ÉCRAN, écran quand tu nous tiens : la transformation nécessaire(?) de l’acte évaluatif

Temps de lecture approximatif : 3 à 5 minutes

Par :

Mélanie Tremblay (UQAR) et Thérèse Laferrière (Université Laval)

Plusieurs mois avant que la Covid-19 ne pénètre nos environnements d’apprentissages formels, une large équipe, composée de membres du réseau PÉRISCOPE (Plateforme Échange Recherche Intervention sur la SCOlarité : Persévérance et réussitE), avait soumis une proposition de recherche-action dans le cadre de l’Action concertée sur le numérique du FRQSC qui souscrivait à la préoccupation ministérielle à l’effet du respect de l’équité, principe incontournable de sa Politique d’évaluation des apprentissages. Cette proposition misait notamment sur l’analyse des traces écrites pour rendre compte des raisonnements d’élèves qui collaborent pour problématiser, comprendre, voire résoudre des problèmes. À ce moment, nous ne voyions guère d’intérêt, compte tenu entre autres des enjeux d’équité, à ce que soit effectué à l’écran des examens qui traditionnellement se font en classe sous format papier-crayon.

Source de l’image : ShutterStock

Cette recherche-action a vu la pandémie contraindre son parcours, mais aussi lui ajouter une plus grande pertinence du fait de toutes les interrogations qui surgissent au regard des possibilités d’évaluer les apprentissages à distance sous format numérique. Dans les deux sites-partenaires, des régions de Québec et Saguenay, des moments d’échanges entre chercheur·e·s, conseiller·ère·s pédagogiques et enseignant·e·s conduiront à la planification d’activités d’apprentissage et d’évaluation soutenues par des outils numériques. Les résultats de cette première année viendront informer le codesign de la prochaine année qui, lui, se déroulera dans quatre sites-partenaires. La suite de cet article concerne une école de la région de Québec qui travaille l’évaluation des apprentissages en mathématique.

Codesign*

Les objectifs des enseignant·e·s :

  • Revoir les problèmes associés à la compétence « Résoudre des situations-problèmes » en mathématique
  • Développer des outils pour mieux rendre compte du processus dynamique de résolution avec la technologie ou non

Les objectifs des chercheures :

  • Accompagner les enseignant·e·s dans la planification et le pilotage d’activités de résolution de problèmes en collaboration
  • Décrire l’exercice du jugement évaluatif dans la résolution de problèmes en collaboration avec la technologie
  • Documenter les tensions exprimées en termes d’équité

Infographie sur le mode de pensée design (Bereiter et Scardamalia, 2003 ; Scardamalia et Bereiter, 2017)

Les enseignant·e·s du secondaire collaborant au projet reconnaissent recourir aux technologies de façon variée dans leur pratique usuelle. Le projet se façonne en tenant compte des deux objectifs initialement exposés par l’équipe enseignante.  Ce travail de collaboration a déjà conduit à l’identification d’une variété de problèmes qui pourront tantôt engager les élèves dans la problématisation d’une situation (Maheux et Proulx, 2014), tantôt travailler la modélisation de situations, tantôt encourager soit la justification à l’aide d’arguments mathématiques, soit la reconnaissance d’objets respectant diverses contraintes. En janvier, une activité de résolution de problème a eu lieu ; les enseignant·e·s étaient subdivisés en équipe dans différentes salles virtuelles et jouaient le rôle d’élève. Et, pour apprécier l’expression du processus collaboratif de résolution, conseillère pédagogique et chercheure, dans le rôle d’enseignantes, ont utilisé un prototype de grille qu’elles avaient construit comportant différents critères et observables. Les traces recueillies ont ensuite été discutées avec l’ensemble de l’équipe enseignante.

Des objets nouveaux émergent et pour lesquels un·e enseignant·e pourrait offrir de la rétroaction à ses élèves :  la prise en compte des idées mathématiques exprimées par un collègue et la capacité de les justifier mathématiquement; l’expression de mécanismes de régulations tout au long des avancées collectives dans la résolution et les défis possibles lorsque tous les élèves n’avancent pas de façon symétrique dans la résolution : faut-il encourager les élèves à verbaliser les différentes étapes à franchir avant qu’ils et elles ne s’engagent dans la résolution ? Faut-il en faire une norme pour laquelle on offrira de la rétroaction ? Alors que le projet n’en est qu’à ses débuts dans ce site et que les enseignant·e·s amorcent leur travail d’élaboration d’outils de jugement qui mèneront à l’expérimentation d’activités de résolution de problèmes avec la technologie (notamment avec Desmos), déjà les questionnements sur la triangulation des données recueillies et sur le travail de conversion à l’aide de notes chiffrées au bulletin se font sentir.

À l’échelle provinciale et vu la pandémie, l’évaluation des apprentissages à distance est au cœur de différentes actions menées. L’équipe du service national du RÉCIT dans le domaine de la Mathématique, de la Science et Technologie tient deux communautés d’apprentissage. L’une qui porte sur l’évaluation à distance, la seconde qui s’intéresse à l’identification de nouvelles manières d’évaluer les apprentissages en mathématique. En parallèle, nous avons été invitées à collaborer avec la Table régionale de conseillers pédagogiques de la région de Montréal qui conçoit une multitude d’outils d’accompagnement qui offrent de nouvelles manières de développer et d’évaluer les compétences en mathématique pour le corps enseignant. Ces différentes collaborations permettent de saisir la mouvance québécoise alors que les préoccupations d’intégration des technologies se conjuguent à la nécessité de porter un jugement sur l’apprentissage de la résolution de problèmes dont le format n’est dorénavant plus limité au modèle prototype ministériel.

Références

Bereiter, C. & Scardamalia, M. (2003). Learning to work creatively with knowledge. Dans E. De Corte, L. Verschaffel, N. Entwistle, & J. van Merriënboer (dir.), Unravelling basic components and dimensions of powerful learning environments. EARLI Advances in Learning and Instruction Series (p. 55-68). (Advances in Learning and Instruction Series). Elsevier Science.

Maheux, J.-F. & Proulx, J. (2014). De résoudre un problème à problématiser mathématiquement : vers une nouvelle approche de l’activité mathématique de l’élève. Éducation et francophonie, 42 (2), 24–43. https://doi.org/10.7202/1027904ar

Ministère de l’Éducation (MEQ) (2003). Politique d’évaluation des apprentissages. Être évalué pour mieux apprendre. Québec, Québec : Le Ministère. Récupéré de http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/dpse/evaluation/13-4602-03.pdf

Scardamalia, M. et Bereiter, C. (2017). Two modes of thinking in knowledge building. Revista Catalana de Pedagogia, 11, 61-83. https://doi.org/10.2436/20.3007.01.95

Pour aller plus loin…

Source de l’image : ShutterStock

Dernière modification : 18 février 2021.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)