Les pratiques d’enseignement de la lecture et de l’écriture en contexte autochtone

Article rédigé par : Rabia Sabah Meziane, M.P.O, Ph.D. Orthophoniste

Un projet de recherche-action a été lancé par l’équipe de recherche de Dre Christiane Blaser. L’objectif principal était d’améliorer les compétences en lecture et écriture d’enfants du primaire de la communauté ancinape. Les résultats de l’étude soutiennent une amélioration des pratiques d’enseignement de la lecture et de l’écriture ainsi qu’un meilleur rapport à l’écrit pour les élèves. Parmi les éléments clés qui ont favorisé ces résultats, on retient l’importance de coconstruire avec l’ensemble de la communauté autochtone. De plus, la tenue d’un salon de livres au sein de l’école a enrichi les coins de lecture des classes par l’offre d’une variété de nouveaux livres.

 

Cet article résume les résultats d’un projet de recherche-action dirigé par la chercheuse Christiane Blaser de l’Université de Sherbrooke dans le cadre du Programme d’actions concertées des Fonds de Recherche du Québec ‒ Société et culture.

Source de l’image: Shutterstock

Contexte

Parmi les préoccupations liées à la réussite scolaire des élèves des Premières Nations, on retrouve l’enseignement et l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Pour répondre à cette problématique, un premier projet de recherche exploratoire a été mené par Yvonne da Silveira de 2012 à 2015. Il visait l’exploration de nouvelles pratiques d’enseignement de l’écriture. À la suite des résultats prometteurs obtenus, la chercheuse Christiane Blaser a décidé de poursuivre le projet auprès d’une école de la communauté ancinape.

Le présent projet

Cette recherche-action a pour objectif de soutenir les enseignantes qui travaillent en milieu autochtone dans le développement continu de leurs compétences à enseigner et à évaluer la lecture et l’écriture. La principale retombée de ce projet est la transformation du rapport à l’écrit chez les élèves. Selon les enseignantes, le goût et le plaisir de lire ont nettement augmenté ainsi que la fréquence des lectures. Les enseignantes soulignent que la transformation de leurs pratiques y a contribué.

Les changements de pratique des enseignantes 

Voici un résumé des changements de pratique réalisés par les enseignantes qui ont contribué à améliorer le rapport à l’écrit des élèves.

  • Présentation de livres très diversifiés aux élèves (romans, bandes dessinées, magazines, etc.)
  • Présentation attrayante des livres dans le coin lecture de la classe
  • Mise en place de pratiques de lecture quotidiennes
  • Augmentation du temps de lecture accordé en classe pour permettre aux élèves de « plonger vraiment dans leurs livres »
  • Mise en place de pratiques de lectures à voix haute animées par les enseignantes
  • Mise en place d’une approche qui permet aux élèves d’échanger oralement à propos de leurs lectures
  • Évaluation de la lecture au-delà de la compréhension : attention accrue portée à l’interprétation et à l’appréciation des ouvrages
  • Utilisation d’une caméra document pour animer des lectures interactives

Les éléments clés méthodologiques

            En plus de la transformation des pratiques des enseignantes, plusieurs éléments méthodologiques ont contribué à la réussite de ce projet. Voici les éléments méthodologiques les plus importants en fonction des objectifs de l’équipe de recherche.

  • Pour développer une relation de qualité entre les chercheurs et le milieu scolaire
    • Coconstruire avec la communauté (p. ex. intégration des aînés).
    • Développer une structure collaborative au sein de l’école avec un esprit de partenariat constant.
  • Pour favoriser le développement professionnel continu des enseignants
    • Offrir des formations aux enseignants adaptés à leurs besoins.
    • Offrir un accompagnement à long terme.
  • Pour stimuler le goût de la lecture des élèves
    • Faciliter l’accès aux livres par la tenue d’un salon de livres, par exemple.
    • Permettre aux élèves de choisir eux-mêmes des livres.
    • Offrir en classe un environnement propice et favorable à la lecture.
    • Utiliser des ouvrages autochtones (ressource : librairie Hannenorak).

À retenir

Ce projet de recherche-action confirme que « le développement du gout de lire et d’écrire chez les élèves, particulièrement dans les milieux où le niveau de littératie familiale est faible, passe par l’accès, très tôt, à des livres variés et nombreux, en tout temps, c’est-à-dire dans la classe et pas seulement à la bibliothèque […] » (Blaser, 2019, p. 16).

 

Références

Blaser, C. (2019). Soutenir le développement professionnel d’enseignantes du primaire pour améliorer les pratiques d’enseignement et d’évaluation de la lecture et de l’écriture en contexte autochtone, à l’ère des TIC. https://frq.gouv.qc.ca/histoire-et-rapport/soutenir-le-developpement-professionnel-denseignantes-du-primaire-pour-ameliorer-les-pratiques-denseignement-et-devaluation-de-la-lecture-et-de-lecriture-en-contexte-autochtone-a-lere-des-t/

da Silveira, Y., Blaser, C., Maheux, G., Moldoveanu, M. et Pellerin, G. (2015). Exploration de nouvelles pratiques d’enseignement pour favoriser le développement de la compétence à écrire d’élèves anicinapek et innus du primaire. Québec : Fonds de Recherche du Québec ‒ Société et culture.

 

 

 

Dernière modification : 18 octobre 2021.

Partager sur les réseaux sociaux :

Mots-clés : , ,

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)