Regard sur les compétences en lecture et en écriture des élèves en contexte pandémique

Temps approximatif de lecture : 3 à 4 minutes

Par : Audrey Leblanc, doctorante à l’UQAM

En mars 2020, la pandémie de COVID-19 a forcé la fermeture des écoles au Québec. Malgré la mise en place de diverses initiatives pour soutenir les apprentissages telles que l’enseignement en ligne, des émissions et des plateformes éducatives, les élèves ont reçu un nombre réduit d’heures d’enseignement pendant cette période. Beaucoup de gens se questionnaient sur les impacts possibles de cette fermeture des écoles sur les performances des élèves à la rentrée scolaire de septembre 2020. L’équipe de recherche Apprenants en difficulté en littératie (ADEL) de l’Université du Québec à Montréal a sondé du personnel enseignant du primaire afin d’obtenir un portrait plus juste de la situation.

Le matériel à l’origine de cet article est issu d’un partenariat avec Réseau québécois de recherche et de transfert en littératie. Plus ressources sur ce thème sont disponibles sur leur site Web, dont plusieurs sont accessibles en ligne gratuitement.

Source de l’image : ShutterStock

Que disent les enseignants?

L’équipe de recherche ADEL a analysé les données de 175 enseignants du primaire du Québec qui ont répondu à une enquête en ligne entre le 8 janvier et le 10 février 2021. Les questions de cette enquête visaient à connaître le niveau de compétences des élèves en lecture et en écriture à l’automne 2020, à cerner les composantes en lecture et en écriture qui suscitaient le plus d’inquiétudes et à en apprendre plus sur l’accessibilité du soutien offert dans les écoles.

Bien que les données doivent être interprétées avec une grande prudence, les premières observations indiquent que les enseignants constatent un nombre plus élevé d’élèves dans leur classe qui ont des besoins particuliers en lecture et en écriture. Par conséquent, ils passent davantage de temps à enseigner ces disciplines et ils sont plus inquiets pour la réussite de leurs élèves à ce sujet.

Le portrait en lecture

À 62 %, c’est la fluidité en lecture qui inquiète le plus les enseignants. La fluidité représente l’habileté des élèves à lire avec exactitude, vitesse et expression. Le manque d’occasions de lire fréquemment combiné à la fermeture des bibliothèques et des librairies au printemps 2020 a pu exacerber les problématiques liées à cette composante. La compréhension de textes longs (62 %) ainsi que celle de mots rares et inconnus (45 %) sont également des sources importantes d’inquiétudes chez les enseignants. Il faut savoir que ceux-ci étaient invités à nommer des composantes en lecture qui représentaient des forces chez leurs élèves. Or, 40 % d’entre eux ont mentionné que la majorité de leurs élèves ne présentait pas de force particulière.

Le portrait en écriture

Le sens des mots et leur orthographe semblent inquiéter une bonne proportion du personnel enseignant sondé. L’orthographe grammaticale (65 %), c’est-à-dire les accords et la conjugaison, et la syntaxe (57 %) sont aussi deux composantes qui inquiètent le plus les enseignants. À cet effet, une hypothèse est émise à savoir que le contexte pandémique a peut-être obligé ces derniers à opter pour davantage d’exercices individuels et à délaisser les discussions métalinguistiques. Cela a donc pu nuire au développement de ces deux composantes. Enfin, questionnés sur les forces de leurs élèves en écriture, 50 % des enseignants ne rapportent aucune force particulière.

Le soutien et les pratiques enseignantes

Les enseignants ont indiqué en majorité ne pas avoir modifié le contenu, les approches d’enseignement en lecture et en écriture et le matériel pédagogique. Toutefois, plusieurs d’entre eux ont souligné qu’ils avaient besoin d’avoir accès à du matériel pédagogique de qualité pour enseigner la lecture et l’écriture. Parmi les besoins les plus criants manifestés par les enseignants figurent la formation continue et l’accès à des ressources hautement qualifiées, telles que des orthopédagogues, afin d’offrir des suivis individualisés ou en sous-groupes en lecture et en écriture.

Conclusion

L’enquête menée par l’équipe de recherche ADEL a permis de constater que la fermeture des écoles au printemps 2020 semble avoir eu un impact sur les compétences en lecture et en écriture selon le personnel enseignant. Par les besoins en soutien qu’ont exprimés les enseignants, cette enquête met en lumière l’urgence de remédier à la pénurie de personnel qualifié. Outre l’instauration de mesures de soutien et de rattrapage pour les élèves, il semble également nécessaire que les enseignants puissent bénéficier de formation continue en lecture et en écriture offerte par des experts dans le domaine.

Référence

Turcotte, C., Giguère, M-H. et Prévost, N. (2021). Le point de vue des enseignantes et enseignants du primaire sur la compétence à lire et à écrire de leurs élèves en contexte pandémique depuis septembre 2020. Rapport d’enquête. Montréal : Université du Québec à Montréal.

Repéré à https://adel.uqam.ca/wp-content/uploads/2021/02/D-18096%20-%20Document_Point-de-vue-enseignant_VF-Web.pdf?_t=1614448101#:~:text=Cette%20enqu%C3%AAte%20visait%20%C3%A0%20connaitre,fa%C3%A7on%20variable%20entre%20les%20r%C3%A9gions.

Pour aller plus loin…

Source de l’image : ShutterStock

Dernière modification : 27 juin 2021.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)