La classe flexible, bien plus qu’un simple aménagement

Dans le monde l’éducation, le milieu de la recherche est en explosion, notamment avec l’apparition des nouvelles technologies ou le recours à des pratiques pédagogiques inédites (Boudreault, 2017). Dans ce contexte, il est essentiel d’offrir des stratégies pédagogiques variées permettant de soutenir les différents styles d’apprentissage des élèves ainsi que le développement de compétences selon leur plein potentiel (Gardner, 2006). Bien qu’il n’y ait encore que très peu de littérature sur le sujet à ce jour, un concept gagnant en popularité au Québec est celui de l’aménagement des classes flexibles. En effet, afin de faire preuve d’innovation éducative et de créer des milieux scolaires favorisant l’apprentissage, les enseignants peuvent agir sur l’aménagement physique de leur classe (Richer, 2017).

Source de l’image: Shutterstock

Article rédigé par: Emmy Claveau-Levesque, étudiante au Baccalauréat d’éducation au préscolaire et d’enseignement au primaire, Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

Un essai de maîtrise a été déposé par Geneviève Laquerre (2018), ergothérapeute. Cette recherche à devis mixte avait deux objectifs précis : le premier était d’illustrer quantitativement l’utilisation des différentes stations de travail par l’élève, et le second, d’explorer qualitativement les raisons du choix de la place de travail de l’élève.

Cette étude a été menée dans une classe de cinquième année d’une école mauricienne, auprès de 13 élèves, tous âgés de 10 à 13 ans. Cette classe présente un environnement d’apprentissage innovant par la nature de l’aménagement flexible et par les méthodes d’enseignement non traditionnelles. De fait, elle offre 14 stations de travail différentes pour un total approximatif de 35 places disponibles pour les élèves. À chaque période, les élèves ont le choix de travailler sur des tables hautes ou basses, sur des pupitres ainsi qu’à des stations individuelles ou de groupe. Selon les différentes stations, d’autres options s’offrent aux élèves, comme le type d’assise.

L’utilisation des différentes stations de travail

Un des objectifs de la recherche était de présenter quantitativement l’utilisation des stations de travail disponibles dans la classe étudiée. Les observations ont été réalisées pendant trois jours, le tout dans la même semaine. Lors de ces journées, les élèves étaient en classe quatre périodes sur cinq. Cela a donc permis de colliger 156 observations (13 élèves × 3 jours d’observations × 4 stations par jour).

Voici les résultats obtenus selon différents critères:

Le critère ergonomique de la hauteur : celui-ci témoigne d’une préférence pour les stations à surface de travail de hauteur traditionnelle (33,3 %), suivie de près par les stations basses (30,1 %).

Le critère relationnel : les stations de groupe sont principalement choisies (83,3 %).

Le critère d’adaptabilité : les stations de travail à surface non modifiable (plane et stable) ainsi que les stations de travail où l’élève peut opter pour différents types d’assises sont davantage choisies (83,3 % et 53,2 %).

Des résultats qualitatifs

Le deuxième objectif de la recherche était d’explorer les raisons qui motivent les élèves à choisir une station plutôt qu’une autre. Il visait aussi à documenter le processus réflexif des élèves sous-jacent à l’un des principes de l’aménagement flexible, soit celui de choisir une station de travail qui permet de bien travailler.

Le modèle de cheminement réflexif des élèves

Force est de constater que le choix d’une station de travail des élèves représente un processus réflexif en constant cheminement, tout au long de l’année scolaire. En effet, si, au début de l’année, le choix d’une station de travail est fait de manière plutôt aléatoire, les élèves découvrent peu à peu leurs préférences et réalisent que certaines stations leur conviennent moins bien. Puis, ils prennent conscience de l’influence de l’interaction entre la station choisie, la tâche demandée et leurs besoins. Finalement, ils arrivent à choisir une station favorable à leurs apprentissages et au détriment de leur plaisir.

Des critères de sélection

Selon les entrevues réalisées auprès des jeunes de la classe ciblée, voici les différents critères guidant les élèves dans leur choix d’une station de travail.

Critères relatifs à l’environnement

  • Stabilité, espace et polyvalence offerte par la station de travail
  • Comportements de leurs pairs
  • Emplacement de la station dans la classe

Critères relatifs à l’occupation

  • Matière enseignée
  • Nature de la tâche

Critères relatifs à la personne

  • Critère social (considération pour juger des conditions optimales à la réalisation d’une tâche)
  • Considération de ses forces et de ses difficultés dans chacune des matières
  • Moment de la journée (niveau de concentration et de fatigue variant au cours de la journée)

Conclusion et retombées sur la pratique

La classe flexible se dissocie de la classe traditionnelle par l’implication active des élèves dans leurs apprentissages ainsi que par le fait qu’ils sont responsables de choisir une place de travail qui leur convient. Selon Merrill (2018), la classe flexible offre un environnement bénéfique pour les élèves puisqu’elle les engage dans une réflexion continue qui, par le fait même, les responsabilise.

Cette étude est innovatrice puisqu’elle aborde une vision d’un environnement d’apprentissage en plein essor. La poursuite des travaux de recherche s’avère essentielle pour documenter les effets de l’aménagement flexible sur les différents éléments favorisant les apprentissages de l’élève au primaire.

 

Cet article est une vulgarisation du texte suivant:

Laquerre, G. (2018). Nouvelle ère pour l’environnement d’apprentissage chez les élèves au primaire : les classes flexibles, plus qu’un simple aménagement, un processus réflexif [essai de maîtrise, Université du Québec à Trois-Rivières]. Université du Québec à Trois-Rivières. http://depot-e.uqtr.ca/id/eprint/8518/1/032105980.pdf

Références

Boudreault, M.-A. (2017). Contrer la sédentarité des élèves avec le « flexible seating ». http://rire.ctreq.qc.ca/2017/06/flexible-seating/

Gardner, H. (2006). Multiples Intelligences: New Horizons. BasicBooks

Merrill, S. (2018). Flexible Classrooms: Research Is Scarce, But Promising. https://www.edutopia.org/article/flexible-classrooms-research-scarce-promising

Richer, J. (2017). Ricardo, Pierre Thibault et Pierre Lavoie chargés de repenser l’école de demain. https://lactualite.com/actualites/ricardo-pierre-thibault-et-pierre-lavoie-charges-de-repenser-lecole-de-demain/

Pour en savoir plus…

La classe flexible, un instrument de différenciation pédagogique

Pecha Kucha – L’aménagement flexible

 

Dernière modification : 27 novembre 2021.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)