Les arts pour améliorer la rétention de la matière à long terme

Temps de lecture approximatif : 3-4 minutes

Une étude menée par Mariale Hardiman, Luke Rinne et Julia Yarmolinskaya, de l’Université John Hopkins, révèle que l’apprentissage des élèves n’est pas bonifié par les arts, mais que leur capacité à retenir du contenu à long terme s’en trouve améliorée significativement. Cet article propose de s’attarder aux résultats obtenus par ces chercheurs.

Photo on Foter.com

Littérature scientifique à l’appui

Les arts semblent contribuer au développement de compétences et d’aptitudes chez les élèves qu’il serait plus difficile d’acquérir autrement, comme le soutiennent plusieurs recherches sur le sujet (Hetland et al., 2007). Ces compétences, dont la disposition à la cognition, peuvent ensuite être mises à profit dans d’autres matières du programme scolaire.

Par ailleurs, d’autres études établissent un lien entre la présence d’un enseignement des arts soutenu et les rendements scolaires élevés (Barry, 2010 ; Catterall et al., 2012; Phillips et al., 2013; Scripp et al., 2013).

Intégration des arts dans les activités d’apprentissage

La recherche de Mariale Hardiman, Luke Rinne et Julia Yarmolinskaya prend comme hypothèse que l’intégration des arts dans le programme scolaire pourrait avoir un effet positif sur les résultats scolaires des élèves. Afin de mettre cette hypothèse à l’épreuve, ils ont mené leur étude dans une école primaire en milieu urbain comptant plus de 600 élèves. Les leçons ont été conçues sur le modèle des « cinq » (Engager, Explorer, Expliquer, Élaborer, Évaluer) et les activités conventionnelles d’apprentissage, substituées. Voici quelques exemples :

  • Les feuilles de réponses « standards » ont été remplacées par des feuilles blanches sur lesquelles les élèves devaient non pas écrire leurs réponses, mais les dessiner, afin d’activer la mémorisation par l’image;
  • Les textes à lire ont été remplacés par des histoires illustrées, possédant le même contenu;
  • Au lieu d’effectuer des présentations orales en groupe, les élèves devaient réaliser un sketch ou une scène dramatique et la mettre en scène;
  • Lorsque le moment d’évaluer le travail des élèves arrivait, il leur était demandé de présenter leur travail artistique, ou leur contribution dans telle activité. L’évaluation était ainsi moins stressante, car elle était plutôt vue par les élèves comme une « journée d’exposition ».

Concrètement, l’exemple des cours d’astronomie illustre bien cette approche. Durant ces cours, les élèves présents devaient par exemple dessiner telles parties (ex. : étoiles, planètes) de la galaxie à l’étude, en plus de les décrire en utilisant des mouvements de danse, au lieu de produire une simple description écrite.

Des résultats à long terme sur la rétention des informations

De prime abord, en ce qui concerne l’apprentissage immédiat des élèves, cette étude ne révèle aucune différence entre ceux qui avaient un cursus axé sur l’apprentissage par l’art et ceux qui suivaient le programme régulier. Les résultats étaient en effet statistiquement peu révélateurs à ce sujet. Cependant, les analyses ont mis en évidence le fait que la rétention de l’information à long terme était beaucoup plus élevée dans le premier groupe. De plus, il est intéressant de souligner que les élèves qui avaient de plus grandes difficultés en lecture ont mieux réussi les évaluations lorsqu’ils prenaient part aux activités artistiques que les élèves qui rencontraient les mêmes problèmes dans les classes normales.

Conclusion

Si les effets de l’enseignement par les activités artistiques ne produisent pas de résultats immédiats, il ne faut pas que cela décourage les enseignants. Cette étude le prouve, les arts aident les élèves à approfondir leurs apprentissages, ce qui favorise une meilleure rétention des informations, et ce, pour une longue durée.

Référence

Hardiman, M., Rinne, L. et Yarmolinskaya, J. (2014). The Effects of Arts Integration on Long-Term Retention of Academic Content. Mind Brain and Education, 8(3), 144-148. Repéré à https://www.researchgate.net/publication/264828701_The_Effects_of_Arts_Integration_on_Long-Term_Retention_of_Academic_Content

Pour en savoir plus sur le sujet, consultez aussi :

 

Photo on Foter.com

Dernière modification : 3 décembre 2019.

Partager sur les réseaux sociaux :

Contribuez à l'appréciation collective
Cette information est-elle utile à votre pratique ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Il n’y a aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire

Politique éditoriale des commentairesPolitique éditoriale des commentaires

Le RIRE invite les internautes à laisser leurs commentaires qui contribuent à la réflexion et ainsi enrichissent le réseau. Dans cette optique, le RIRE s'est doté d'une politique éditoriale des commentaires :

  1. a. Les commentaires doivent être écrits dans l’une des deux langues officielles (Canada), soit le français ou l’anglais.
  2. b. Les commentaires doivent se faire dans le respect des personnes et la diversité des opinions.
  3. c. Les commentaires haineux ou disgracieux seront supprimés.
  4. d. Les écarts langagiers et les propos malveillants ne sont pas tolérés.
  5. e. La publicité est interdite.
  6. f. La publication d’hyperliens vers d’autres sites est autorisée si ces sites respectent la politique éditoriale des commentaires.
  7. g. Les administrateurs du RIRE peuvent modifier en tout temps leur politique éditoriale des commentaires.

Le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE) diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. Cette information est repérée grâce aux activités de veille du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ)