants âgés de 3 à 6 ans a une influence majeure sur leur acquisition du langage. Ceux qui s’adressent aux enfants comme des interlocuteurs à part entière posent les premiers jalons du développement du « langage de l’école », affirme la chercheuse néerlandaise Lotte Henrichs.

Les enfants du primaire ont besoin de maitriser un certain type de compétence langagière : le langage de l’école. Le langage de l’école n’est pas nouveau ni indépendant de la langue apprise à la maison : c’est le langage que les enseignants utilisent à l’école. C’est aussi le type de langage que ces derniers attendent des élèves.

Le langage de l’école permet aux enfants de comprendre les instructions et de démontrer leurs connaissances de manière efficace. Ce langage se caractérise par des mots difficiles, abstraits et des structures de phrases complexes. Il contient souvent beaucoup de phrases syntaxiques et de conjonctions. De plus, ce langage revêt une apparence scientifique en raison de ses méthodes argumentatives et d’analyse.

Les parents font la différence

Henrichs a démontré que les enfants sont confrontés au langage de l’école dès la maternelle. En effet, même avant l’entrée au primaire, ils ont déjà entendu ce langage utilisé par leur enseignant, qui s’attend souvent à ce que les enfants l’utilisent eux-mêmes. La chercheuse a observé que la proportion du langage de l’école utilisé à la maison diffère fortement entre les familles.

Un des aspects déterminants dans l’acquisition de ce langage est l’approche des parents quand ils parlent à leurs enfants. Si les enfants ont la possibilité d’apporter des contributions significatives aux conversations, ils utilisent souvent naturellement des compétences caractéristiques du langage de l’école. En plus, la connaissance de ce langage dépend de la proportion dans laquelle les parents font la lecture à leurs enfants, leur racontent des histoires et leur tiennent des conversations sur des sujets intéressants.

Henrichs a étudié comment les très jeunes enfants, en particulier, acquièrent cette maitrise du langage de l’école. Elle a analysé le rôle joué par les personnes qui viellent à leur développement et celui de l’école pendant cet apprentissage.

Dans le cadre du vaste programme au sein duquel Henrichs a effectué son étude, 150 enfants âgés de 3 à 6 ans ont été suivis pendant une période de trois ans. Tous les enfants vivaient aux Pays-Bas et provenaient de familles turques, marocaines-berbères et néerlandaises. De tous ces participants, un sous-groupe de 25 familles néerlandaises a participé à l’étude approfondie de Henrichs.
Henrichs, L.F. (2010). Academic language in early childhood interactions : a longitudinal study of 3- to 6-year-old Dutch monolingual children. Université d’Amsterdam, 250 p. (thèse en ligne)

À lire sur le même sujet

Faire la lecture aux enfants, un outil indispensable pour l’apprentissage de l’anglais langue première

« Selon M. George Georgiou, professeur de l’Université de l’Alberta en psychologie de l’éducation, il faut lire des histoires aux enfants anglophones pour qu’ils acquièrent des compétences linguistiques initiales, particulièrement en compréhension, essentielles au développement des compétences en lecture. »

[Lire ce billet du RIRE]

Dernière modification : 16 janvier 2017.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)