Enseignement des sciences : Et si on sortait?

Découverte, Comment c’est fait?, Planète Terre sont des sources d’images et d’informations captivantes qui permettent de parfaire le bagage scientifique des téléspectateurs. Malheureusement, les élèves qui assistent à leur cours de sciences et technologie, assis entre quatre murs blancs, ne semblent pas partager le même intérêt que ces téléspectateurs envers une matière aussi fascinante.

Et si la solution se trouvait à quelques pas de leur classe, au grand air?

Shutterstock / Sirtravelot

Susciter l’intérêt des élèves pour les sciences est le défi quotidien de Jean-Philippe Ayotte-Beaudet du département de didactique de l’Université du Québec à Montréal. Pierre-Étienne Caza du journal Actualités UQAM détaille dans cet article le projet mené par le didacticien des sciences.

Sortir pour la science

Le projet de M. Ayotte-Beaudet était « d’identifier les facteurs qui influencent le plus l’intérêt [des élèves] pour les sciences » en invitant ces derniers et leur enseignant à participer à des activités d’apprentissage à l’extérieur et à proximité de l’école.

[Stimuler l’intérêt des jeunes pour les sciences grâce à l’apprentissage par projet]

Le cadre scolaire contraint généralement l’enseignement à la classe ou au laboratoire, mais les sciences peuvent – et devraient – aussi se pratiquer à l’extérieur.

Activités proposées

Les caractéristiques clés des activités proposées aux enseignants et à leurs élèves dans le cadre de ce projet étaient leur accessibilité à pieds,  leur faible coût et le peu de matériel nécessaire à leurs réalisations. Jean-Philippe Ayotte-Beaudet pensait observer, analyser, échantillonner la flore dans un boisé ou construire un cadran solaire pour aborder les cycles du jour et de la nuit avec cinq ou six enseignants. À sa grande surprise, il a été heureux de constater que plus de 26 enseignants de science et technologie ont travaillé de concert avec lui sur ce projet!

[Intéresser les jeunes aux sciences : trucs et conseils]

Résultats de son étude

L’enseignant de formation savait pertinemment que l’intérêt pour un cours influence l’apprentissage. Toutefois, bien d’autres résultats rejaillissent de ce projet :

  • Le choix de la discipline (géologie, biologie, astronomie, etc.) ou la tâche demandée affecterait peu l’intérêt de l’élève;
  • L’intérêt envers l’activité est favorisé par une préparation adéquate et par la présence d’un technicien;
  • L’encadrement des élèves et l’autonomie dans leurs décisions et leurs démarches stimulent l’intérêt envers l’activité;
  • Le niveau d’intérêt des élèves et leur impression d’avoir appris semblent corrélés.

Ayotte-Beaudet invite évidemment tous les enseignants à s’engager dans de telles activités pour captiver les élèves et souligne que « l’essentiel est de bien préparer l’élève, de les encadrer adéquatement lors de la sortie […] et de bien planifier l’activité au point de vue didactique ».

Quelques ressources pour des SAE en science et technologie :

[PRISME : une nouvelle ressource  pour l’enseignement de la science et de la technologie]

[Pistes : science, technologie, environnement, société]

[Consultez l’article]

Références :

Caza, P-E. 2017. La science au grand air. Actualités UQAM. Consulter en ligne : https://www.actualites.uqam.ca/2017/la-science-au-grand-air

Image : © Shutterstock / Sirtravelot

Dernière modification : 24 novembre 2020.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)