Pourquoi les hommes sont-ils si peu nombreux à l’enseignement primaire au Québec?

téléchargement (7)Au Québec, seulement 12 % des postes d’enseignant au primaire sont occupés par des hommes, comparativement à l’Ontario qui en compte environ 25 %. Pourquoi les hommes québécois boudent-ils cette profession? Simon Lamarre, enseignant au primaire, entreprend cette année un doctorat à l’Université de Montréal pour entre autres tenter de répondre à cette question.

Selon les études recensées par le candidat au doctorat, trois facteurs permettraient de comprendre l’impopularité de la profession auprès des hommes :

– le fait que l’école est un milieu majoritairement féminin;

– le salaire peu élevé de la majorité des postes;

– la piètre reconnaissance sociale de l’enseignant.

Bien que son projet ne soit pas encore clairement défini, M. Lamarre aimerait explorer le rapport entre la réussite scolaire et le fait d’avoir un enseignant de sexe masculin. À ce jour, aucune recherche n’a prouvé que le fait d’avoir un enseignant favorisait la réussite des garçons. Par ailleurs, des études ont montré qu’à la fin du primaire, ce rapport a une influence positive sur les résultats des garçons en lecture.

Pour en savoir plus, visionner l’entretien (au bas de ce billet) réalisé avec M. Lamarre.

Dernière modification : 31 mai 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Multimédia

Pourquoi les hommes ne sont-ils pas attirés par l'enseignement primaire?


Un commentaire

  1. Par Pierre Coulombe le 4 novembre 2013 à 6:51

    je ne peux pas croire qu’une recherche qui se veut aussi sérieuse, occulte complètement « la leur des faux allégués » qui prédomine chez les hommes… Ça va au-delà de la piètre reconnaissance sociale… bullying systémique envers les hommes…

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)