L’adolescent au cœur d’un système d’activité en contexte de Covid-19

Ce texte est rédigé par :

Sylvie Barma, Professeure Titulaire, Université Laval

Rollande Deslande, Professeure Émérite, UQTR

Nathalie Ste-Marie, Professionnelle de recherche, Université Laval

En mars 2020, les adolescents du Québec ont soudainement été confrontés à un nouveau défi lié à la façon dont leur activité d’apprentissage était médiatisée à la suite de la fermeture des écoles causée par la pandémie de la Covid-19. Contrairement à ce qui se produit en situation de désastres naturels, les réponses à une pandémie encouragent l’isolement, la séparation des personnes et la quarantaine (Sprang et Silman, 2013). Bien que nous ayons vécu les pandémies du H1N1 et du SRAS, les études portant sur les effets des désastres humains ou des confinements chez les jeunes demeurent limitées.

Cet article est basé sur une étude qui a fait ressortir les tensions vécues par 1057 adolescents provenant de 37 écoles du Québec au moment où ils devaient redéfinir leurs relations avec les membres de leur famille, leur apprentissage et l’école. Plus précisément, l’étude portait sur les perceptions des adolescents relativement à leur adaptation, leurs routines, leur état d’esprit, ainsi que les relations avec leurs amis, leurs enseignants et leur famille.

Source de l’image: Shutterstock

L’adolescent et l’école

Les adolescents ont déclaré avoir éprouvé une importante baisse de motivation durant la pandémie. Quant à leur état d’esprit, une grande majorité a dit se sentir triste; les jeunes s’ennuyaient de leurs amis, mais la moitié d’entre eux ont déclaré ne pas manquer d’aller à l’école. Après le confinement, lorsqu’ils sont retournés en classe, un tiers d’entre eux n’était pas nécessairement heureux de rencontrer leurs nouveaux enseignants et ils s’interrogeaient même sur la bienveillance attendue de ceux-ci. De plus, presque la moitié des adolescents ont déclaré ne pas être restés en contact avec au moins un enseignant lorsqu’ils étaient en confinement. Quant aux matières scolaires, un quart d’entre eux ont dit ne pas comprendre la matière enseignée.

L’adolescent et la famille

Pour ce qui est des relations avec leur famille, les adolescents ont dit que leur mère et leur père étaient plus stressés depuis la pandémie. Nous savons qu’une augmentation du stress est susceptible de conduire à une plus grande incompréhension au sein des relations familiales et d’influer sur les pratiques parentales (Deslandes, 2020). Par exemple, certains adolescents ont révélé qu’ils ne pouvaient se fier à aucun de leurs parents lorsqu’ils avaient des problèmes. Un faible pourcentage a déclaré ne pas recevoir de soutien affectif concernant leur scolarité, principalement de la part de leur père.

Conclusion

Une baisse de motivation et la perte de points de repère à l’école, dans la famille et avec les amis peuvent peser sur la capacité de l’adolescent à s’engager pleinement dans ses apprentissages et ainsi nuire à son bien-être général. Ces résultats de recherche nous orientent vers des actions susceptibles de mieux soutenir ces adolescents qui affrontent de nouvelles formes d’adversité. Nous pensons à l’importance de faire place à plus de flexibilité de la part de tous, à une utilisation plus éclairée des médias sociaux, à des ressources techniques et humaines accrues pour soutenir les élèves et leurs familles. L’adolescent a besoin de s’autoréguler et de rompre l’isolement de la meilleure façon possible dans sa sphère scolaire et au sein de sa famille. Il doit aussi viser un meilleur équilibre entre son temps scolaire et ses temps libres.

 

Références

Deslandes, R. (2020). School-Family-Community Collaborations. Retrospective on what has been done and what has been learned. Volume 1. School-Family Relations.
https://f1dfdbec-27a5-47d5-b7a8-627874ff492f.filesusr.com/ugd/791c53_e4778c1a904242b59bb51e744b754a8a.pdf

Sprang, G. et Silman, M. (2013).  Posttraumatic stress disorder in parents and youth after health-related disasters.  Disaster Medicine and Public Health Preparedness, 7(1), 105-110.

 

Ce texte est une vulgarisation de l’article scientifique suivant :

Barma S, Deslandes R. et Ste-Marie, N.  (2021). The Adolescent at the Center of Activity Systems in the Context of COVID-19: Redefining Routines and Relationships at the Heart of Learning. Cultural-Historical Psychology, 17(2), 133-143. doi: 10.17759/chp.2021170213

 

Dernière modification : 30 août 2021.

Partager sur les réseaux sociaux :

Mots-clés : ,

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)