L’apprentissage connecté, une transformation des interactions

Temps approximatif de lecture : 3 à 5 minutes

L’EduSummIT2019 a été l’occasion pour des chercheurs en provenance des quatre coins du globe de confronter leur point de vue sur différents sujets entourant le numérique en éducation. Lors de cette conférence, le groupe de travail 7 (TWG 7), composé de 14 chercheurs, devait se pencher sur les interactions humaines en ligne et les interactions avec les outils numériques en éducation. Ils se sont notamment questionnés sur les possibilités qu’offrent les technologies de communication en éducation. Serait-il possible de concevoir une nouvelle manière de les appréhender en classe, de sorte que les élèves disposent ou créent des espaces de rencontre qui donnent lieu à des interactions connectées? Est-ce qu’une telle approche pourrait révolutionner les façons dont les élèves apprennent?

Photo on Foter.com

Une nouvelle approche : l’apprentissage connecté

L’apprentissage connecté doit d’abord être défini clairement. L’Educause Learning Initiative (ELI) la décrit comme « un moyen d’utiliser les connexions pour trouver des réponses, des mentors ou des experts, examiner des procédures, expérimenter les possibilités offertes par les technologies et développer des compétences » (traduction libre de TWG 7, Working Document, p. 3). En d’autres mots, cette approche a comme but d’enrichir les connaissances existantes et de multiplier les voies possibles pour ce faire. On se détache ainsi des cadres formels d’apprentissage. L’apprentissage connecté, pour le groupe de travail, réfère par conséquent à toute expérience où les apprenants co-construisent un apprentissage qui se nourrit des ressources en ligne disponibles (TWG 7, Working Document, p. 3).

Dans cet apprentissage connecté, on met l’accent sur les liens établis entre les élèves ou avec l’enseignant. Il peut donc s’agir d’un apprentissage par les pairs, en fournissant une interaction en ligne entre les élèves de différentes écoles, de différentes régions ou de différents pays. Aussi, il peut être question d’élèves en apprentissage dans un massive open online course (MOOC), ou toute autre plateforme d’apprentissage en ligne. En ce qui concerne les enseignants, cette approche est caractérisée par la présence de liens via des communautés de pratique en ligne, des réseaux de professionnels ou d’enseignants, des communautés d’apprentissage, etc.

Les élèves

En tenant compte de ces nouvelles considérations, le groupe de travail a souligné la pertinence de repenser ce qu’est l’apprentissage en lui-même. Selon des recherches récentes, trois nouvelles dimensions de l’apprentissage auraient émergé parmi les dernières générations d’élèves :

  1. Littératie : Cette dimension dépasse aujourd’hui l’aptitude à lire. En effet, les élèves lisent de plus en plus de contenus en ligne, ce qui change la manière dont ils choisissent leurs lectures et leur navigation dans ces différents contenus.
  2. Apprentissage par découverte: Cette approche s’aligne mieux à un apprentissage qui n’est pas classique et formel. Dans l’espace numérique, on retrouve une masse d’informations immense qui peut servir l’approche d’apprentissage par découverte.
  1. Raisonnement bricolé: Le mode de raisonnement est passé d’une forme classique déductive à un mode construit, ou « bricolé ». Il s’agit de la capacité à construire à partir d’un objet, document ou outil déjà existant.

Ressources

De récentes données suggèrent que les élèves tendent à utiliser des outils qui, à l’origine, n’ont pas été créés dans une visée pédagogique, ou pour poser des questions, pour s’informer, etc. Les élèves établissent donc un lien entre leurs intérêts personnels et leurs réalisations scolaires. Même qu’une initiative au Québec a prouvé qu’il était possible de créer un environnement d’apprentissage collectif, entre des classes de régions éloignées, afin qu’il y ait une co-construction de développement des connaissances avec l’utilisation des technologies à leur disposition (Remote Networked Schools). L’utilisation de plateformes en ligne et d’outils numériques suppose néanmoins un contexte favorable. L’apprentissage connecté requiert qu’il y ait une participation active des élèves dans leur apprentissage, ce que favorise le fait que les possibilités de les faire participer au processus d’apprentissage et d’évaluation sont nombreuses.

Plusieurs plateformes existent à l’heure actuelle qui permettent une utilisation efficace des outils existants, avec lesquels les apprenants peuvent co-construire leur apprentissage. Ces objets pédagogiques peuvent être de différents types : textes, vidéos, images, documents audio, simulations, etc. Ce sont les premières briques sur lesquelles les apprenants peuvent « bricoler » leur apprentissage. Néanmoins, les outils actuels ne permettent pas que cette approche soit utilisée seule, sans d’autres méthodes plus classiques.

Conclusion

En somme, l’apprentissage connecté se déroule dans un environnement caractérisé par le partage d’un objectif commun, par un attachement aux produits issus de ce partage (accent sur la production) ainsi que par des infrastructures en réseau, ouvertes à tous. Bref, cette approche fournit aux enseignants des façons de jeter des ponts entre les environnements d’apprentissage formels et informels.

Consultez la présentation du groupe de travail 7 lors de la soirée de clôture de l’EduSummIT2019 ici.

Référence

Bruillard, E., Prestridge, S., Litto, F. (2019). TWG 7 : Connected learning: online human interaction and interaction with digital resource. (Document rédigé dans le cadre de la conférence EduSummIT2019 tenue à l’Université Laval, Québec). https://edusummit2019.fse.ulaval.ca/sites/edusummit2019.fse.ulaval.ca//files/TWG7-Working_document.pdf

Pour aller plus loin…

Cet article s’inscrit dans une suite d’articles sur l’EduSummIT2019 :

 

Photo on Foter.com

Dernière modification : 24 novembre 2020.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote actuellement)

Les commentaires sont fermés.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)