Une utilisation sécuritaire et responsable d’Internet dans un monde connecté : enseigner la pensée critique pour promouvoir le cyber bien-être

Temps approximatif de lecture : 3 à 4 minutes

Le cyber bien-être, particulièrement celui des enfants, des adolescents et des jeunes adultes, est une question à laquelle la recherche en éducation s’attarde de plus en plus. D’ailleurs, les 11 chercheurs du groupe de travail 5 (TWG 5) de l’ÉDUsummIT 2019 ont identifié, à la suite d’un travail de réflexion, les défis de taille que les enfants et les adolescents doivent surmonter pour arriver à utiliser de manière sécuritaire et responsable le Web.

Source de l’image :ShutterStock

Le cyber bien-être implique une compréhension du comportement en ligne et une attention particulière quant à la manière de s’informer et de se protéger dans le cyberespace. Compte tenu de l’immense portée du Web, l’information et l’éducation aux médias, ainsi que la sensibilisation aux dangers potentiels d’Internet, sont devenues incontournables. Il est donc essentiel de veiller à ce que les enfants et les adolescents développent les compétences nécessaires pour évaluer de manière critique les informations qui se trouvent sur le Web.

Des défis de taille à considérer

Les paragraphes suivants présentent un résumé de cinq défis majeurs auxquels font face les enfants et les adolescents pour en arriver à utiliser Internet d’une manière qui assure leur sécurité.

La véracité de l’information

La plupart des jeunes ne possèdent pas la capacité de déterminer la fiabilité d’une information (Bartlett et Miller, 2011; Fraillon et al., 2014, cité dans Ainley, 2018; Larson et al., 2018). La maîtrise de l’information numérique pose certains défis tels que les fausses nouvelles, les chambres d’écho et l’utilisation des données en ligne. Ces possibles obstacles amènent parfois les élèves et les étudiants à présenter des travaux basés sur la désinformation et la propagande.

Toutefois, le contexte scolaire favorise le développement de la pensée critique, compétence essentielle pour comprendre le fonctionnement des médias. Ainsi, les élèves et les étudiants sont plus aptes à juger de la validité et de la fiabilité des informations trouvées en ligne. Les enseignants peuvent aussi les aider à prendre conscience des limites qui restreignent implicitement leur conscience culturelle et politique lorsqu’ils utilisent les médias sociaux.

La sécurité des plus jeunes

Les menaces du monde virtuel sont bien réelles et ancrées dans la société actuelle. Plusieurs sources de danger existent, dont les cinq suivantes :

  • Abus sexuels en ligne;
  • Contacts en ligne avec des étrangers;
  • Contenus préjudiciables;
  • Cyberintimidation;
  • Utilisation abusive des données personnelles;

Les chercheurs proposent donc de considérer, de comprendre et de développer ce que les enfants connaissent déjà d’Internet pour trouver des pistes de solution. Au lieu de contrôler les activités des jeunes en ligne, les enseignants et les parents doivent plutôt les guider quant à l’usage adéquat d’un tel médium. L’important est de conserver un équilibre et de créer des contextes d’apprentissage authentiques.

La conscientisation du public

La nécessité du cyber bien-être chez les enfants est de plus en plus reconnue, surtout en ce qui a trait aux risques inhérents à l’accès et à l’engagement de ces derniers sur le Web. Fournir des informations pertinentes à ce sujet permet de sensibiliser la population aux menaces et aux préoccupations qu’engendre l’utilisation d’Internet.

Des politiques pour promouvoir le cyber bien-être

Le cyber bien-être est un épiphénomène de la cyber-citoyenneté, en ce sens qu’il nous demande de réfléchir à l’équité numérique et au cyber bien-être dans le cadre plus large d’une perspective sociocritique mondiale.

Le groupe de travail 5 de l’ÉDUsummIT 2019 a donc souligné trois défis à relever en ce qui a trait à la réflexion sur le cyber bien-être :

  • Identifier sous quels droits (civils ou de l’Homme) se place le bien-être cybernétique en tant que composante de la citoyenneté numérique et identifier de quel domaine il relève;
  • Développer une politique de cyber bien-être qui soit enseignable et qui navigue entre le relativisme et le droit de l’Homme de pouvoir chercher, recevoir et transmettre des informations dans une sphère publique virtuelle civile et autosurveillée;
  • Développer la durabilité et la capacité à garantir qu’un processus éducatif mondial virtuel soit intégré dans l’expérience éducative continue.

Des activités et des pratiques pour favoriser le cyber bien-être

Un grand nombre de pratiques éducationnelles au cyber bien-être existent et ont fait leurs preuves. Parmi celles-ci se trouve l’accroissement de la citoyenneté numérique mondiale. S’ouvrir sur le monde permet aux enfants, aux adolescents et aux jeunes adultes de développer des perspectives plus larges et d’être confrontés à des idéaux différents. L’arrivée des nouvelles technologiques, ainsi que les services qui en découlent, constitue également une aide au cyber bien-être puisqu’elles sont conçues dans l’idée de favoriser un état positif dans l’utilisation Internet.

Référence

Cathy L., Dale N. et Nancy D. (2019). TWG5: Safe and Responsible Internet Use in a Connected World: Teaching Critical Thinking and Accountability to Promote Cyber-wellness (Document rédigé dans le cadre de la conférence ÉDUsummIT2019 tenue à l’Université Laval, Québec). https://edusummit2019.fse.ulaval.ca/sites/edusummit2019.fse.ulaval.ca/files/TWG5-Working_document.pdf

Pour aller plus loin

Ce texte fait partie d’une série d’articles. N’hésitez pas à consulter les autres articles de cette série.

Source de l’image :ShutterStock

Dernière modification : 29 juin 2020.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)