Le stress enseignant et l’inclusion des élèves présentant des troubles du comportement

Temps approximatif de lecture : 3 à 5 minutes

Par Véronique Lambert-Samson, doctorante (UL)

Les difficultés comportementales des élèves sont connues pour engendrer du stress chez un enseignant (Line Massé et al., 2015, citant les auteurs suivants : Clunies-Ross, Little et Kienhuis, 2008; Karaj et Rapti, 2013). Toutefois, peu de recherches ont porté sur le stress enseignant lié à l’intégration des élèves présentant des troubles du comportement (PTC) en classe. Line Massé, professeure à l’Université du Québec à Trois-Rivières, et ses collaborateurs s’y sont intéressés dans le cadre d’une recherche exploratoire menée auprès d’enseignants québécois du secondaire. Leur étude met en évidence plusieurs facteurs qui influencent le niveau de stress des enseignants et permet d’offrir des pistes d’intervention pour faciliter l’inclusion des élèves PTC en classe.

Source de l’image : Chinnapong/ShutterStock

Qu’est-ce qu’un élève PTC?

Les élèves PTC ont un déficit sur le plan de l’adaptation. Cela se manifeste notamment par des comportements extériorisés (hyperactivité, agressivité, opposition, etc.) ou intériorisés (dépression, anxiété, retrait, etc.). Dans cette étude, ce sont les comportements extériorisés qui sont ciblés, particulièrement les élèves ayant un trouble léger ou moyen et ceux ayant un trouble grave. Ce choix s’est fait en conformité avec les recommandations de l’Association américaine de psychiatrie (American Psychiatric Association, 2013, cité par Massé et al., 2015).

Quelles sont les variables liées à l’inclusion des élèves PTC qui augmentent le stress des enseignants?

Selon les résultats obtenus par Massé et ses collaborateurs, ces variables sont au nombre de quatre :

  1. Les comportements dérangeants ont des effets sur la qualité perçue de l’enseignement et sur la perte générale de satisfaction envers le travail;
  2. Le fait de travailler avec des élèves de 1resecondaire affecte la confiance en soi de l’enseignant et augmente son besoin de soutien;
  3. Le nombre d’élèves PTC intégrés: l’enseignant ayant plusieurs élèves PTC dans sa classe vit plus de stress;
  4. Le milieu rural constitue une variable plus stressante que le milieu urbain.

Quelles sont les variables diminuant ce niveau de stress?

Elles sont au nombre de deux :

  1. La formation initiale sur les troubles du comportement a des effets positifs sur la confiance en soi et sur la satisfaction éprouvée à enseigner;
  2. L’implication fréquente de l’enseignant dans les plans d’intervention permet une meilleure compréhension de la situation de l’élève, et les attentes de l’enseignant sont ainsi plus réalistes concernant les comportements et la réussite de l’élève.

L’étude révèle par ailleurs que les trois variables suivantes n’ont aucun effet sur le niveau de stress de l’enseignant ou très peu : le genre de l’enseignant; les activités ponctuelles de formation continue (ex. : sur une journée pédagogique); l’indice de défavorisation de l’établissement scolaire. Quant au nombre d’années d’expérience de l’enseignant, il n’aurait un effet que sur le niveau de frustration éprouvée par l’enseignant à interagir avec les parents des élèves, frustration qui augmenterait avec l’expérience, semble-t-il.

Quelles sont les pistes d’action à privilégier?

Deux recommandations principales sont à tirer de l’étude de Massé et de ses collaborateurs :

  1. Offrir de la formation continue sous forme d’accompagnement

Les enseignants soulignent qu’une formation additionnelle sur l’inclusion des élèves PTC est nécessaire. Toutefois, Massé et ses collaborateurs notent que d’autres auteurs, comme Giallo et Hayes (2007), disent quant à eux que les formations ponctuelles n’ont pas d’effet sur la pratique, c’est pourquoi un accompagnement serait à privilégier.

  1. Fournir le soutien et la formation nécessaires aux enseignants plus vulnérables

Les enseignants de 1re secondaire, ceux œuvrant en milieu rural et ceux ayant un grand nombre d’élèves PTC dans leurs classes ont un niveau de stress plus élevé. Il importe donc de leur offrir différentes formes de soutien et de la formation supplémentaire pour répondre à leurs besoins et, ainsi, diminuer leur stress.

Référence

Massé, L., Bégin, J.-Y., Couture, C., Plouffe-Leboeuf, Beaulieu-Lessard, M. et Tremblay, J. (2015). Stress des enseignants envers l’intégration des élèves présentant des troubles du comportement. Éducation et francophonie, 43(2), 179-200. https://doi.org/10.7202/1034491ar

Source de l’image : Chinnapong/ShutterStock

Dernière modification : 31 mai 2020.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 4,50 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)