Les différences de genre en matière de motivation et de réussite en mathématiques et en français

Temps approximatif de lecture : 3 à 4 minutes

Par :

Isabelle Plante, Ph.D., professeure

Université du Québec à Montréal

Après plusieurs décennies d’efforts à promouvoir la motivation et la réussite scolaires des filles dans des disciplines historiquement associées aux hommes, plusieurs chercheurs et enseignants se préoccupent maintenant de la faible réussite des garçons à l’école, notamment en littératie. Les garçons et les filles développent-ils des profils de motivation et de réussite distincts selon les matières? Pour répondre à cette question, les chercheurs Isabelle Plante, Annie Dubeau et Frédéric Guay ont examiné les différences de genre en ce qui concerne la motivation et la réussite scolaires en mathématiques et en français. Leur projet a été mené durant la transition du primaire au secondaire, moment charnière de la vie des élèves, où l’on observe une baisse de la motivation.

Cette recherche a été menée dans le cadre du Programme de recherche sur la persévérance et la réussite scolaires (PRPRS).

Source de l’image VGstockstudio/ShutterStock

La motivation : une question de sentiment de compétence et de valeur accordée aux apprentissages

Plusieurs théories ont été proposées pour expliquer ce qui suscite la motivation scolaire des élèves. Selon Eccles, Adler, Futterman, Goff, Kaczala, Meece et Midgley (1983), elle prendrait principalement appui sur le sentiment de compétence de l’élève relativement à une activité ou matière scolaire, et par la valeur qu’il attribue aux tâches scolaires. Un sentiment de compétence et une valeur élevée favoriseraient donc son engagement, sa persévérance et sa réussite scolaires.

Une recherche réalisée auprès d’élèves québécois

Pour examiner les différences de genre dans la motivation et la réussite des élèves, Plante, Dubeau et Guay ont recruté 440 élèves (208 garçons et 232filles). Ceux-ci ont été sélectionnés parmi les élèves d’écoles primaires publiques (41) et secondaires publiques ou privées (21), situées principalement en régions semi-rurales et accueillant des clientèles diversifiées sur le plan socioéconomique. Les élèves ont été rencontrés à trois reprises par l’équipe de recherche :

  1. À la fin de leur sixième année du primaire;
  2. Au début de leur première année du secondaire;
  3. À la fin de leur première année du secondaire.

À chacune des rencontres, les élèves ont rempli des questionnaires pour mesurer leur sentiment de compétence et la valeur attribuée aux apprentissages en français et en mathématiques. De plus, les milieux scolaires ont fourni aux chercheurs les résultats scolaires des élèves dans ces deux matières.

Les deux figures qui suivent présentent respectivement, selon le genre et la matière : 1. l’évolution du sentiment de compétence et de la valeur; 2. l’évolution du rendement scolaire.

Dans l’ensemble, les résultats obtenus par l’équipe de Plante et de ses cochercheurs se résument en trois points :

  1. Autant pour les garçons que pour les filles, des baisses observables sur le plan du sentiment de compétence et sur le plan de la valeur attribuée aux apprentissages en mathématiques et en français, de même que dans le rendement scolaire dans ces matières.
  2. Dans l’ensemble, les différences de genre les plus importantes sont observées en français. En effet, les garçons disent éprouver un sentiment de compétence moins élevé concernant cette matière et ils y accordent également moins de valeur que les filles, en plus d’obtenir des notes moins élevées que ces dernières dans cette matière, et ce, autant à la fin du primaire que durant la première année de leur secondaire.
  3. En dépit d’un rendement scolaire similaire entre les garçons et les filles en mathématiques, les filles se sentent moins compétentes que leurs confrères dans cette matière.

La promotion de la motivation et de la réussite des garçons et des filles à l’école

Ces résultats donnent lieu à deux principales recommandations de la part des chercheurs :

  1. Soutenir la motivation et la réussite scolaire des élèves durant la transition primaire-secondaire : Les résultats montrent à nouveau que la transition primaire-secondaire est une étape difficile pour tous les élèves, peu importe leur genre. Puisque les exigences scolaires augmentent au secondaire, s’assurer que les élèves se sentent soutenus et savent comment obtenir de l’aide pourrait limiter les difficultés auxquelles ils font face. Ce soutien pourrait contribuer à maintenir leur motivation et leur réussite scolaires durant la transition primaire-secondaire.
  1. Offrir un soutien accru aux garçons en français et aux filles en mathématiques : Des différences de genre persistent et correspondent aux stéréotypes de genre répandus qui véhiculent l’idée que les garçons sont naturellement meilleurs que les filles en mathématiques, alors que les filles détiendraient des habiletés accrues pour les langues. Des efforts pour démystifier ces stéréotypes auprès des élèves et de leur entourage (parents, enseignants, pairs) pourraient contribuer à l’atteinte de l’égalité des genres à l’école.

Conclusion

Les résultats montrent donc une fois de plus que la transition du primaire au secondaire est associée à des baisses en matière de motivation et de réussite en français et en mathématiques. Ils démontrent aussi que des écarts existent, selon le genre, lesquels désavantagent les garçons, en ce qui concerne leur motivation et leur réussite en français, et les filles, dans leur sentiment de compétence en mathématiques, et ce, en dépit d’un rendement similaire des garçons et des filles dans cette matière. Ces constats confirment la nécessité de soutenir les élèves dans la transition primaire-secondaire et de susciter leur intérêt dans les disciplines jugées atypiques pour leur genre, particulièrement des garçons en français, où les écarts sont particulièrement saillants.

Références

Eccles, J. S., Adler, T. F., Futterman, R., Goff, S. B., Kaczala, C. M., Meece, J. L. et Midgley, C. (1983). Expectancies, values, and academic behaviors. In J. T. Spence (dir.), Achievement and achievement motivation (p. 75-146). San Francisco, CA : Freeman.

Plante, I., Dubeau, A. et Guay, F. (2019, mai). Comprendre l’effet « Gros poisson-petit bassin » lors de la transition du primaire vers des écoles secondaires avec ou sans sélection sur le concept de soi, la motivation, l’engagement, la réussite et les aspirations scolaires des élèves (publication no 2014-RP-17927). http://www.frqsc.gouv.qc.ca/documents/11326/2801941/PRS_2013-2014_rapport_I.Plante_transition-primaire-secondaire.pdf/7f9491ce-d4b2-4563-b37c-b4a6384c53fe

Pour en savoir davantage

Cet article fait partie d’une série. Consultez les autres articles :

 

Source de l’image VGstockstudio/ShutterStock

Dernière modification : 16 juin 2020.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)