Construire l’avenir dès maintenant en ciblant les apprentissages essentiels

Temps approximatif de lecture : 3 à 4 minutes

Par : Lyne Gravel, collaboratrice, CTREQ

Les acteurs de l’éducation font actuellement face à un défi de taille : la planification de la prochaine année scolaire. Et une question mérite réflexion à ce sujet. Comment assurer des apprentissages transférables et durables dans le temps? En nous inspirant de l’article de Heidi Hayes Jacob et d’Allison Zmuda (2020), et en l’adaptant au contexte québécois, nous présentons ici un processus en deux phases qui aidera les gestionnaires et le personnel enseignant à répondre à cette question.

Source de l’image : ShutterStock

1. Cibler les apprentissages essentiels (préparatoires, transférables et durables) pour construire l’avenir dès maintenant

Cibler les apprentissages essentiels, c’est assurer des expériences d’apprentissage harmonisées d’un niveau à l’autre, interdisciplinaires et durables dans le temps. En équipe collaborative, les gestionnaires et les enseignants travaillent ensemble en posant un regard à long terme sur les apprentissages à réaliser par les élèves. Le travail collaboratif « devient ainsi le moyen privilégié de développement professionnel [et] permet l’amélioration continue des façons de faire et le déploiement d’une expertise collective qui maximise l’impact des interventions réalisées pour aider les élèves à apprendre » (Projet CAR, CTREQ, 2018).

Pour ce faire, voici quelques critères à respecter :

  • Déterminer un nombre d’apprentissages raisonnables et réalisables : Les apprentissages ciblés devraient couvrir l’ensemble des compétences et des comportements recherchés à long terme. De plus, ils devraient être réalisables dans un temps déterminé par les membres de l’équipe collaborative (ex. : par étape ou par année).
  • Proposer des défis communs aux différentes matières du parcours scolaire : Les défis proposés sont à la fois spécifiques à une matière et transférables dans d’autres matières (multidisciplinaires). Par exemple, l’apprentissage de la ponctuation est à la fois un défi spécifique au français, mais transférable à l’anglais.
  • Cerner les cibles d’apprentissage et préciser le profil d’un élève «en réussite» : Les cibles d’apprentissage permettent de préciser le résultat attendu chez les élèves, dans une tâche donnée. Ces cibles doivent être décortiquées pour chaque niveau ou cycle d’enseignement.
  • Communiquer clairement ses attentes aux élèves : Expliciter ses attentes aux élèves en utilisant un vocabulaire accessible.
  • Créer de nouvelles cibles d’apprentissage : Le passage à l’apprentissage à distance pendant la pandémie a permis aux élèves de réaliser de nouveaux apprentissages qui pourraient permettre d’établir de nouvelles cibles d’apprentissage. Par exemple, certains élèves ont développé des compétences d’autogestion en se donnant une structure de gestion du temps leur permettant d’accroître leur concentration pour réaliser telle ou telle tâche et respecter les échéanciers

2.Utiliser le processus « Conserver-Abandonner-Créer »

Il est impératif que les membres d’une équipe collaborative arrivent à un consensus non seulement pour enlever la pression qui repose sur chaque enseignant, mais aussi pour créer de l’espace dans le programme, ce qui permet de générer de nouvelles idées. Pour ce faire, l’utilisation du processus « Conserver-Abandonner-Créer » (Dufour et al., 2019, p. 129) peut s’avérer pertinente. Les paragraphes suivants en présentent la marche à suivre.

Dans un premier temps, les enseignants, en équipe collaborative, analysent le Programme de formation de l’école québécoise (PFEQ). Pour s’assurer d’une compréhension commune, les membres de l’équipe collaborative répondent à cette question fondamentale : « Que voulons-nous que nos élèves apprennent? » Autrement dit : « En se basant sur des documents de référence pertinents, ils précisent le résultat d’apprentissage désiré (objectif à atteindre à la fin de l’année scolaire) et ils ciblent les apprentissages à réaliser en priorité par les élèves pour le niveau scolaire visé (Projet CAR, CTREQ, 2018). »

Ce processus sous-tend en fait une réponse aux questions suivantes :

  • Que devrions-nous conserver?

En se basant sur des documents de référence pertinents, notamment la planification des enseignants et la Progression des apprentissages (PDA), les membres de l’équipe collaborative définissent les niveaux de réussite sur lesquels ils vont s’appuyer pour évaluer les apprentissages réalisés par les élèves (Projet CAR, CTREQ, 2018). Les apprentissages qui se retrouvent à la fois dans le PFEQ et dans la planification des enseignants sont conservés.

  • Que devrions-nous abandonner?

En poursuivant l’analyse, les membres de l’équipe collaborative repèrent les apprentissages qui apparaissent dans leur planification, mais pas dans le PFEQ. Ils peuvent alors décider de retirer ces apprentissages de leur planification.

  • Que devrions-nous créer ou intégrer?

Les membres de l’équipe collaborative repèrent les apprentissages jugés essentiels en fonction des critères « préalables-transférables-durables », mais qui n’apparaissent pas dans leur planification. Ces apprentissages sont donc à intégrer dans leur planification.

Conclusion

Le processus « Conserver-Abandonner-Créer » s’avère un moyen simple, mais efficace, qui amène les membres de l’équipe collaborative à répondre à la question suivante : « Qu’est-ce que nos élèves devraient savoir et être capables de faire à la fin de l’étape ou de l’année scolaire? » avec plus de « confiance, de clarté et d’uniformité » (Dufour et al., 2019, p. 128).

Références

Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ). (2018). Collaborer pour apprendre, apprendre pour réussir. http://projetcar.ctreq.qc.ca/

DuFour, R., DuFour, R., Eaker, R., Many, T. W. et Mattos, M. (2019). Apprendre par l’action. Manuel d’implantation de communautés d’apprentissage professionnelles (3e édition). Presses de l’Université du Québec.

Hayes Jacob, H. et Zmuda, H. (2020). Building the Future Now: Deciding What to Cut, What to Keep and What to Create.

https://www.learningpersonalized.com/building-the-future-now-deciding-what-to-cut-what-to-keep-and-what-to-create/

Pour aller plus loin…

Cet article est le deuxième d’une série. Lisez aussi :

Source de l’image : ShutterStock

Dernière modification : 17 août 2020.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)