Les adolescents qui ont de nombreux amis à l’école ont de meilleures notes

Source de l’image : Shutterstock Africa Studio

Texte traduit et adapté de Good grades? It’s all in who you know, publié sur le site de l’Université de Californie à Los Angeles le 3 juin 2010

Une équipe de chercheurs de l’Université de Californie à Los Angeles a trouvé que les adolescents qui ont plus d’amis à l’école ont une meilleure moyenne (grade-point average) que ceux qui ont plus d’amis à l’extérieur de l’école. De plus, les adolescents qui ont une moyenne supérieure ont généralement plus d’amis à l’école. Les résultats de cette étude ont été publiés dans le numéro en ligne du Journal of Research on Adolescence.
Les auteurs de l’étude, Melissa R. Witkow et Andrew J. Fuligni, ont constaté que le lien entre le nombre d’amis à l’école et les résultats scolaires d’un adolescent est similaire chez les garçons et chez les filles, peu importe leur groupe ethnique.

Les chercheurs ont recruté 629 élèves de 12e année dans 3 districts scolaires de Los Angeles. La moyenne d’âge des élèves, répartis presque également selon le sexe, était de 18 ans. Dans les échantillons, aucun groupe ethnique ne prédominait. Les élèves ont rempli un questionnaire, puis ont tenu un journal dans lequel ils notaient leurs activités et le temps qu’ils y ont consacré (étudier, passer du temps avec des amis d’école ou d’autres amis, faire des devoirs, etc.)

En général, plus un jeune a d’amis à l’école, plus sa moyenne est élevée

« Nous avons constaté qu’à l’intérieur d’un groupe d’amis, les adolescents qui ont une plus forte proportion d’amis qui fréquentent la même école qu’eux ont généralement de meilleures notes », affirme Witkow, coauteur de l’étude et aujourd’hui professeur de psychologie à l’Université Willamette.

« C’est en partie parce que les amis à l’école sont plus susceptibles d’être concentrés sur la réussite scolaire, de partager et de soutenir les activités liées à l’école, dont l’étude. Ils sont tous dans le même environnement. »

« Il ne s’agit pas de rejeter les amis qu’un enfant a connus en dehors de l’école ou de leur attribuer une influence négative, poursuit Witkow. Ces amitiés sont encore importantes, car elles répondent aux besoins sociaux des jeunes et elles ne vont pas nécessairement à l’encontre de la réussite. Par exemple, les amitiés qui se forment à l’extérieur du cadre scolaire régulier (lors d’activités parascolaires, par exemple) peuvent très bien favoriser la réussite ».

Selon les auteurs, la prochaine étape à franchir est de mener d’autres recherches pour mieux comprendre comment les amitiés en dehors de l’école se tissent et comment elles sont différentes des amitiés à l’école. Les auteurs espèrent étendre leurs recherches en étudiant des groupes plus jeunes et de niveaux scolaires moins avancés.

Les conclusions de cette étude montrent que, en moyenne, les amitiés formées à l’école favorisent la réussite en raison de la façon dont elles font s’engager les adolescents dans leur parcours scolaire.

En fin de compte, quel est le rôle des parents relativement aux amis de leur enfant? Simplement savoir qui ils sont.

Melissa R. Witkow and Andrew J. Fuligni (2010). In-School Versus Out-of-School Friendships and Academic Achievement Among an Ethnically Diverse Sample of Adolescents. Journal of Research on Adolescence.

À lire sur un sujet similaire

Avoir des amis pourrait contrer l’augmentation de l’obésité chez les jeunes

Une nouvelle étude menée en laboratoire a montré que le fait d’avoir des amis pourrait aussi influencer les habitudes alimentaires des adolescents.

[Lire ce billet du RIRE]

Dernière modification : 9 août 2021.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)