L’apprentissage des verbes et des noms relève de parties différentes du cerveau

téléchargementTexte adapté et traduit de l’anglais de Nouns and verbs are learned in different parts of the brain publié sur le site Physorg.com le 25 février 2010

Deux psychologues espagnols et un neurologue allemand ont récemment montré, grâce à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, que la partie du cerveau qui s’active quand une personne apprend un nouveau nom est différente de la partie utilisée pour apprendre un verbe. Les chercheurs présentent les résultats de leur étude dans un article publié dans la revue Neuroimage.
L’équipe savait que que les enfants apprennent les noms avant de verbes et que de nombreux patients qui présentent des lésions au cerveau montrent une dissociation dans le traitement de ces types de mots. De plus, des études antérieures ont montré que les adultes font aussi mieux et réagissent plus rapidement aux noms lors de tests cognitifs.

Sur la base de ces idées, les chercheurs ont mis au point une expérience pour confirmer si ces différences peuvent être observées dans le cerveau. Pour ce faire, ils ont demandé à 21 personnes d’apprendre de nouveaux noms et de nouveaux verbes et ont enregistré leurs réactions neuronales en utilisant la résonance magnétique fonctionnelle. Cette technique permet d’observer comment les régions du cerveau s’activent quand une personne effectue une tâche déterminée.

Le test consistait à élaborer la signification d’un terme nouveau en se basant sur le contexte fourni par deux phrases. Par exemple, dans les phrases « La jeune fille a reçu une jat pour Noël. » et « Le garçon d’honneur était tellement nerveux qu’il a oublié la jat. », le mot jat signifie bague. De la même manière, dans les phrases « L’étudiant est en train de niser des pâtes pour le diner. » et « L’homme a nisé un délicieux repas pour sa copine. », le verbe sous-tendu est cuisiner.

« Cette tâche simule, à un niveau expérimental, comment nous acquérons une partie de notre vocabulaire au cours de notre vie, en découvrant le sens des mots nouveaux dans des contextes écrits », explique Antoni Rodriguez-Fornells, coauteur de l’étude et chercheur à l’Université de Barcelone.

Ce moyen d’acquisition du vocabulaire fondé sur les contextes verbaux est l’un des mécanismes les plus importants pour l’apprentissage de nouveaux mots durant l’enfance et plus tard chez l’adulte, parce que nous apprenons sans cesse de nouveaux termes.

Deux parties du cerveau distinctes activées pour des tâches distinctes

Les participants ont dû apprendre 80 noms et 80 verbes nouveaux. En faisant cet exercice, l’imagerie a montré que les nouveaux noms activent principalement le gyrus fusiforme gauche (associé au traitement visuel et au traitement de l’objectif), tandis que les nouveaux verbes activent la partie postérieure gauche du gyrus temporal médian (associée à la sémantique et aux aspects conceptuels) et le gyrus frontal inférieur gauche (impliqué dans le traitement de la grammaire).

En outre, il y avait une corrélation positive entre l’activation de certaines parties du cerveau et l’efficacité de l’apprentissage de nouveaux noms, mais pas de nouveaux verbes. « Ces résultats montrent que les mêmes régions précédemment associées à la représentation de la signification des noms et des verbes sont également associées à l’établissement des correspondances entre ces significations et ces nouveaux mots, processus nécessaires à l’apprentissage d’une langue seconde », explique Rodríguez-Fornells.

Même si les résultats de l’étude ne peuvent pas être concrètement utilisés pour l’enseignement-apprentissage des langues, le chercheur explique que cette recherche permet d’en savoir plus sur la façon dont nous utilisons des informations différentes selon les contextes verbaux et de connaitre les différents réseaux de neurones impliqués dans l’apprentissage des mots selon leur classe et leurs différentes fonctions grammaticales.
Mestres-Missé, A., Rodriguez-Fornells, A., Münte, TF (2010). Neural differences in the mapping of verb and noun concepts onto novel words. Neuroimage 49 (3): 2826 (résumé en ligne).

Dernière modification : 12 novembre 2014.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)