Que peuvent faire l’école, la famille et la communauté pour aider les adolescents face à la légalisation du cannabis?

Temps de lecture approximatif : 3 à 5 minutes

 

Par :

Sylvie Barma, professeure UL

Rollande Deslandes, professeure UQTR

Étudiant-e-s chercheur-e-s : Amélie Dubois, Vincent-Gabriel St-Cyr, Olivier Turgeon-Dorion, Samantha Voyer, UL

 

La recherche menée par Barma et Deslandes et financée par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) vise le développement de la pensée critique des jeunes pour favoriser une prise de décision éclairée concernant l’usage du cannabis à la suite de sa légalisation au Canada, en octobre 2018. Si l’un des objectifs de cette légalisation est de garder le cannabis hors de la portée des jeunes, cela les affecte par ailleurs directement. Pourtant, peu de démarches de sensibilisation sont entreprises dans les écoles à ce sujet. De plus, jusqu’à maintenant, la contribution de la famille et de la communauté semble mise à profit à un faible degré. Dans ce contexte, il importe de soutenir l’école afin qu’elle ne soit pas seule à agir.

Source de l’image : ShutteStock

Rôle de l’école

D’une part, l’école est parfois perçue comme l’unique lieu de transmission de savoirs pour les jeunes et d’autre part, les enseignants peuvent se sentir mal outillés face au sujet délicat qu’est la légalisation du cannabis. Or, comment l’équipe-école peut-elle aborder la question? Un sondage mené en juin 2018 auprès de 253 parents de jeunes de la première à la quatrième secondaire démontre que 87 % des parents souhaitent que l’école prenne le leadership de l’intervention. Dans les circonstances, une réflexion sur la manière d’intervenir de l’école est importante.

Rôle de la famille

Les familles exercent une influence prépondérante sur la réussite et la persévérance scolaire des jeunes de même que sur leurs habitudes de vie. Les travaux menés sur les pratiques parentales démontrent l’effet positif de certains comportements parentaux sur la réussite éducative (ex. : leurs encouragements, leur disponibilité et leur réceptivité aux échanges). Le rôle des grands-parents auprès de leurs petits-enfants est aussi de plus en plus important dans de nombreuses familles.

Rôle de la communauté

La communauté exerce un effet à la fois direct et indirect sur la socialisation des jeunes en ce qui concerne la réussite et la persévérance scolaires (ex. : par ses croyances, ses valeurs, ses normes, ses règles et ses ressources). Parmi les ressources humaines qu’offre la communauté, les médecins et les intervenants psychosociaux peuvent favoriser le développement des jeunes et contribuer à la mission de sensibilisation attendue de l’école.

Relations école-famille-communauté

Les relations école-famille-communauté sont au cœur des apprentissages et du développement des jeunes. Il importe que ces trois groupes d’acteurs travaillent ensemble afin de favoriser la réussite et la persévérance scolaire et que chacun puisse y apporter une contribution. Cette collaboration peut se développer grâce au partage des responsabilités, à une confiance mutuelle et à une communication ouverte entre les partenaires.

Lab_C : outil collaboratif

Dans le cadre d’un projet de recherche qui vise le développement de la pensée critique des jeunes pour favoriser une prise de décision éclairée quant à leur consommation de cannabis, les chercheures Barma et Deslandes ont favorisé le travail coopératif entre l’école, la famille et la communauté par l’entremise de séances basées sur la méthode du Laboratoire du changement (Lab_C). Cette approche crée un contexte favorable à la discussion et à la collaboration des acteurs afin de cibler les besoins des jeunes quant à la légalisation du cannabis. L’intégration d’élèves à ces laboratoires permet à ces derniers de présenter leurs points de vue à des adultes habituellement en position d’autorité. De plus, l’implication d’acteurs de différents milieux permet le partage de préoccupations variées, qui répondent toutes à des questions précises. Quelles informations doit-on transmettre aux élèves? Quelle activité est la plus susceptible de les intéresser? Comment s’assurer qu’ils retiennent l’information? Une fois les besoins identifiés, les acteurs développent des activités qui sont présentées en classe.

