Rapport pancanadien sur les différences de rendement en lecture: les élèves francophones du Québec se distinguent

téléchargement (16)Les jeunes francophones du Québec obtiennent un rendement en lecture nettement au-dessus de la moyenne canadienne, selon une étude menée par le Conseil des ministres de l’Éducation du Canada (CMEC). Dans son rapport, le Conseil dévoile les résultats de son enquête de 2007 à laquelle environ 30 000 jeunes Canadiens âgés de 13 ans ont participé.

Cette enquête a été menée dans le cadre du Programme pancanadien d’évaluation (PPCE) qui « a été conçu pour déterminer si les élèves de tout le Canada atteignent un niveau de rendement similaire dans ces matières de base à un âge à peu près identique. »

Les résultats de l’étude sont présentés selon sept groupes linguistiques, dont le plus important en terme d’échantillon est la majorité anglophone représentée par 14 250 élèves. Parmi les autres groupes linguistiques, on compte entre autres 1 418 jeunes francophones de l’Ontario et 1467 du Nouveau-Brunswick. Les jeunes francophones du Québec ont été, quant à eux, 1 178 à participer à l’étude.

Les élèves francophones du Québec se distinguent

En observant la figure 2-2, on note rapidement l’écart qui se dessine en lecture entre les francophones en milieu minoritaire (hors Québec) et les francophones du Québec.

Tous groupes confondus, la moyenne des résultats des élèves francophones du Québec est la plus élevée avec 532 points et se situe au-dessus de la moyenne canadienne (500).

Par ailleurs, le rapport souligne l’importance de contextualiser ces résultats, notamment en considérant le nombre important d’écoles privées de l’échantillon et le pourcentage élevé d’enseignants qui se disent spécialistes en arts du langage. Notons au passage que les francophones du Québec âgés de 13 en 2007 ont été scolarisés dans le cadre du Renouveau pédagogique.

Une bibliothèque bien garnie aide à mieux lire

Autre fait intéressant à noter : le nombre de livres à la maison, lequel est un indicateur du statut socioéconomique tout comme la scolarité de la mère, est lié au rendement en lecture. Sur ce plan, les jeunes francophones du Québec se démarquent aussi. Ceux qui ont la chance d’avoir une bibliothèque bien garnie à la maison (plus de 200 livres) obtiennent un score moyen statistiquement supérieur à la moyenne canadienne (figure 3-5).

Le rapport, abondamment illustré, livre beaucoup d’autres statistiques tout aussi intéressantes, notamment sur l’effet positif de l’utilisation de textes créatifs par l’enseignant sur le rendement en lecture (p. 116).

Devoirs et soutien à la lecture

Le dernier chapitre du rapport met en lumière l’incidence de ces données sur le plan éducatif. Au Québec francophone, une analyse multivariée des résultats révèle qu’en ce qui a trait à l’aide reçue et à la lecture précoce, seuls les cours de soutien à la lecture ont un effet statistiquement significatif. Enfin, ce dernier chapitre nous apprend aussi que « le nombre de minutes que les enseignants s’attendent que les élèves consacrent aux devoirs d’arts du langage est lié de façon forte et positive au rendement en lecture ».

Pour en savoir plus, téléchargez le rapport du CMEC.

Dernière modification : 16 novembre 2014.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)