L’usage de substances psychoactives chez les jeunes québécois : portrait épidémiologique

Source de l’image : Shutterstock ESB Professional

Afin de dresser le portrait de l’usage non médical de substance psychoactives (alcool et drogues) chez les jeunes, l’Institut national de la santé publique a commandé une synthèse de résultats de recherche sur le sujet. Ce document suscitera l’intérêt des intervenants psychosociaux, mais aussi de toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur cette question d’intérêt en éducation.

La synthèse fait notamment état d’une baisse d’environ 10% de la proportion de jeunes qui ont avoué avoir consommé du cannabis entre 2000 et 2006.

[Consulter le document]

On y apprend aussi que :

– plus de 45% des jeunes du primaire ont rapporté avoir déjà bu de l’alcool ;

– la consommation d’amphétamines et d’ecstasy est plus élevées chez les filles du secondaire que chez les garçons.

Dernière modification : 4 août 2021.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

2 commentaires

  1. Ceci @@@ est un test La synthèse fait notamment état d’une baisse d’environ 10% de la proportion de jeunes qui ont avoué avoir consommé du cannabis entre 2000 et 2006. On y apprend aussi que :

    Plus de 45% des jeunes du primaire ont rapporté avoir déjà bu de l’alcool. La consommation d’amphétamines et d’ecstasy est plus élevées chez les filles du secondaire que chez les garçons.

    Commentaire inapproprié ?

  2. Encore un commentaire.

    Commentaire inapproprié ?

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)