Les élèves doivent apprendre à gérer les risques du Web

Texte adapté et traduit de l’anglais de Pupils ‘must manage online risks’, publié sur le site BBC le 10 février 2010
Selon une enquête menée au Royaume-Uni par l’Office for Standards in Education, Children’s Services and Skills (Ofsted), les élèves sont moins vulnérables aux cyberdangers à long terme quand ils ont plus de liberté sur le Web à l’école. Les auteurs du rapport d’enquête concluent que les systèmes de contrôle qui « gèrent » le contenu en ligne sont plus sécuritaires que ceux qui le « verrouillent ».

Les évaluateurs de l’Ofsted ont visité 33 écoles primaires et secondaires, une école spécialisée et un centre de parrainage d’élèves. Ils ont trouvé que la sécurité sur Internet était remarquable dans cinq établissements, bonne dans 16, satisfaisante dans 13 et insuffisante dans un. Les cinq écoles jugées exceptionnelles pour la sécurité en ligne utilisaient toutes des systèmes de gestion du contenu afin d’aider les élèves à devenir des internautes responsables. Ces systèmes permettent une plus grande accessibilité aux sites indésirables que les systèmes qui les verrouillent, ce qui « oblige les élèves à assumer leur propre responsabilité ».

On peut lire dans le rapport, intitulé The safe use of new technologies [PDF], que « les écoles où les dispositions de cybersécurité étaient bonnes ou excellentes reconnaissaient les risques potentiels des nouvelles technologies et essayaient d’outiller leurs élèves pour qu’ils apprennent à travailler avec les cyberdangers. » Tout porte à croire qu’une sensibilisation hâtive améliore cet aspect de la compétence d’utilisation des technologies de la communication.

Dans les meilleures pratiques observées, les élèves ont été aidés, dès leur jeune âge, à évaluer le risque d’accéder à certains sites. Ces derniers ont donc pu progressivement acquérir des compétences qui les aident à adopter des pratiques sécuritaires, même quand ils ne sont pas supervisés.

Le rapport fait l’éloge d’une communauté où les écoles ont adopté une politique qu’ils ont appelée Réfléchis avant de cliquer. La politique encourage les élèves à se poser des questions telles que « Suis-je sûr que ces personnes sont bien qui elles prétendent être ? » et « Quelles sont les informations que je peux dévoiler sur Internet à mon sujet ? ».

La formation du personnel

Les experts qui ont mené l’étude ont déclaré que leur principale préoccupation concerne le faible niveau de formation du personnel scolaire en matière de sécurité en ligne. « La formation en cybersécurité était généralement faible lorsque cette responsabilité n’était pas prise en charge par la direction d’établissement. La formation tendait à être informelle seulement, indique le rapport. Les formations les plus efficaces étaient planifiées systématiquement et incluaient tous les enseignants et le personnel de soutien. »

Christine Gilbert, évaluatrice en chef de l’Ofsted, soutient que « les nouvelles technologies sont au cœur de la vie moderne et fournissent un support efficace à l’apprentissage, mais elles peuvent également présenter un risque pour les jeunes si ces derniers n’ont pas appris à les utiliser en toute sécurité. Les enfants et les jeunes ne disposent pas toujours des connaissances, des compétences et du jugement nécessaires pour se protéger. Il est donc essentiel que nos écoles leur apprennent à naviguer en toute sécurité. »

Jim Gamble, chef de la direction du Child Exploitation and Online Protection Centre (Ceop) partage cet avis et pense qu’on devrait enseigner aux enfants à utiliser Internet avec tous les risques que cela suppose, plutôt que de les « couver ». « Dans le monde réel, les adultes n’empêcheraient pas les enfants d’aller au parc, mais les aideraient plutôt à atténuer les risques qu’ils courent. L’expérience demeure le meilleur moyen pour que les enfants apprennent à discriminer ces sites », dit-il.

Stephen Crowne, directeur général de Becta, l’agence gouvernementale britannique pour la promotion des TIC, est d’avis qu’ « Internet est un outil d’apprentissage incroyablement puissant, qui offre une multitude de ressources et d’informations. Malgré tout, nous ne pouvons pas nier qu’Internet présente des menaces potentielles. Les écoles et les parents ont besoin de travailler ensemble pour s’assurer que les élèves utilisent le Web de façon responsable et en toute sécurité, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de la salle de classe. »
Office for Standards in Education, Children’s Services and Skills (2010). Report : The safe use of new technologies (en ligne).

Dernière modification : 26 février 2016.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 4,00 sur 5)

6 commentaires

  1. […] Un texte du Réseau d’information pour la réussite éducative qui porte le titre «Les élèves doivent apprendre à gérer les risques du Web». […]

    Commentaire inapproprié ?

  2. […] Un texte du Réseau d’information pour la réussite éducative qui porte le titre «Les élèves doivent apprendre à gérer les risques du Web». […]

    Commentaire inapproprié ?

  3. […] Un texte du Réseau d’information pour la réussite éducative qui porte le titre «Les élèves doivent apprendre à gérer les risques du Web». […]

    Commentaire inapproprié ?

  4. […] Un texte du Réseau d’information pour la réussite éducative qui porte le titre «Les élèves doivent apprendre à gérer les risques du Web». […]

    Commentaire inapproprié ?

  5. […] bien supportés par un comité de coordination. Parmi les articles récemment publiés, il y a «Les élèves doivent apprendre à gérer les risques du Web», mais le RIRE publie aussi des dossier comme celui sur «La réussite en français chez les […]

    Commentaire inapproprié ?

  6. […] Un texte du Réseau d’information pour la réussite éducative qui porte le titre «Les élèves doivent apprendre à gérer les risques du Web». […]

    Commentaire inapproprié ?

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)