Témoignages

Qu’est-ce qui fait en sorte que pourtant il y a des gens qui consomment? Comment est-ce qu’on peut faire pour que les jeunes retiennent l’information?

Technicienne en éducation spécialisée

J’ai trouvé que [cela a] été trop rapide et qu’il n’y avait pas suffisamment d’informations qui ont préparé la légalisation de la marijuana. En ce qui concerne les jeunes, je pense que c’est de l’information [dont] ils ont besoin, parce que ce qui précède la prise de décision, c’est la connaissance, [ce sont] les repères.

Grand-père

J’essaie de me mettre dans le cerveau d’un jeune de 15 ans ou de 14 ans. Oui, c’est fascinant d’entendre les histoires [sur la consommation de cannabis], mais ce sont souvent des histoires dramatiques et négatives. Alors il faut aussi être conscient de […] ce qui amène quelqu’un à essayer [le cannabis].

Médecin

Faits saillants

L’intervention de l’équipe de recherche a donc mis en évidence l’importance du travail collaboratif entre l’école, la famille et la communauté. En témoignent les points suivants :

  • Les jeunes ont déclaré qu’ils échangeaient davantage avec des membres de leur famille (mère et grands-parents) depuis l’expérience vécue dans le cadre de ce projet de recherche;
  • L’intervention a rendu possible le travail collaboratif entre médecin, parents, grands-parents, intervenants, enseignants et élèves;
  • L’intervention a fait ressortir que la présentation de faits liés à la consommation de drogues à des jeunes n’est pas suffisante;
  • Parce qu’elles favorisent l’expression des émotions des jeunes, les activités créées lors des Lab_C leur ont permis de se souvenir davantage des informations présentées.

Pour en savoir plus…

Cet article fait partie d’une suite d’article à partir d’un même projet de recherche. Curieux ? Consultez les autres articles ici:

Références

Barma, S. (2008). Vers une lecture systémique du contexte, des enjeux et des contraintes du renouvellement des pratiques en éducation aux sciences au secondaire au Québec. Revue canadienne des jeunes chercheurs en éducation, 1(1). http://www.cjnse- rcjce.ca/ojs2/index.php/cjnse/article/view/19/16

Barma, S. (2011). A Sociocultural Reading of Reform in Science Teaching in a Secondary Biology Class. Cultural Studies of Science Education, 6(3), 635-661. doi: 10.1007/s11422-011-9315-9

Czaplick, G., Laurencelle, L., Deslandes, R., Rivard, M.-C. et Trudeau, F. (2013). Pratiques parentales, activité physique et consommation de fruits et légumes chez des jeunes de neuf à 17 ans. Revue Sciences & Sports, 28(1), 36-45.

Deslandes, R. (1996). Collaboration entre l’école et les familles. Influence du style parental et de la participation parentale sur la réussite scolaire au secondaire [thèse de doctorat, Université Laval].

Deslandes, R. et Bertrand, R. (2001). La création d’une véritable communauté éducative autour de l’élève; une intervention cohérente et des services mieux harmonisés. Rapport de recension des écrits. CQRS-MEQ action concertée,www.ulaval.ca/crires/. Bulletin et autres publications. Rapports de recherche. Québec.

Deslandes, R. (2011). Les relations école-famille-communauté au cœur des apprentissages et du développement des jeunes [texte d’introduction au dossier thématique portant sur les relations école-famille-communauté]. http://rire.ctreq.qc.ca/thematiques/relations- ecole-famille-communaute

Ministère de la Justice, Gouvernement du Canada. (2019, 17 octobre). Légalisation et réglementation du cannabis. https://www.justice.gc.ca/fra/jp-cj/cannabis/

 

Source de l’image : ShutteStock

Dernière modification : 24 novembre 2020.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)